Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voeux 2016: une année dans la joie de Dieu

Publié le

Voeux 2016: une année dans la joie de Dieu
Nous vous souhaitons une année 2016 dans la vraie joie, celle qui vient de Dieu.

Voici les 8 moyens pour se conserver toujours dans cette joie, selon le Père Ambroise de Lombez (1708-1778), dans son Traité de la joie de l'âme chrétienne:
Se maintenir dans la justice (bien agir). Une conscience tranquille et bien réglée est dans la joie.
Occuper son esprit de ce qui peut réjouir le cœur. « La dignité de notre âme, son extraction divine, sa ressemblance avec son principe, son éternelle destinée : voilà votre gloire, votre bonheur, voilà le sujet de votre véritable joie. »
Demander instamment la joie à Dieu dans nos prières, puisqu'elle est un bien surnaturel, que seul Dieu peut nous donner.
L'amour de Dieu et la ferveur dans son service, par la prière. « L'oraison est le grand remède à la tristesse... Quel bonheur que de pouvoir s'entretenir avec Dieu, lui parler à cœur ouvert, avec la dernière simplicité et la plus grande confiance ! »
Se mettre, par un entier dégagement, dans la véritable liberté. « Ayez une entière confiance en Dieu, et ne cherchez que lui, et vous serez toujours dans la joie. Ce qui la trouble, ce sont les désirs et les craintes. Celui à qui Dieu suffit, ne désire rien et celui qui à Dieu pour lui, que peut-il craindre ? »
Ne prendre jamais trop sur soi-même. Se garder des engagements multiples, du travail excessif, de la multiplication des dévotions. Varier les occupations. Veiller sur sa santé.
Se contenter de peu. Savoir maîtriser nos désirs de richesse ou d'honneurs, regarder ceux qui en ont moins que nous.
La confiance en Dieu. Penser à Dieu en toute circonstance, lui demander son aide.

Denis Sureau

Partager cet article
Repost0

Mgr François Touvet évêque de Châlons

Publié le

Mgr François Touvet
Mgr François Touvet

Jusqu’à présent vicaire général du diocèse de Langres, le P. François Touvet a été nommé évêque de Châlons, où il succède à Mgr Gilbert Louis, démissionnaire pour raison d’âge. Agé de 50 ans, ordonné prêtre pour le diocèse de Dijon en 1992, il a exercé son ministère jusqu’en 1999 comme vicaire de l’ensemble paroissial d’Is-sur-Tille tout en devenant aussi en 1996 curé in solidum de l’ensemble paroissial voisin (Selongey). De 1999 à 2004, il est curé de l’ensemble paroissial de Châtillon-sur-Seine, doyen du Val-de-Seine de 2001 à 2004, curé de l’ensemble paroissial de Montigny-sur-Aube de 2002 à 2004, et aussi vicaire épiscopal pour la zone Nord de 2002 à 2004. En 2004, il devient vicaire général, poste qu’il occupe jusqu’en 2010 puis il part pour le diocèse de Langres où il est curé-doyen et recteur de la cathédrale de 2010 à 2015. Il devint vicaire épiscopal de la zone Sud de 2011 à 2014 puis vicaire général depuis 2014 et également curé de Chaumont depuis septembre 2015.

Études:
Séminaire de Paray-le-Monial en Ier cycle (1983-1986).
Séminaire de Besançon en 2ème cycle (1986-1988).
(Service militaire-Officier de marine 1988-1989).
Séminaire universitaire de Lyon (1990-1992).
Diplômes:
Baccalauréat C (1983).
Maîtrise de théologie à l’Institut Catholique de Lyon (1992).
Ministères:
1992-1999 : Vicaire dans l’ensemble paroissial d’Is-sur-Tille.
1996-1999 : Curé in solidum de l’ensemble paroissial de Selongey.
1999-2004 : Aumônier diocésain du Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ).
1999-2004 : Curé de Châtillon-sur-Seine et de Coteaux-de-Haute-Seine.
2001-2004 : Doyen du Val-de-Seine.
2002-2004 : Curé de l’ensemble paroissial de Montigny-sur-Aube.
2002-2004 : Vicaire épiscopal de Dijon pour la zone pastorale Nord.
2004-2010 : Vicaire général de Dijon.
2010-2015 : Curé de la Cathédrale de Langres et doyen de Langres.
2011-2014 : Vicaire épiscopal de Langres pour la zone pastorale Sud.
Depuis 2014 : Vicaire général de Langres.
Depuis 2015 : Curé de Chaumont.

Partager cet article
Repost0

Réflexions après les élections

Publié le

1. Première observation : le phénomène FN. Malgré un système électoral qui, par l'étrange prime accordée aux premiers, le prive de la présidence de régions, le Front national est paradoxalement le grand gagnant des dernières élections. Désormais premier parti de France, il est aujourd'hui le seul à recueillir autant d'électeurs sur son seul nom. Au second tour, il a même réalisé une nouvelle performance avec 6,47 millions de voix. Il dispose désormais de 358 conseillers régionaux, 62 conseillers départementaux, 14 maires, 4 députés et sénateurs, et 24 députés européens. Et donc de relais à travers toute la France, ainsi que de ressources financières renforcées. Lors des présidentielles de 2017, tout laisse envisager la présence de Marine Le Pen au second tour... mais aussi son échec, que ce soit face à un candidat Les Républicains, voire même face à François Hollande. Le système institutionnel accorderait ainsi un second mandat à un président qui bat pourtant des records d'impopularité.
2. Deuxième leçon : l'irrésistible progression du FN invite à s'interroger sérieusement sur les raisons de cette ascension, au-delà des invectives et des stigmatisations faciles. Guillaume Goubert écrit dans La Croix (13/12) : « si l’on ne se pose pas de sérieuses questions pour l’avenir, ce n’est que partie remise. Si des réponses ne sont pas apportées aux inquiétudes des Français, le Front national continuera sa progression jusqu’à la prochaine échéance, celle de l’élection présidentielle. Ses dirigeants peuvent se montrer confiants. La stratégie du ''seul contre tous '' leur a offert, de scrutin en scrutin, une constante progression. » Or selon des enquêtes récentes, le premier motif de vote avancé par les électeurs frontistes n'est pas l'immigration, mais la volonté de changement. Face à l'aggravation des problèmes politiques, économiques et sociaux et à l'incapacité des gouvernements successifs à les résoudre, un nombre croissant de Français ont perdu confiance dans les classes dominantes. La contestation de l'établissement peut prendre diverses formes : vote frontiste, abstention massive, manifestations (telles les « manifs pour tous » contre la loi Taubira)... Ou des réactions violentes sans lendemain.
3. Troisième élément : les catholiques rejoignent rapidement le camp protestataire. Leur droitisation, observée scrutin après scrutin, se poursuit. Selon un sondage Ifop publié par Pèlerin, les catholiques pratiquants réguliers glissent de plus en plus vers un vote frontiste. Au premier tour des régionales, ils auraient été 24% à voter pour le parti de Marine Le Pen. Si c'est encore un peu moins que la moyenne des Français (28,4 %), c'est beaucoup plus qu'aux départementales de mars dernier (9%). La hausse est très rapide. Et ils auraient été 9 % à voter pour « Debout la France » (Nicolas Dupont-Aignan), soit deux fois et demi la moyenne nationale. Des choix opérés au détriment du bloc LR-UDI-Modem (46%). Et du Parti socialiste, qui ne recueille plus que 8% : que sont les chrétiens de gauche devenus ?

4. Selon l'Ifop ; les pratiquants réguliers auraient voté à 90% : voter demeure pour eux une obligation morale à suivre. Et s'ils ont décidé de se rendre dans l'isoloir, c'est à 46 % pour « sanctionner la politique du président de la République et du gouvernement » et à 45 % pour des enjeux locaux. Les thèmes dominants mis en avant par les catholiques pratiquants réguliers sont cependant les mêmes que ceux des « sans religion » : principalement l'emploi, le pouvoir d'achat et le coût de la vie, et la sécurité des biens et des personnes. Mais ils attachent davantage d'importance qu'eux à la lutte contre le terrorisme ainsi qu'à la question des migrants / réfugiés, deux thèmes chers au Front national.

Denis Sureau

Partager cet article
Repost0

Miséricorde et péché

Publié le

“La miséricorde de Jésus ne s’exprime pas en mettant la loi morale entre parenthèses. Pour Jésus, le bien est le bien, le mal est le mal. La miséricorde ne change pas l’aspect du péché, mais le brûle d’un feu d’amour. Cet effet purifiant et assainissant se réalise si, dans l’homme, se trouve une correspondance d’amour, qui implique la reconnaissance de la loi de Dieu, le repentir sincère, l’intention d’une vie nouvelle. On pardonne beaucoup à la pécheresse de l’Evangile, parce qu’elle a beaucoup aimé. En Jésus, Dieu vient nous donner l’amour et nous demander l’amour.”

Benoît XVI, Assise, 17 juin 2008

Partager cet article
Repost0

Renouveau spirituel des jeunes

Publié le

Renouveau spirituel des jeunes

Selon une enquête OpinionWay-Corref dont les résultats sont publiés par La Croix, un Français sur dix a pensé à la vie religieuse. 15% des 18-24 ans y songent. Plus étonnant encore est le regain spirituel constaté chez les jeunes de cette classe d'âge : "les 18-24 ans sont 51 % à croire « probable » ou « certaine » l’existence de Dieu. C’est donc la classe d’âge la plus croyante des Français (38 % en moyenne). Ils sont 25 % à se dire « croyants et pratiquants », chiffre que l’on ne retrouve que chez les plus de 65 ans ! Même chose pour l’appartenance confessionnelle : 62 % des 18-24 se disent catholiques (60 % des Français) et ils sont 11 % à pratiquer régulièrement (au moins deux fois par mois), chiffre identique à celui de leurs grands-parents (8 % pour l’ensemble des Français). « C’est un fruit de la pastorale des jeunes menée depuis de nombreuses années », se réjouit Sœur Nathalie Becquart qui note aussi le rôle de l’enseignement catholique, des JMJ, des rassemblements de Taizé, retraites et pèlerinages.

Partager cet article
Repost0

La vocation dominicaine au XXIe siècle : une émission de Denis Sureau

Publié le

La vocation dominicaine au XXIe siècle : une émission de Denis Sureau

Dimanche 6 décembre, à 12h, sur Lumière de l'Espérance (la radio du dimanche de Radio Courtoisie), Denis Sureau s'entretiendra de la vocation dominicaine au XXIe siècle avec le Père Dominique-Marie de Saint Laumer, Prieur de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier, et le Père Louis-Marie de Blignières, fondateur de ladite Fraternité.

L'émission sera rediffusée à 16h, minuit, puis sur le site de Radio Courtoisie.

Partager cet article
Repost0

Téléthon : mise en garde des AFC

Publié le

Les Associations familiales catholiques dénoncent à leur tour l'imposture du Téléthon par un communiqué sous ce tire : "A quand la possibilité de choisir une destination éthique de ses dons ?" :
Le Téléthon est chaque année un emanifestation de générosité encourageante pour laquelle de très nombreux Français se mobilisent afin de lutter contre les maladies neuromusculaires telles que la myopathie. Depuis 1987, les fonds récoltés ont notamment contribué à faire progresser la recherche génétique mais aussi à apporter de nombreuses aides aux familles et aux malades qui vivent, au quotidien, avec un lourd handicap évolutif.
Tout en saluant les progrès accomplis, les AFC rappellent cependant l’importance de la transparence vis-à-vis des familles, des malades et des Français.
Elles tiennent à souligner que les enfants nés sains, présentés par l’AFM-Théléton comme un ‘espoir’ et comme ‘la vie qui reprend le dessus’ sont en réalité issus d’un processus de sélection embryonnaire suite au diagnostic préimplantatoire et que leurs embryons frères et sœurs handicapés ont, eux, été éliminés.
Elles encouragent en conséquence les chercheurs à quitter cette voie eugéniste et à orienter leurs recherches exclusivement vers la guérison, notamment de la myopathie, par des thérapies géniques ou cellulaires, une chirurgie du gène, de médicaments, etc.
Les AFC réitèrent par ailleurs leur demande pour que les donateurs du Téléthon aient la possibilité de choisir les programmes de recherche qu’ils désirent soutenir, en toute connaissance de cause.
Préoccupées chaque année par la destination des dons du Téléthon, compte tenu en particulier de la masse des moyens financiers consacrés à la recherche sur les embryons, les AFC poursuivent inlassablement leurs actions dans le domaine éthique à l’heure où la question de la dignité de la personne humaine est au cœur de l’actualité.

Partager cet article
Repost0

Boycottons le Téléthon

Publié le

Boycottons le Téléthon

TÉLÉTHON… DE GRAVES QUESTIONS

Mgr Jacques Benoit-Gonnin, évêque de Beauvais, vient de publier une mise en garde contre le Téléthon : « Des bénévoles dévoués, un climat festif, une grande générosité populaire. C’est la face visible du Téléthon, et elle est belle. Je partage le souci de soutenir la recherche médicale, et d’accompagner les malades et leurs familles. Mais tous les moyens sont-ils acceptables ? La recherche qui conduit à détruire des embryons humains et la mise en œuvre de pratiques d’inspiration eugéniste posent de graves problèmes. Pour sauver des vies, on en détruit d’autres. Le refus d’un système de fléchage des dons contraint les chrétiens à choisir entre renier leur conscience ou se retirer du mouvement solidaire. Pourtant, nous pensons que l’on doit pouvoir faire le bien sans faire de mal ; que générosité et respect de la vie ne peuvent pas s’opposer. »

Partager cet article
Repost0

Surenchère laïciste de l'AMF

Publié le

Surenchère laïciste de l'AMF

L'Association des Maires de France a publié un vade-mecum pour la laïcité à la tonalité très antireligieuse (il est consultable sur le site web amf.asso.fr). Parmi les propositions concrètes, l'AMF demande une loi pour interdire « la présence de crèches de Noël dans l’enceinte des mairies » jugée incompatible avec la laïcité. Elle demande un contrôle strict des écoles indépendantes. L'association « invite les maires à être attentifs aux potentielles entorses à la laïcité dans le cadre du soutien apporté à des manifestations considérées comme traditionnelles (processions, troménies, baptêmes de navires, bénédiction de bâtiments,…) ». Et encore : « la participation à des cérémonies religieuses, en tant qu’élu, devra se faire dans le strict respect de la neutralité républicaine, c’est-à-dire sans manifestation de sa propre croyance ou non-croyance. »

Xavier Lemoine, maire de Montfermeil et membre du groupe de travail « Laïcité » à l'origine du vade-mecum, a révélé que son orientation a été donnée dès le début de son élaboration par Daniel Keller, Grand Maître du Grand Orient de France, et le frère Gérard Delfau, de la même obédience. Le discours de ce dernier, qui figure d'ailleurs en annexe du vade-mecum, présente curieusement les lois Neuwirth (pilule), Veil (avortement) et Taubira (mariage homo) comme des « avancées en matière de laïcité », acquises contre l’Église catholique. Peu de journalistes ont rappelé que le président de l'AMF, François Baroin est le fils de l'ancien Grand Maître du Grand Orient de France, dont il bénéficie du réseau d'amitiés même s'il affirme n'être pas initié, à la différence du vice-président de l'AMF, le frère André Laignel. Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a critiqué ce durcissement de la laïcité. Tout comme Sens Commun, qui a déclaré : « Alors que notre modèle de société est attaqué, ce vade-mecum l’affaiblit plus encore en niant la réalité même de la culture et de l’identité de notre pays ». Le mouvement appelle les maires « à s’opposer fermement à ce vade-mecum et à continuer à faire rayonner dans leur commune et au-delà les traditions et les trésors de notre culture. »

Partager cet article
Repost0