Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Face à l'horreur bioéthique, l'appel des évêques au jeûne et à la prière

Publié le

Communiqué de la Conférence des évêques de France :

LES ÉVÊQUES DE FRANCE INVITENT À QUATRE VENDREDIS DE JEÛNE ET DE PRIÈRE

Le projet de loi révisant la loi de bioéthique revient bientôt devant le Sénat, en deuxième lecture. Le Gouvernement voudrait le faire aboutir sans retard. Ce projet de loi entraîne des risques graves pour notre société en bouleversant l’ordre de la filiation humaine, en ouvrant de fait un droit à l’enfant au lieu de défendre les droits de l’enfant, et en organisant sur les embryons humains des recherches qui ne respectent pas leur intégrité et qui n’ont pas pour première visée leur santé, mais plutôt une amélioration des succès de la technique de procréation médicalement assistée. 

N’assistons-nous pas à un aveuglement diffus sur la dignité de tout être humain qui vient gratuitement à l’existence et qui doit être accueilli fraternellement ?

Les évêques de France, réunis en assemblée plénière, ont souhaité appeler tous les catholiques ainsi que les hommes et femmes de bonne volonté à se tourner vers Dieu en priant et en jeûnant pour Lui demander la grâce de nous ouvrir les yeux à tous et d’être ensemble des artisans du respect de tous les êtres humains dès leur conception. 

La Conférence des évêques de France (CEF) publie ce document préparé par son Groupe bioéthique afin d’aider chacun à vivre entre janvier et début février quatre vendredis (15, 22, 29 janvier et 5 février) de jeûne et de prière. Cette démarche spirituelle pourra se vivre chacun chez soi, seul ou en famille, ou, si les normes sanitaires le permettent, en communauté. 

Avec un cœur paisible mais sans relâche, les catholiques souhaitent aider notre société française à être une société de l’amour et de l’espérance dans la vérité et le respect de la dignité humaine, sans quoi la fraternité prônée dans notre devise républicaine ne serait qu’illusion.

Partager cet article

Repost0

Mgr Dominique Blanchet de Belfort à Créteil

Publié le

Le pape François a nommé ce jour, samedi 9 janvier 2021, Monseigneur Dominique Blanchet, évêque de Créteil suite à l’acceptation de la démission de Monseigneur Michel Santier en juin 2020. Jusqu’à présent, Monseigneur Dominique Blanchet était évêque du diocèse de Belfort-Montbéliard.

File:Mgr Blanchet Dominique.jpgOrdonné prêtre en 1999 pour le diocèse d’Angers, Monseigneur Blanchet fut coopérateur en paroisses (1999-2005) ; prêtre de l’équipe d’aumônerie diocésaine du MRJC (2004-2006) ; curé in solidum des paroisses du canton de Chemillé (2005-2006) ; administrateur de la paroisse Saint-Maurille-en-Loire-et-Layon (Chalonnes-sur-Loire) (2011-2013) ; curé de la paroisse Saint-Lazare-Saint-Nicolas (2013-2015) ; délégué épiscopal à la pastorale des jeunes (2004-2010) ; aumônier de communautés Foi et Lumière (2004-2015) ; vicaire général de Mgr Bruguès (2006-2007) puis administrateur diocésain d’Angers (2008). Vicaire général de Mgr Delmas (2008-2015). 

Depuis son ordination le 12 juillet 2015, Monseigneur Blanchet était évêque du diocèse de Belfort-Montbéliard.

Au sein de la Conférence des évêques de France, Monseigneur Blanchet est vice-président de la CEF depuis son élection en avril 2019.

L’installation de Monseigneur Blanchet aura lieu le 28 février 2021 à 15h à la cathédrale Notre-Dame de Créteil. 

Son CV :

Né le 15 février 1966 à Cholet (Maine et Loire).
Ordonné prêtre le 27 juin 1999 pour le diocèse d’Angers.
Membre de l’Institut des prêtres du Prado depuis 2005.
Nommé évêque le 21 mai 2015.
Consacré évêque le 12 juillet 2015.

Études

Lycée Sainte-Marie de Cholet.
École Centrale de Paris.
Séminaire d’Angers.
Séminaire du Prado.

Diplômes 
Maîtrise en mathématiques.
Diplôme d’Études Approfondies (DEA) en génie des matériaux.
Ingénieur de l’École Centrale de Paris.
Maîtrise en théologie.

Ministères

1999-2005 : Coopérateur à la Paroisse Saint-Denis des Faluns (Doué-la-Fontaine) ;
2000-2005 : Coopérateur à la Paroisse Saint-Martin-en-Layon (Montigné-Briand) ;
2004-2006 : Prêtre de l’équipe d’aumônerie diocésaine du MRJC ;
2004-2010 : Délégué épiscopal à la pastorale des jeunes ;
2004-2015 : Aumônier Foi et Lumière ;
2005-2006 : Curé in solidum des paroisses Saint-Pierre-et-Saint-Jacques-en-Chemillois (Chemillé), Sainte-Bernadette-d’Aubance-et-Jeu (Saint-Lézin) et Notre-Dame-de-la-Colline (Saint-Georges-des-Gardes) ; 
2006-2007 : Vicaire général et délégué épiscopal au service des jeunes ;
2008-2009 : Administrateur diocésain du diocèse d’Angers ;
2008-2015 : Vicaire général et délégué épiscopal au service des jeunes ;
2009-2015 : Modérateur de la curie ;
2011-2013 : Administrateur de la paroisse Saint-Maurille-en-Loire-et-Layon (Chalonnes-sur-Loire) ;
2013-2015 : Curé de la paroisse Saint-Lazare-Saint-Nicolas (Angers) ;
Depuis 2015 : Évêque du diocèse de Belfort-Montbéliard.

Au sein de la Conférence des évêques de France, Monseigneur Blanchet fut élu Président du Conseil épiscopal pour les mouvements et associations de fidèles (CEMAF) en mars 2017, fonction qu’il occupa jusqu’à son élection à la vice-présidence de la Conférence des évêques de France en avril 2019.

Partager cet article

Repost0

Les vaccins contre le virus chinois sont-ils éthiques ? N°398

Publié le

Le 398e numéro de la lettre d'information Chrétiens dans la Cité vient de paraître (sous forme papier et numérique). Pour s'abonner, cliquer ICI.

Au sommaire

ANALYSE : Morale vaccinale - A nouveau type de vaccin, nouvelles questions morales.

LES HOMMES : Guillaume Arnaud - Jean Borella - Vacances épiscopales - Vincent Niclo

INFOS : Immobilier éthique - Le calvaire de la discorde - Loi séparatisme : "une privation de liberté" - Une année difficile pour La Croix - Culture religieuse et laïcisme scolaire - La Soupe Saint-Eustache - Bilan 2020 de la Fondation pour l'école - Légion d'honneur - Les 30 ans de La Nef

LECTURE : Marcher la nuit, de Martin Steffens

INITIATIVES : A bras ouverts

Partager cet article

Repost0

Allégez vos impôts en soutenant la presse catholique

Publié le

Vous connaissez la revue Transmettre et/ou la lettre d'information Chrétiens dans la Cité. Vous savez que nous oeuvrons pour l'évangélisation de l'enfance et de toute la société, dans la fidélité à l'Eglise catholique. A temps comme à contre-temps.

A l’approche de la fin d’année, nous lançons un appel à nos lecteurs. L’année est rude pour nos finances, en particulier en raison de la fermeture des librairies et de la suppression d’événements chrétiens qui nous permettaient de vendre nos publications Transmettre.

Vous avez jusqu’au 31 décembre pour pouvoir bénéficier d’une réduction de 66 % de votre don au titre de l’impôt sur le revenu (75 % pour les redevables à l’impôt sur la fortune immobilière.) Les entreprises peuvent aussi profiter d’une réduction de 60 %. Nous pouvons aussi recevoir des legs par voie de testament.

 Vous pouvez faire un don en ligne sur cette page

 Vous pouvez aussi envoyer un chèque libellé à l’ordre de la Fondation Radio Espérance à Chrétiens dans la Cité, 17 rue Manessier 94130 Nogent-sur-Marne. Nous le transmettrons à la Fondation Radio Espérance, qui vous enverra directement votre reçu fiscal.
Par avance, merci !

 

Partager cet article

Repost0

Libertés en danger - N°397

Publié le

Le n°397 de la lettre d'information Chrétiens dans la Cité vient de paraître. Il est en grande partie consacrée aux attaques multiformes contre nos libertés.

Pour s'abonner, cliquer ici

UNE : Le courage des libertés - 100 personnalités protestantes de différentes confessions ont lancé un appel contre les "politiques liberticides".

INFOS : Fichage des convictions religieuses - Abbaye de Pontigny : un hôtel plutôt qu'un séminaire - L'avortement prolongé est garanti éthique - Les AFC défendent la liberté d'éducation - Les Béatitudes "famille ecclésiale de vie consacrée" - La BD des SUF - En marche pour la vie : le 17 janvier - Santé des prêtres

LES HOMMES : Mgr Jean-Luc Garin - Alix Montagne - Michel Boyancé - Mathieu Daum

LECTURES : Pourquoi le libéralisme a échoué, de Patrick J. Deneen (L'Artisan)

INITIATIVES : Les ressources de l'Eglise

SUR LA TOILE : un choix de sites internet

 

 

Partager cet article

Repost0

Le Père Jean-Luc Garin évêque de Saint-Claude

Publié le

 Le Père Jean-Luc Garin a été nommé évêque de Saint-Claude suite à la vacance du siège due à la nomination par le Pape François de Monseigneur Vincent Jordy comme archevêque de Tours. 

Ordonné prêtre en 1997 pour l’archidiocèse de Lille, Monseigneur Jean-Luc Garin fut aumônier des étudiants à Dunkerque et vicaire à la paroisse de Grande Synthe (1997-1998) ; responsable de la pastorale des jeunes de la Métropole lilloise et vicaire à la paroisse Saint-Pierre-Saint-Paul à Lille (1998-2004) ; curé de la paroisse de Seclin-Attiches (2004-2010) et de la paroisse d’Houplin-Ancoisne et Noyelles-lez-Seclin (2007-2010). Entre 2008 et 2012, il fut responsable du service diocésain pour la formation permanente. En 2010, il devint directeur du 1er cycle au Séminaire de Lille, fonction qu’il occupa jusqu’en 2012. Il fut ensuite nommé supérieur du Séminaire de Lille et membre du Conseil épiscopal (2012-2020). De 2015 à 2018, il fut secrétaire du Conseil National des Grands Séminaires (CNGS). Entre 2015 et 2020, Monseigneur Jean-Luc Garin fut responsable de la formation initiale des candidats au diaconat permanent pour la Province de Lille. 

Depuis 2004, il était également professeur de Bible et de théologie de la mission.

Depuis septembre 2020, il était curé de la paroisse de Lambersart et doyen des Rives-de-la-Deûle (Périphérie Nord-Ouest de Lille).

Il est membre du Foyer de Charité de Courset et prédicateur de retraites spirituelles dans plusieurs Foyers.

Partager cet article

Repost0

Messe : Castex a revu sa copie

Publié le

Communiqué de la Conférence des évêques de France :

UNE JAUGE RÉALISTE POUR LES DEUX PROCHAINS DIMANCHES

La Conférence des évêques de France prend connaissance de la jauge rendue publique aujourd’hui par le ministre de l’Intérieur pour ce qui concerne les célébrations publiques dans les lieux de culte. 

La CEF estime que cette mesure proportionnée à la capacité d’accueil des édifices, bien que contraignante, est applicable. Elle impose de « laisser libres deux sièges entre chaque personne ou entité familiale et de n’occuper qu’une rangée sur deux ». Les fidèles catholiques devront donc appliquer cette mesure, en particulier, les deux prochains dimanches 6 et 13 décembre.

Cette nouvelle mesure, plus réaliste et dont la CEF a été informée en début d’après-midi, fait suite à la consultation des cultes organisée depuis dimanche par le gouvernement. La CEF se réjouit que se renoue un dialogue constructif avec les pouvoirs publics. Elle attend maintenant, à la lecture des données sanitaires, l’éventuelle réévaluation de cette jauge à partir du 15 décembre.

De dimanche en dimanche, cette période de l’Avent entamée le 29 novembre, est un chemin vers Noël. Les communautés catholiques espèrent de tout leur cœur pouvoir célébrer le grand mystère de la foi dans les églises le 24 au soir, avec le moins de restriction possible. Ils sont conscients que l’attention aux précautions sanitaires est toujours nécessaire. 

Partager cet article

Repost0

Un confinement de misère

Publié le

Les deux confinements ont déjà plongé un million de Français dans la pauvreté. Et la société devient dépressive.

Les effets des deux confinements se révèlent plus graves que les décès directement dus au virus. Les autorités médicales constatent une forte détérioration de la santé mentale des Français : ils seraient 21 % à plonger dans la dépression – un chiffre qui a doublé en deux mois – et 20 % à avoir songé au suicide (25 % des artisans et commerçants, 27 % des chômeurs). Les conséquences proprement économiques des décisions du gouvernement ne sont pas moins désastreuses : 715 000 emplois ont été détruits au seul premier trimestre. Et la misère explose. Comme chaque année, le Secours catholique a publié un rapport sur l’état de la pauvreté en France. L’étude a été réalisée avant la crise sanitaire à partir d’observations sur l’ensemble du territoire de plus de 55 400 situations (sur 1,4 million de personnes accueillies en 2019). Plus de la moitié des ménages accueillis disposent de moins de 9 € par jour de reste pour vivre par personne ; 4 ménages sur 10 sont même dans l’incapacité de couvrir leurs dépenses alimentaires quotidiennes. Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique et Vincent Destival, délégué général, déclarent : « Avec la crise sanitaire, la France a ouvert les yeux sur une réalité qui passe d’ordinaire sous les radars : des familles, des personnes seules, des jeunes ont besoin de l’aide alimentaire pour ne pas avoir faim. À en croire le ministre de la Santé et des Solidarités, en cette fin 2020, 8 millions de personnes ont à subir cette humiliation. 12 % de la population. Huit fois plus que dans les années 1980. Tout le monde semble l’ignorer ou, pire, s’y être accoutumé. Cette situation est une honte dans notre pays riche ! » Selon les derniers chiffres connus (datant de 2018), l’Insee dénombrait quelque 9,3 millions de pauvres (c’est-à-dire disposant de 1063 euros par mois pour une personne seule), soit 14,8 % de la population.

Autre signal révélateur : depuis 2012, le nombre de sans-domicile fixe a doublé. Ils seraient aujourd’hui 300 000, selon la Fondation Abbé Pierre, qui a comptabilisé environ 185 000 personnes en centres d’hébergement, 100 000 dans les lieux d’accueil pour demandeurs d’asile, et 16 000 personnes dans les bidonvilles. S’y ajoutent les sans-abri, difficiles à dénombrer. « Nous craignons qu’une partie bascule dans la très grande précarité », alerte Christophe Robert, délégué général de la Fondation (cf. lejdd.fr du 15/11). 
S’il y a eu une mobilisation pendant le premier confinement pour les personnes sans domicile, la situation est aujourd’hui différente avec « beaucoup d’expulsions de squats et de bidonvilles ces derniers mois… Plus de 9000 places supplémentaires ont déjà été ouvertes. Mais ça reste très tendu. » 

Partager cet article

Repost0

Provocation antichrétienne du pouvoir : résistons !

Publié le

Les évêques ont été une fois de plus floués par le pouvoir antichrétien. Mais puisqu'ils jugent à bon droit la jauge de 30 fidèles inapplicable, une seule solution s'impose : qu'elle ne soit appliquée dans aucune église dimanche prochain.

JAUGE À 30 PERSONNES CE DIMANCHE : UNE MESURE QUI DEMEURE IRRÉALISTE ET INAPPLICABLE

C’est avec regret que la Conférence des évêques de France (CEF) apprend que la jauge de 30 personnes par lieu de culte pour les célébrations est maintenue pour ce dimanche. Après l’appel du Président de la République à l’issue de son discours du mardi 24 novembre, elle attendait une rectification de cette mesure et la mise en place d’une « jauge réaliste » dès ce 28 novembre. Il n’en est rien ! 

Le Premier ministre explique sa fermeté par la situation épidémiologique ; néanmoins les protocoles présentés par les différentes religions auraient pu permettre des décisions plus facilement applicables et équitables. 

La CEF s’interroge sur les véritables critères utilisés par le gouvernement pour fixer les conditions de ce confinement. Certes les cultes ne sont pas des commerces mais traiter ainsi les religions, c’est considérer comme accessoire la foi de millions de croyants. C’est une grave erreur pour notre société tout entière. 

Le Premier ministre s’est engagé à ouvrir la discussion sans attendre pour permettre dès que possible une jauge proportionnée à la taille des édifices. La Conférence des évêques de France réclame une véritable concertation plus efficace pour aboutir à un accord. Dans ce contexte elle se réserve toujours la possibilité d’utiliser les moyens de droit appropriés. 

La Conférence des évêques de France réaffirme l’engagement plein et entier des catholiques dans la lutte contre cette épidémie et leur volonté de servir au plus grand bien de notre société. 

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>