Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Corse : la subsidiarité contre le jacobinisme

Publié le

Corse : la subsidiarité contre le jacobinisme

Les crispations autour de la victoire des nationalistes corses offrent l'occasion de rappeler la vision chrétienne de la subsidiarité.
Les discours d'investiture, jeudi 17 décembre, de Gilles Simeoni et surtout celui Jean-Guy Talamoni – car prononcé en langue corse –, les nouveaux présidents respectifs du Conseil exécutif et de l'Assemblée de Corse, ont suscité de violentes réactions d'hommes politiques continentaux : « insultes faites à l'histoire de la France » (François Fillon), « recul de la République » (Florian Philippot), « éclatement de l'espace national » (Jean-Pierre Chevènement). Rien de très étonnant, tant le jacobinisme, expression territoriale de l'égalitarisme,demeure l'un des fondamentaux de l'appareil idéologique d’État. On se souvient de la décision du Conseil constitutionnel en 1991 niant l'existence du « peuple corse ».
Plus surprenant est de voir Madeleine de Jessey (porte-parole de Sens commun) agiter le spectre de « la désunion nationale », et prendre la défense de « l'indivisibilité de la République ». En effet, la jeune militante catholique semble ignorer que c'est le principe de subsidiarité – et non d'égalité – qui est le principe d'organisation de l'enseignement social chrétien, celui qui doit structurer la société : ce qui peut être réalisé à un certain niveau ne doit pas être réalisé par le niveau supérieur. Il n'est pas facultatif dans la mesure où il relève de la justice, laquelle consiste à rendre à chacun ce qui lui est dû, et sa méconnaissance porte atteinte aux libertés de l'homme et de ses communautés d'appartenance :groupes, associations, réalités locales et territoriales, organisations professionnelles, etc. C'est pourquoi les papes ont promu un certain fédéralisme, tant au niveau infranational que supranational. Une organisation subsidiaire a le mérite de concilier à la fois le respect des différentes communautés, avec leurs richesses spécifiques (notamment linguistiques), et la poursuite d’un bien commun transcendant les parties. L’Eglise a toujours défendu tant les droits des minorités régionales. Pie XII : « il n'y a pas place pour l'oppression, ouverte ou dissimulée, des particularités culturelles et linguistiques des minorités nationales » (Noël 1941). Jean XXIII : « Il nous faut déclarer de la façon la plus claire que toute la politique visant à contrarier la vitalité et l’extension des minorités est une faute grave contre la justice, une faute encore plus grave lorsque, en agissant ainsi, elles se proposent de les faire disparaître. Au contraire, rien qui ne soit plus conforme à la justice que l’intervention des pouvoirs publics en vue d’améliorer les conditions de vie des minorités ethniques, spécialement en ce qui concerne leur langue, leur culture, leurs coutumes, leurs richesses et leurs entreprises économiques » (Pacem in terris, n. 95-96). Jean Paul II a condamné à son tour la logique bureaucratique de l'État de l'assistance qui prive la société de ses responsabilités (cf. Centesimus Annus, n. 48). La subsidiarité dissout les problèmes artificiels produits par le jacobinisme.

Denis Sureau

Partager cet article
Repost0

Faut-il se libérer du libéralisme ?

Publié le

Faut-il se libérer du libéralisme ? Falk van Gaver et Christophe Geffroy (sous la direction de) Pierre-Guillaume de Roux, 220 p., 22,50 €
Faut-il se libérer du libéralisme ? Falk van Gaver et Christophe Geffroy (sous la direction de) Pierre-Guillaume de Roux, 220 p., 22,50 €

Le libéralisme est-il aujourd'hui l'idéologie dominante ? Peut-on distinguer des libéralismes, bons ou mauvais selon leur champ d'application : institutionnel, économique, moral, sociétal..? Quels seraient les critères pertinents de tri ? Le libéralisme est-il de droite ou de gauche ? Conservateur ou révolutionnaire ? Compatible avec la protection des intérêts nationaux ou mondialiste ? Peut-on défendre à la fois la démocratie libérale et un certain encadrement du marché ? Qu'en pensent les chrétiens ? Le mensuel catholique La Nef, dirigé par Christophe Geffroy, a publié une enquête, menée par Falk van Gaver, auprès de vingt-huit personnalités les plus diverses, de Patrice de Plunkett à Pierre Manent, de Jacques Sapir à Jean-Claude Guillebaud, d'Alain de Benoist à Chantal Delsol. Les contributions sont compilées dans ce livre passionnant, où l'on retrouve un grand nombre de nuances de libéralisme et d'antilibéralisme. D'un texte à l'autre, le libéralisme est qualifié de « seul véritable humanisme » (Pascal Salin dixit) ou de « structure de péché » (Philippe Conte). Certains, tels Charles Beigbeder, penchent vers une solution médiane, « un juste libéralisme ». Philosophes, économistes et journalistes apportent leur propre éclairage. Le lecteur pourra ainsi trouver des critères pour opérer un judicieux discernement. En ces temps où les véritables débats sont rares, ce livre est une riche mine d'idées.

Partager cet article
Repost0

Entrepreneurs pour la paix

Publié le

Voici une magnifique initiative qu'il faut soutenir : la banque alimentaire Entrepreneurs pour la paix.:

HISTORIQUE
L'association a été créée par Jacques Humeau, tertiaire de saint François d'Assise depuis l'âge de 13 ans, puis chef d'entreprise. En 1986, il crée La Halte du Cœur, qui propose une aide alimentaire participative avec engagement responsable des bénéficiaires, à des personnes en situations d’exclusion : bénéficiaires du RSA, femmes ou hommes seuls avec enfants, chômeurs, familles surendettées, retraités… Infatigable, Jacques Humeau crée en 2007 à Beaupréau, à vingt kilomètres de Cholet, Entrepreneurs pour la paix, pour venir particulièrement en aide aux congrégations et communautés religieuses de France. Un entrepôt de 400 m² vient d'être mis à disposition de l'association dans le diocèse de Fréjus-Toulon. Ces derniers mois, l'association héberge aussi plusieurs familles chrétiennes venues d'Irak et aide des communautés qui accueillent des réfugiés à Lourdes, Pau, Sainte-Anne-d'Auray, Sarcelles...
OBJET
Collecter auprès d’entreprises de production ou de distribution, des denrées alimentaires en surplus de production ou aux dates d’utilisations optimales dépassées, afin de les transmettre à des congrégations religieuses et aux pauvres qui les entourent.
ACTIVITÉS
Aujourd’hui de nombreuses communautés religieuses manquent de moyens, se privent de nourriture, et ont à peine le strict nécessaire pour vivre. Par ailleurs, le gaspillage alimentaire, même en temps de crise, est considérable (le pape François, dans l'encyclique Laudato Si', rappelle que le tiers des produits alimentaires produits dans le monde sont perdus ou détruits). L'association œuvre donc pour récolter des aliments (en particulier les denrées dépassant leur date limite d'utilisation optimale, DLUO, mais parfaitement consommables), les stocker, les trier et les acheminer vers des communautés dans le besoin.
Entrepreneurs pour la paix fédère dans une fraternité « légère et invisible » trois acteurs essentiels pour cette œuvre alimentaire :
• des entreprises agroalimentaires (Nestlé, D'Aucy, Picard...),
• des donateurs (ils sont 3000),
• les bénéficiaires.
Plus de 200 communautés ont été aidées et soutenues, ainsi que plus de 3000 personnes nécessiteuses. Certaines de manière régulière, comme à Lourdes, Pau, Pontivy, Angers, Avignon. D’autres sont aidées plus ponctuellement, selon les besoins propres et les possibilités de transport.
MÉDIAS
Ensemble, bulletin d'information. Site web : entrepreneurspourlapaix.org
CONTACT
9 rue Aunillon 49600 Beaupréau  02 41 56 62 43 entrepreneurspourlapaix@orange.fr

Partager cet article
Repost0

Voeux 2016: une année dans la joie de Dieu

Publié le

Voeux 2016: une année dans la joie de Dieu
Nous vous souhaitons une année 2016 dans la vraie joie, celle qui vient de Dieu.

Voici les 8 moyens pour se conserver toujours dans cette joie, selon le Père Ambroise de Lombez (1708-1778), dans son Traité de la joie de l'âme chrétienne:
Se maintenir dans la justice (bien agir). Une conscience tranquille et bien réglée est dans la joie.
Occuper son esprit de ce qui peut réjouir le cœur. « La dignité de notre âme, son extraction divine, sa ressemblance avec son principe, son éternelle destinée : voilà votre gloire, votre bonheur, voilà le sujet de votre véritable joie. »
Demander instamment la joie à Dieu dans nos prières, puisqu'elle est un bien surnaturel, que seul Dieu peut nous donner.
L'amour de Dieu et la ferveur dans son service, par la prière. « L'oraison est le grand remède à la tristesse... Quel bonheur que de pouvoir s'entretenir avec Dieu, lui parler à cœur ouvert, avec la dernière simplicité et la plus grande confiance ! »
Se mettre, par un entier dégagement, dans la véritable liberté. « Ayez une entière confiance en Dieu, et ne cherchez que lui, et vous serez toujours dans la joie. Ce qui la trouble, ce sont les désirs et les craintes. Celui à qui Dieu suffit, ne désire rien et celui qui à Dieu pour lui, que peut-il craindre ? »
Ne prendre jamais trop sur soi-même. Se garder des engagements multiples, du travail excessif, de la multiplication des dévotions. Varier les occupations. Veiller sur sa santé.
Se contenter de peu. Savoir maîtriser nos désirs de richesse ou d'honneurs, regarder ceux qui en ont moins que nous.
La confiance en Dieu. Penser à Dieu en toute circonstance, lui demander son aide.

Denis Sureau

Partager cet article
Repost0

Mgr François Touvet évêque de Châlons

Publié le

Mgr François Touvet
Mgr François Touvet

Jusqu’à présent vicaire général du diocèse de Langres, le P. François Touvet a été nommé évêque de Châlons, où il succède à Mgr Gilbert Louis, démissionnaire pour raison d’âge. Agé de 50 ans, ordonné prêtre pour le diocèse de Dijon en 1992, il a exercé son ministère jusqu’en 1999 comme vicaire de l’ensemble paroissial d’Is-sur-Tille tout en devenant aussi en 1996 curé in solidum de l’ensemble paroissial voisin (Selongey). De 1999 à 2004, il est curé de l’ensemble paroissial de Châtillon-sur-Seine, doyen du Val-de-Seine de 2001 à 2004, curé de l’ensemble paroissial de Montigny-sur-Aube de 2002 à 2004, et aussi vicaire épiscopal pour la zone Nord de 2002 à 2004. En 2004, il devient vicaire général, poste qu’il occupe jusqu’en 2010 puis il part pour le diocèse de Langres où il est curé-doyen et recteur de la cathédrale de 2010 à 2015. Il devint vicaire épiscopal de la zone Sud de 2011 à 2014 puis vicaire général depuis 2014 et également curé de Chaumont depuis septembre 2015.

Études:
Séminaire de Paray-le-Monial en Ier cycle (1983-1986).
Séminaire de Besançon en 2ème cycle (1986-1988).
(Service militaire-Officier de marine 1988-1989).
Séminaire universitaire de Lyon (1990-1992).
Diplômes:
Baccalauréat C (1983).
Maîtrise de théologie à l’Institut Catholique de Lyon (1992).
Ministères:
1992-1999 : Vicaire dans l’ensemble paroissial d’Is-sur-Tille.
1996-1999 : Curé in solidum de l’ensemble paroissial de Selongey.
1999-2004 : Aumônier diocésain du Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ).
1999-2004 : Curé de Châtillon-sur-Seine et de Coteaux-de-Haute-Seine.
2001-2004 : Doyen du Val-de-Seine.
2002-2004 : Curé de l’ensemble paroissial de Montigny-sur-Aube.
2002-2004 : Vicaire épiscopal de Dijon pour la zone pastorale Nord.
2004-2010 : Vicaire général de Dijon.
2010-2015 : Curé de la Cathédrale de Langres et doyen de Langres.
2011-2014 : Vicaire épiscopal de Langres pour la zone pastorale Sud.
Depuis 2014 : Vicaire général de Langres.
Depuis 2015 : Curé de Chaumont.

Partager cet article
Repost0

Réflexions après les élections

Publié le

1. Première observation : le phénomène FN. Malgré un système électoral qui, par l'étrange prime accordée aux premiers, le prive de la présidence de régions, le Front national est paradoxalement le grand gagnant des dernières élections. Désormais premier parti de France, il est aujourd'hui le seul à recueillir autant d'électeurs sur son seul nom. Au second tour, il a même réalisé une nouvelle performance avec 6,47 millions de voix. Il dispose désormais de 358 conseillers régionaux, 62 conseillers départementaux, 14 maires, 4 députés et sénateurs, et 24 députés européens. Et donc de relais à travers toute la France, ainsi que de ressources financières renforcées. Lors des présidentielles de 2017, tout laisse envisager la présence de Marine Le Pen au second tour... mais aussi son échec, que ce soit face à un candidat Les Républicains, voire même face à François Hollande. Le système institutionnel accorderait ainsi un second mandat à un président qui bat pourtant des records d'impopularité.
2. Deuxième leçon : l'irrésistible progression du FN invite à s'interroger sérieusement sur les raisons de cette ascension, au-delà des invectives et des stigmatisations faciles. Guillaume Goubert écrit dans La Croix (13/12) : « si l’on ne se pose pas de sérieuses questions pour l’avenir, ce n’est que partie remise. Si des réponses ne sont pas apportées aux inquiétudes des Français, le Front national continuera sa progression jusqu’à la prochaine échéance, celle de l’élection présidentielle. Ses dirigeants peuvent se montrer confiants. La stratégie du ''seul contre tous '' leur a offert, de scrutin en scrutin, une constante progression. » Or selon des enquêtes récentes, le premier motif de vote avancé par les électeurs frontistes n'est pas l'immigration, mais la volonté de changement. Face à l'aggravation des problèmes politiques, économiques et sociaux et à l'incapacité des gouvernements successifs à les résoudre, un nombre croissant de Français ont perdu confiance dans les classes dominantes. La contestation de l'établissement peut prendre diverses formes : vote frontiste, abstention massive, manifestations (telles les « manifs pour tous » contre la loi Taubira)... Ou des réactions violentes sans lendemain.
3. Troisième élément : les catholiques rejoignent rapidement le camp protestataire. Leur droitisation, observée scrutin après scrutin, se poursuit. Selon un sondage Ifop publié par Pèlerin, les catholiques pratiquants réguliers glissent de plus en plus vers un vote frontiste. Au premier tour des régionales, ils auraient été 24% à voter pour le parti de Marine Le Pen. Si c'est encore un peu moins que la moyenne des Français (28,4 %), c'est beaucoup plus qu'aux départementales de mars dernier (9%). La hausse est très rapide. Et ils auraient été 9 % à voter pour « Debout la France » (Nicolas Dupont-Aignan), soit deux fois et demi la moyenne nationale. Des choix opérés au détriment du bloc LR-UDI-Modem (46%). Et du Parti socialiste, qui ne recueille plus que 8% : que sont les chrétiens de gauche devenus ?

4. Selon l'Ifop ; les pratiquants réguliers auraient voté à 90% : voter demeure pour eux une obligation morale à suivre. Et s'ils ont décidé de se rendre dans l'isoloir, c'est à 46 % pour « sanctionner la politique du président de la République et du gouvernement » et à 45 % pour des enjeux locaux. Les thèmes dominants mis en avant par les catholiques pratiquants réguliers sont cependant les mêmes que ceux des « sans religion » : principalement l'emploi, le pouvoir d'achat et le coût de la vie, et la sécurité des biens et des personnes. Mais ils attachent davantage d'importance qu'eux à la lutte contre le terrorisme ainsi qu'à la question des migrants / réfugiés, deux thèmes chers au Front national.

Denis Sureau

Partager cet article
Repost0

Miséricorde et péché

Publié le

“La miséricorde de Jésus ne s’exprime pas en mettant la loi morale entre parenthèses. Pour Jésus, le bien est le bien, le mal est le mal. La miséricorde ne change pas l’aspect du péché, mais le brûle d’un feu d’amour. Cet effet purifiant et assainissant se réalise si, dans l’homme, se trouve une correspondance d’amour, qui implique la reconnaissance de la loi de Dieu, le repentir sincère, l’intention d’une vie nouvelle. On pardonne beaucoup à la pécheresse de l’Evangile, parce qu’elle a beaucoup aimé. En Jésus, Dieu vient nous donner l’amour et nous demander l’amour.”

Benoît XVI, Assise, 17 juin 2008

Partager cet article
Repost0

Renouveau spirituel des jeunes

Publié le

Renouveau spirituel des jeunes

Selon une enquête OpinionWay-Corref dont les résultats sont publiés par La Croix, un Français sur dix a pensé à la vie religieuse. 15% des 18-24 ans y songent. Plus étonnant encore est le regain spirituel constaté chez les jeunes de cette classe d'âge : "les 18-24 ans sont 51 % à croire « probable » ou « certaine » l’existence de Dieu. C’est donc la classe d’âge la plus croyante des Français (38 % en moyenne). Ils sont 25 % à se dire « croyants et pratiquants », chiffre que l’on ne retrouve que chez les plus de 65 ans ! Même chose pour l’appartenance confessionnelle : 62 % des 18-24 se disent catholiques (60 % des Français) et ils sont 11 % à pratiquer régulièrement (au moins deux fois par mois), chiffre identique à celui de leurs grands-parents (8 % pour l’ensemble des Français). « C’est un fruit de la pastorale des jeunes menée depuis de nombreuses années », se réjouit Sœur Nathalie Becquart qui note aussi le rôle de l’enseignement catholique, des JMJ, des rassemblements de Taizé, retraites et pèlerinages.

Partager cet article
Repost0

La vocation dominicaine au XXIe siècle : une émission de Denis Sureau

Publié le

La vocation dominicaine au XXIe siècle : une émission de Denis Sureau

Dimanche 6 décembre, à 12h, sur Lumière de l'Espérance (la radio du dimanche de Radio Courtoisie), Denis Sureau s'entretiendra de la vocation dominicaine au XXIe siècle avec le Père Dominique-Marie de Saint Laumer, Prieur de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier, et le Père Louis-Marie de Blignières, fondateur de ladite Fraternité.

L'émission sera rediffusée à 16h, minuit, puis sur le site de Radio Courtoisie.

Partager cet article
Repost0