Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chrétiens dans la Cité n°316 est paru

Publié le

Au sommaire de ce numéro :

ANALYSE : Une écologie intégrale

Synthèse de l'encyclique Laudato si' sur "la sauvegarde de la maison commune".

AGENDA

LES HOMMES

Patricia et Tristan Lormeau - Michel-Henri Favre - Nicolas Truelle - Asia Bibi

INFORMATIONS

La réception de l'encyclique - Migrants : déclaration épiscopale - Record de dons pour l'AED - Ordinations 2015 : nouvelle baisse - A l'écoute des familles - Promouvoir - Reprise de Terre Entière - Semaines sociales 2015

LECTURES

Sauver la Création

La Création chez les Pères de l'Eglise

INITIATIVES

Communauté des Béatitudes

Abonnez-vous à la lettre d'information Chrétiens dans la Cité en suivant ce lien.

Partager cet article

Ordinations 2015 en baisse

Publié le

Ils étaient 82 en 2014 et 92 en 2013. Cette année, la Conférence des évêques de France a dénombré 68 ordinations de prêtres diocésains, dont 7 pour la Communauté de l’Emmanuel, 1 pour le Chemin Néocatéchuménal, 3 pour les Missions Etrangères de Paris. De plus, a été ou sera ordonné, un prêtre pour l’éparchie ukrainienne, un autre pour le diocèse de Monaco ainsi qu’un prêtre dépendant de l’ordinariat des catholiques orientaux. De plus, 87 séminaristes – qui deviendront prêtres l’an prochain – sont également ordonnés diacres en vue de la prêtrise. S'y ajoutent une cinquantaine de prêtres religieux ou membres de sociétés cléricales, par exemple 8 pour l'Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre, 6 pour le Chemin Neuf, 4 pour la Communauté Saint-Martin, etc. Il y aura au total environ 120 ordinations de prêtres diocésains et religieux en France durant l’année 2015, contre 140 en 2014.

Partager cet article

L'écologie intégrale du Pape François

Publié le

L'encyclique Laudato si' sur la sauvegarde de la maison commune propose une « écologie intégrale » où toutes les activités de l'homme sont mises en relation.

Le texte du Pape François était très attendu, et certains le commentaient déjà avant sa sortie. Combien le liront ? S'il s'adresse à tous les hommes – comme toutes les encycliques depuis celles de Jean XXIII –, un minimum d'effort est requis pour lire ces 200 pages, même si son style est généralement accessible. D'emblée, la vision qui le sous-tend est clairement catholique : la terre, notre « maison commune » est abîmée en raison de « la violence qu'il y a dans le cœur humain blessé par le péché ». La perspective du Pape François n'est pas différente de celle de celle de ses prédécesseurs, Benoît XVI en particulier. Mais il déploie la doctrine écologico-sociale de l’Église avec une ampleur inégalée.
Dans une première partie, le Pape propose un diagnostic soigneusement documenté de « ce qui se passe dans notre maison » : pollution et culture du déchet, réchauffement climatique (les « climato-sceptiques » seront déçus), menaces sur l'eau, perte de la biodiversité. Cette grande dégradation de l'environnement entraîne une non moins détérioration de la qualité de la vie humaine, par une urbanisation désordonnée, des moyens de communication déshumanisants ou des inégalités fortes. En passant, François affirme que l'augmentation de la population n'est pas un problème lorsqu'un tiers des aliments produits sont détruits. Il attribue la faiblesse des réactions face à cette situation à « la soumission de la politique à la technologie et aux finances».
Le deuxième chapitre, plus spirituel et théologique développe « l'évangile de la Création ». S'appuyant sur une lecture corrigée de la Genèse et des récits bibliques, le Pape nous invite à l'émerveillement dans la contemplation d'une Création où Dieu est toujours présent. Hélas, avec la rupture originelle, l'homme voulant prendre la place de Dieu a dénaturé sa mission de « soumettre » la terre. Ce mal est à la racine de la crise écologique qui est analysée dans le chapitre suivant. Le Pape se livre à une véritable déconstruction des « mythes de la modernité » qu'il énumère : « individualisme, progrès indéfini, concurrence, consumérisme, marchés sans règles ». S'inspirant des analyses du théologien Romano Guardini (cher à Benoît XVI), François dénonce le « paradigme technocratique » qui fonde le projet d'une croissance infinie ou illimitée. Ce modèle est l'expression de « l'anthropocentrisme moderne », ce « rêve prométhéen de domination sur le monde », de l'affirmation de l'homme qui « se déclare autonome par rapport à la réalité » et « se pose en dominateur absolu ». Il en découle un « relativisme pratique » et des atteintes à la vie telles que les expérimentations sur les embryons humains ou l'avortement. C'est dans ce contexte que le Pape aborde la question des OGM , avec une réponse subtilement nuancée.

Dans un quatrième chapitre, le Pape François propose une « écologie environnementale, économique et sociale », bref une « écologie intégrale ». Il répète à plusieurs reprises : « Tout se tient ». On notera aussi en passant une attention spéciale portée à la défense du patrimoine historique et culturel dont la diversité est incompatible avec des « réglementations uniformes ». Le chapitre suivant propose quelques lignes d'orientation et d'action qui tournent d'un dialogue international que l'interdépendance rend indispensable.

Le dernier chapitre est intitulé Education et spiritualité écologiques. Dépassant une thématique bien connue (miser sur un style de vie sobre, exercer notre responsabilité sociale de consommateur, ne pas gaspiller...), le Pape invite les chrétiens à une « conversion écologique », déclarant : « Vivre la vocation de protecteurs de l'oeuvre de Dieu est une part essentielle d'une existence vertueuse ; cela n'est pas quelque chose d'optionnel ni un aspect secondaire dans l'expérience chrétienne ». Il nous faut reconnaître le monde comme don reçu de Dieu (en commençant par rendre grâce avant et après les repas). Vivre aussi simplement, en prenant son temps, dans les rencontres fraternelles, « le déploiement de ses charismes, dans la musique et l'art, dans le contact avec la nature, dans la prière ». Et développer un « amour civil et politique », ne serait-ce qu'à travers les associations qui oeuvrent pour embellir notre environnement naturel et urbain. Enfin le Pape consacre de beaux paragraphes aux sacrements, « mode privilégié de la manière dont la nature est assumée par Dieu et devient médiation de la vie surnaturelle ».

L'écologie intégrale du Pape François

Partager cet article

Nouvelle mise en garde contre la TFP

Publié le

En tant que chapelain responsable du sanctuaire de Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse (rue du Bac, à Paris),le Père Guenolé Feugang c.m. met en garde contre la TFP : "Nous recevons de nombreuses plaintes au sujet de l’association Tradition, Famille, Propriété (TFP) suite à leur envoi par courrier de tracts se servant de la Médaille Miraculeuse et de son message. Par là même, on invite les gens à donner des sommes de 15 à 20 euros, voire 50 euros et même plus ! Un bon nombre de personnes pensant que c’est en relation avec notre Chapelle se laissent abuser ! Nous affirmons avec force que nous n’avons rien à voir avec cette association."

Partager cet article

Vincent Lambert : ce témoignage qui choque La Croix

Publié le

Tournée le jour même de la décision inhumaine de la Cour européenne des droits de l'homme, une vidéo montrant Vincent Lambert a le mérite de la ramener brutalement au réel. Il importe de regarder ce témoignage exceptionnel avant qu'il ne soit définitivement censuré par l'appareil idéologique d'Etat.

Alors que des évêques prennent la défense de Vincent Lambert, comment ne pas s'étonner de l'éditorial de Guillaume Goubert dans La Croix ? Le quotidien du groupe Bayard (propriété de la congrégation des Augustins de l'Assomption) a non seulement refusé de diffuser la vidéo sur son site, mais il considère qu'elle "n'aura rie apporté de nouveau au débat". Or il suffit de la regarder pour être convaincu du contraire. Le directeur de la rédaction de La Croix estime aussi que l'intimité de Vincent Lambert "a été mise sur la place publique sans qu'il puisse rien dire". Argument réfuté par Maître Jérôme Triomphe : "A ceux qui disent en effet que Vincent n'a pas donné son consentement, je ne peux que retourner cet argument : Vincent n'avait pas donné son consentement pour qu'on le fasse mourir en mettant fin à son alimentation et à son hydratation. On atteint là des sommets d'indécence.."

Partager cet article

Le Cahier de vacances catho

Publié le

En 2009, Transmettre a inventé le cahier de vacances chrétien : Le Cahier de vacances catho. Le succès a été tel qu'il a été plagié par d’autres éditeurs ! Et l'année suivante, Transmettre a publié un second cahier : Le Cahier de vacances avec la Bible.

Redécouvrir la foi catholique en s’amusant: c’est le but du Cahier de vacances catho, pour enfants de 7 à 77 ans et même davantage. Pour les enfants qui ne connaissent pas encore les devoirs de vacances ou pour les adultes qui s’en souviennent, voici un moyen humoristique et ludique d’apprendre ou de réviser le b a ba du caté. Quarante exercices et jeux permettent de passer en revue les fondamentaux du christianisme : le Credo, les sacrements, la vie dans le Christ, la prière, ainsi que les éléments principaux de la culture religieuse: la Vierge Marie, les saints, la Bible et l’art chrétien. Tout pour évaluer seul ou – mieux encore – en famille son niveau de connaissances religieuses !

A commander pour 7,90 euros port offert sur www.transmettre.fr

La presse en parle

« La nouveauté, c’est que, cet été, la petite maison d’édition Transmettre vous propose même de bronzer sous le signe de l’Esprit saint ! Avec le Cahier de vacances catho pour toute la famille, parents et enfants peuvent ensemble passer en revue, par le biais de rébus, mots mêlés ou jeux de mémoire, la vie de Jésus, les mots et les définitions de l’Eglise, les péripéties de la confession, ou encore un peu d’architecture et d’ornementation liturgique. » (Anne-Cécile Juillet, Le Parisien)
« Sur la plage, en attendant le TGV ou sur la banquette de la voiture : ne perdons pas la foi ! La revue Transmettre a combiné 24 pages de jeux pour réviser le B.a.-ba du caté. Charades, mots mêlés, rébus et devinettes battent les cartes des fondamentaux du christianisme. Credo, sacrements, liturgie deviennent un jeu d’enfant. Tout pour tester seul ou en famille sa culture religieuse. On vous conseille de l’emporter en vacances. (Magali Michel, Il est vivant!)
« Pour ne pas bronzer idiot, il est de bon ton d’emporter un cahier de vacances dans son sac de plage. Et si on bronzait catho? À travers rébus, mots mêlés, charades, messages codés, images à reconnaître, Le Cahier de vacances catho de Transmettre fait le pari de nous faire réviser, de façon ludique, les piliers de la foi! Suivant le plan du Catéchisme de l’Église catholique, la profession de la foi, les sacrements et la liturgie, la vie dans le Christ et là prière chrétienne sont abordés, ainsi que la Vierge Marie, la Bible, les saints, la culture chrétienne. Quarante exercices et jeux, de niveaux très différents, à faire en famille. De grands moments de plaisir en perspective. » (Bénédicte de Saint-Germain, Famille chrétienne)
» Les cahiers vacances sans maths, ni français… L’été est là.et tout le monde rêve déjà de repos et de détente mais pour ne pas bronzer idiot, le Bon Conseil vous propose de glisser dans vos bagages, entre la crème solaire et le dernier roman de Marc Levy, un cahier de vacances familial qui vous permettra de réviser vos connaissances de caté et d’histoire religieuse :le Cahier de vacances catho de Transmettre .. » (Père Vincent Mello, directeur du Bon Conseil, ABC)
« Des jeux pour découvrir la foi catholique, suivant le plan du catéchisme de l’Église : le credo, les sacrements et la liturgie, la vie dans le Christ et la prière. Ces quatre grandes parties sont complétées d’activités sur la Vierge Marie, les saints, la Bible et la culture chrétienne. » (Parole et Prière)

Le Cahier de vacances catho

Le Cahier de vacances catho

Partager cet article

Chrétiens dans la Cité n°315 est paru

Publié le

Au sommaire du numéro 315 :

ANALYSE

Pour le fondateur et président d’Habitat et Humanisme, le Père Bernard Devert, la progression forte de l’épargne solidaire confirme le développement d’une économie où l’homme est reconnu. Son analyse...

AGENDA

LES HOMMES

3 nominations épiscopales : Dominique Blanchet, Jean-Louis Balsa et Laurent Dognin

INFOS

Le mariage homo divise les protestants

Réforme du collège : le soutien de l'Enseignement catholique et de l'Apel est contesté

Dissolution de la Communauté du Pain de vie

La Société de Saint-Vincent-de-Paul agréée par le Comité de la Charte du don

Finances vaticanes : retour aux profits

L'association Nouveaux Martyrs

Les Assises chrétiennes de l'écologie

LECTURES : AnarChrist, de Jacques de Guillebon & Falk van Gaver

INITIATIVES : TeenSTAR

Partager cet article

De l'anarchisme chrétien

Publié le

Si, selon la célèbre formule de Proudhon, l’anarchie « c’est l’ordre sans le pouvoir » (plutôt que « ni Dieu ni maître »), et que le pouvoir est aux mains des sombres puissances de ce monde, il est alors possible d'envisager un anarchisme chrétien.

C'est en tout cas la conviction des essayistes Falk van Gaver et Jacques de Guillebon, Sacco et Vanzetti de l'anarchrisme, qui revisitent librement (voire anarchiquement) deux siècles d'aventures intellectuelles, évoquant une série de rebelles dressés face au monde bourgeois et technicien. Leur définition de l'anarchisme chrétien est suffisamment ouverte pour y faire rentrer des figures aussi différentes – et pittoresques – que Bloy et Bernanos, Claudel et Thibon, Rimbaud et Péguy, Lanza del Vasto et Jünger, Ellul et Mounier, Chesterton et Debord...

Ce foisonnement semblera incongru, ces rapprochements pourront paraître bizarres, mais ils ont le mérite de bousculer les catégories un peu trop sages et figées de gauche et de droite. Dans un monde dominé par le Marché et par l'État, des voix se sont levées au nom de la grande liberté chrétienne, d'une affirmation radicale de la dignité de l'homme et de ses communautés d'appartenance. Ce livre a le mérite de nous proposer des rencontres originales et rafraîchissantes, et d'ouvrir des pistes de réflexion.

Jacques de Guillebon
Falk van Gaver
AnarChrist !
Une histoire de l'anarchisme chréti
en
Préface de Jean-Claude Guillebaud
DDB, 400 p., 23,90 €

De l'anarchisme chrétien

Partager cet article

Mgr Jean-Louis Balsa évêque de Viviers

Publié le

Le Père Jean-Louis Balsa, jusqu’à présent vicaire général du diocèse de Nice, a été nommé évêque de Viviers. Il succède à Mgr François Blondel, atteint par la limite d’âge. Né en 1957, il a été ordonné prêtre en 1984 pour le diocèse de Nice. Il dispose d'un sérieux bagage universitaire : maîtrise de philosophie, maîtrise de théologie, élève à l’École pratique des hautes études, habilitation au doctorat en théologie, DEA d’anthropologie religieuse. Il a été vicaire épiscopal pour la pastorale des jeunes et participé à la formation de séminaristes du diocèse, secrétaire du synode diocésain, vicaire général du diocèse auprès de Mgr Louis Sankalé puis de Mgr André Marceau.

Ministères
1985-1991 : Aumônier des lycées et collèges de Cannes.
1991-2001 : Curé de Valbonne, Biot et Sophia-Antipolis.
2001-2007 : Vicaire épiscopal pour la pastorale des jeunes.
2002-2007 : Directeur des études au séminaire de Laghet, professeur de théologie trinitaire.
2007-2009 : Secrétaire général du synode diocésain.
2009-2013 : Vicaire général auprès de Mgr Louis Sankalé.
2013-2014 : Délégué général de Mgr Guy Thomazeau, administrateur apostolique.
Depuis 2014 : Vicaire général de Mgr André Marceau.

Mgr Jean-Louis Balsa évêque de Viviers

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>