La lettre des chrétiens actifs

Chrétiens dans la Cité est une lettre d'information confidentielle vendue exclusivement sur abonnement. Ce blog ne publie pas les informations qu'elle contient mais n'est qu'une vitrine.

Profitez de notre offre d'abonnement spéciale: 
30 pour 1 an (50% de réduction)
Vous pouvez aussi envoyer un chèque à
Chrétiens dans la Cité
17 rue Manessier
94130 NOGENT SUR MARNE

contact@chretiensdanslacite.com

Recherche

Qui sommes-nous ?

Chrétiens dans la Cité n'est pas une association mais une lettre d'information indépendante dirigée par Denis Sureau, 55 ans, journaliste, éditeur et théologien. Philosophe de formation, il a publié Retour à la politique (DMM, 1995,épuisé), Petite somme politique, anthologie de textes politiques de saint Thomas d'Aquin (Téqui, 1997) et Prières devant le Saint Sacrement, traduction et commentaire des prières de saint Thomas d'Aquin (Ed. de L'Emmanuel, 2002) et Pour une nouvelle théologie politique (Parole et Silence, 2008 et traduction en espagnol : Una nueva teologia politica, Nuovo Inicio, 2010). En 2013, il publie Deux mariages et un enterrement (Editions de L'Homme Nouveau), petite synthèse sur le mariage et ses parodies séculières.
Curriculum vitae détaillé CV2013 CV2014

La nouvelle théopolitique


Denis Sureau
Pour une nouvelle théologie politique
Parole et Silence, 174 p., 17 €
Pour commander en ligne (à partir du site Transmettre)

Une nouvelle génération de théologiens se lève dans le monde anglo-saxon. Ils ont entre 30 et 50 ans et de l'énergie à revendre. Catholiques, anglicans, ou protestants, ils bouleversent les vieux clivages, remettent en cause les catégories installées. Disciples de saint Augustin et de Henri de Lubac, marqués par l'enseignement d'Alasdair MacIntyre et de Stanley Hauerwas, ils plaident pour le retour à une théologie libérée de tout complexe d'infériorité.


Revue de presse

Caritas in veritate

Denis Sureau a publié un commentaire de la grande encyclique sociale de Benoît XVI
Caritas in veritate




Préface de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne.
192 pages - 6,50 €

 

26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 17:02

Le numéro 303 de la lettre d'information Chrétiens dans la Cité vient de paraître.

Au sommaire :

ANALYSE : Radioscopie des cathos

AGENDA

LES HOMMES : François Soulage - Gaultier Bès - Pauline Dawance - Robert Bresson

INFOS

L'essor des écoles indépendantes

La Manif pour tous mobilise

Un patron chrétien à la tête de Danone

Quand la Cour de cassation se déshonore

Connaître les religions : l'IHMR

Rencontre Etat / Eglise

Les sessions de Paray font le plein

Ouverture d'un nouvel institut de théologie

Affaire Gerson suite

Mise en garde contre Médecins du monde

Notre Dame de Vie

LECTURES : "Pourquoi prier pour la France?"

INITIATIVES : Clarifier

Partager cet article

11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 08:18

Nous vous proposons une offre exceptionnelle : un abonnement d'essai d'un an pour seulement 30 euros. Il suffit de cliquer ici.

 

Vous voulez connaître les initiatives prises par les chrétiens dans la vie sociale, économique et politique : famille, école, entreprise, institutions...

Vous ne pouvez pas tout lire

mais vous pouvez tout savoir...

... à condition bien sûr de disposer d’une publication sérieuse et concise, pour gagner du temps.

 

Depuis 1996, Chrétiens dans la Cité s’est affirmée comme une source indispensable pour tous ceux qui veulent des informations sûres, fiables, objectives, se référant à la doctrine sociale de l'Eglise.

 

Chrétiens dans la Cité offre sur quatre pages :

  • une analyse pointue d'un enjeu de société,
  • un agenda des principales réunions,
  • des brèves nouvelles,
  • une fiche sur un mouvement, 
  • l’analyse d’un livre de référence.

mgrrey.jpg

Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, nous écrit  :


"Chrétiens dans la Cité apporte des informations utiles, souvent peu relayées par les médias français, concernant la vie de l'Eglise dans la cité, en particulier en ce qui concerne la dimension éthique et sociale. Pour sortir des "prêt-à-penser", des poncifs et des préjugés, il est nécessaire de disposer de telles informations...Lecteur assidu de Chrétiens dans la Cité, je vous encourage à le faire connaître et je vous prie de croire à mon soutien et à mon souhait, pour qu'il soit promu et connu."

Partager cet article

3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 16:45

Le numéro de rentrée de la lettre d'information Chrétiens dans la Cité vient de paraître, avec au sommaire :

ANALYSE

Le drame de l'Irak relégitime--il le concept de guerre moralement acceptable ? Les récentes déclarations romaines vont dans ce sens.

AGENDA

LES HOMMES : Mgr Jean-Paul Gusching - Christine Pedotti - Mgr Richard Williamson - Jean-Baptiste de Franssu

INFOS

Solidarité internationale : 72 nouveaux volontaires Fidesco

La rentrée de La Manif pour tous

Quand le CSA censure

Affaire Gerson : suspension annulée

Intervenir au nom de l'humanité

Eurojam 2014

Famille chrétienne se renouvelle

Nominations à la tête des AFC

LECTURE : Le célibat des prêtres, par Jean Mercier

INITIATIVES : le BICE

Partager cet article

2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:33

Les atrocités commises par l’État islamique en Irak conduisent les chrétiens à retrouver le sens d’une action militaire légitime.

Depuis un demi-siècle, l’idée qu’une guerre puisse être juste semblait comme malsonnante dans le monde catholique. Non sans raison : les horreurs des conflits modernes et la menace des armes de destruction massive nourrissaient un certain pacifisme. Les papes – de Benoît XV pendant la Première guerre mondiale jusqu’à Jean Paul II contre la guerre du Golfe – ont dénoncé de manière prophétique ces « aventures sans retour » qui causent plus de mal que de bien : le drame actuel de l’Irak est d’ailleurs la conséquence de son invasion en 2003 par la coalition menée par les États-Unis. Fallait-il pour autant abandonner la théologie de la guerre juste élaborée par saint Augustin ? Jean Paul II lui-même avait légitimé en janvier 1993 une intervention en Bosnie pour éviter le génocide. Et dans son message pour la journée de la paix du 1er janvier 2000, il avait précisé : « Évidemment, quand les populations civiles risquent de succomber sous les coups d’un injuste agresseur et que les efforts de la politique et les instruments de défense non violente n’ont eu aucun résultat, il est légitime, et c’est même un devoir, de recourir à des initiatives concrètes pour désarmer l’agresseur. Toutefois, ces initiatives doivent être limitées dans le temps, avoir des objectifs précis, être mises en œuvre dans le plein respect du droit international, être garanties par une autorité reconnue au niveau supranational ».


Le 9 août, Mgr Silvano Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU, a déclaré que « peut-être qu’une action militaire est nécessaire en ce moment pour arrêter l’avancée des djihadistes en Irak ». Le 13 août, le Conseil des conférences épiscopales d’Europe a adressé une lettre au Conseil de sécurité de l’ONU pour demander une intervention devenue urgente. A son tour, le 18 août, le pape François a rappelé que « dans les cas où il y a agression injuste », il était « licite d’arrêter l’agresseur injuste. Je dis bien "arrêter", je ne dis pas bombarder ou faire la guerre » ; il a ajouté (visant les États-Unis) qu'« un pays ne juger tout seul comment arrêter un agresseur injuste », et que c’est à l’ONU « que l’on doit discuter et dire il y a un agresseur injuste, comment l’arrêtons-nous ?" Comme le commente le directeur de la rédaction de La Vie, Jean-Pierre Denis, « Le pape François a donc franchi le Rubicon en évoquant publiquement la nécessité de "stopper" les djihadistes. Pour une fois, on sent l’Argentin gêné aux entournures. On le comprend, car l’Église a condamné jusqu’ici avec force toutes les interventions armées dans la région. Un peu… jésuite, François se refuse donc à parler explicitement de bombardements. C’est pourtant de cela qu’il s’agit, et il le sait. » (La Vie, 21 août).

Partager cet article

10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 10:18

Jean-Marie Andrès a été élu président de la Confédération nationale des Associations familiales catholiques. Il succède à Antoine Renard, devenu président de à la Fédération des AFC en Europe. Le Conseil d’administration a également élu le bureau suivant : Pascale Morinière, vice-présidente, Jacques Michel Peu Duvallon, secrétaire général, Jean-Marie Weinachter, trésorier, Bruno Chavialle, Geneviève Verdet et Bertrand de Vulpillières.
Odile et Jean Marie Andrès sont ingénieurs, ils ont 7 enfants, et sont engagés en faveur de la famille depuis 25 ans. Jean Marie Andrès a été vice-président de la CNAFC pendant 12 ans, après avoir été président de la Fédération des AFC des Hauts-de-Seine. Il était jusqu’à présent responsable des secteurs Politique familiale et Questions de société de la CNAFC.

Partager cet article

4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 08:02

L’Eurojam 2014 se déroulera à Saint-Evroult-Notre-Dame-du-Bois (61) du 3 au 10 août.
10 000 Guides et Scouts de 16 pays d’Europe, auxquels se joindront des unités venues du Canada et des Etats-Unis. Au total ce sont plus de 1500 patrouilles qui sont attendues pour vivre un camp scout dans les bois et célébrer la fraternité européenne en Normandie.

Partager cet article

3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 11:00

Le Père Jean-Paul Gusching, vicaire général du diocèse d’Amiens, a été nommé évêque de Verdun. Il remplace Mgr François Maupu, atteint par la limite d’âge. Né en 1955 à Neuville Coppegueule, ordonné prêtre en 1983 pour le diocèse d’Amiens, prélat d’honneur de Sa Sainteté, Mgr Jean-Paul Gusching a exercé son ministère sacerdotal dans le diocèse d'Amiens.

Voici son parcours :

Né le 25 juillet 1955 à Neuville Coppegueule (Somme).

Ordonné prêtre le 19 juin 1983 pour le diocèse d’Amiens.
Prélat d’honneur de Sa Sainteté depuis le 15 mars 2010.

Études :
Séminaire Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux.
Séminaire de Reims.
Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique.

Diplômes :
Baccalauréat.
Diplôme comptable.
Baccalauréat de théologie.

Ministères :
1983-1990 : Vicaire puis curé de la paroisse de Corbie.
1990-1999 : Vicaire à la Cathédrale, membre de l’équipe des prêtres du centre-ville
d’Amiens.
1999-2000 : Curé in solidum de la paroisse du centre-ville d’Amiens.
2000-2004 : Curé de la paroisse Saint Jean-Baptiste de Péronne.
Modérateur des paroisses Saint Joseph de Moilains-Combles et de la paroisse Notre-Dame de Moyenpont, Roisel.
2004-2013 : Vicaire général d’Amiens.
2013-2014 : Curé de la paroisse Saint Jean-Baptiste d’Amiens.
2013-2014 : Administrateur diocésain.
Depuis 2014 : A nouveau vicaire général d’Amiens.

Partager cet article

1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 13:16

Voici une tribune du Père Bernard Devert - président fondateur de Habitat et Humanisme - dans l'actualité du redécoupage des régions.

L’acte d’entreprendre pour des territoires équilibrés : une chance ou un leurre .

Le toit est un droit qui ne se construit pas seulement avec des textes - même s’ils sont parfois nécessaires - mais plutôt dans un contexte de confiance et de sécurité pour ne point éloigner les investisseurs. Le Gouvernement vient d’en faire l’amère expérience.
A trop légiférer, on ‘ligote’ la création.
Il est surprenant et consternant d’observer que la démocratie participative est malmenée, paralysée par les décisions qui viennent d’en haut, pour oublier l’urgence de la négociation avec les acteurs de terrain. La politique du logement en est une illustration.
Notre Société connaît deux maux qui l’abîment, l’absence de travail pour un grand nombre et celle d’un toit entraînant une difficulté nouvelle et dramatique : trop de foyers ‘en fin de droits’ quant aux indemnisations de chômage, ne parviennent plus à se maintenir dans leur logement.
La cohésion sociale est en danger. Le risque est annoncé depuis longtemps mais il est désormais avéré avec un coût de l’habitat en rupture avec les ressources de trop de nos concitoyens.
Trop de politiques restent sourds à l’aménagement du territoire pour consentir à une concentration des emplois sur quelques régions au préjudice des villes moyennes qui se dépeuplent et finalement meurent.
Nous avons perdu bien des emplois industriels. Sans doute, faut-il les reconquérir, mais l’activité tertiaire offre une flexibilité suscitant une nouvelle donne quant à l’aménagement des territoires, bien des emplois n’ayant pas besoin d’être concentrés sur les mêmes espaces.
Chaque jour, des millions de communications s’établissent avec des correspondants situés à l’autre bout du monde. Difficile d’imaginer que nous ne parvenions pas à organiser le travail, via le langage de l’informatique à partir de sites de production répartis sur l’ensemble du territoire. Nous gagnerions alors sur deux plans :
-des conditions de travail plus humanisées, évitant des heures perdues dans des transports dont les infrastructures nécessitent des investissements considérables, sans oublier la fatigue causée par cette situation. Une négociation pourrait alors s’ouvrir pour qu’une fraction de ce temps gagné serve la cause d’exclus.
-un étalement plus maîtrisé des grandes agglomérations évitant l’éloignement des plus vulnérables jusqu’à les conduire à devenir des invisibles.
La concentration des activités donne l’illusion de la richesse, à commencer par celle des emplois, mais qui n’observe pas dans les métropoles l’augmentation du nombre de personnes fragilisées confrontées à un logement inabordable ou à un prix qui les appauvrit encore. Dans le même temps, des panneaux ‘à louer’ ou ‘à vendre’ se multiplient dans des villes ayant perdu nombre de leurs activités.

Une telle situation est bonne pour qui ?

Les 30 années qui viennent de s’écouler furent marqués par la financiarisation de l’économie au prix d’un abandon du réel pour le magistral leurre du virtuel facilitant la cupidité qui n‘est point étrangère à la crise traversée.
Heureusement, nous assistons à une prise de conscience qui au sein de l’acte d’entreprendre révèle une attention à une plus grande humanité pour mieux prendre en compte la vulnérabilité.
Qui aurait pu imaginer, il y a seulement 5 ans, que le 1er acteur de la finance solidaire serait l’entreprise. Qui aurait pu penser que tant de diplômés de Grandes Ecoles se laisseraient interroger par la question du sens jusqu’à l’inscrire au sein du management.

Le primat de l’efficacité a justifié trop longtemps les moyens jusqu’à considérer que les vices privés servaient les vertus publiques. Que d’errements contribuant à la dé-création d’activités et à l’appauvrissement des villes moyennes, oubliant que sans l’équilibre qui est le respect du plus faible il n’y a pas de fécondité.

Nombre de nos concitoyens se sont réconciliés avec l’entreprise. Ne vient-elle pas cette heure où l’aménagement du territoire pourrait être initié par les acteurs économiques et sociaux. Un Grenelle les réunissant donnerait un souffle à notre démocratie pour conjuguer créativité et humanité.

Bernard Devert
29 juin 2014

Partager cet article

30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 17:30

Yann Baggio, 68 ans, a été élu Président de l'Ordre de Malte France, où il succède à Thierry de Beaumont-Beynac. Directeur Général de l'Ordre de Malte France de 2004 à 2010, il pilota notamment le développement du projet du Centre Hospitalier de l'Ordre de Malte de Dakar, aujourd'hui centre référent en Afrique de l'Ouest pour la chirurgie orthopédique et les soins aux malades de la lèpre. Depuis juin 2010, il était Secrétaire Général du Conseil d'Administration de l'Ordre de Malte France. Cet ingénieur Ecole Navale a été officier de Marine de 1967 à 1987, spécialisé dans la lutte anti-sous-marine, puis, chez Alcatel Space Industries, ingénieur commercial pour le développement et la vente des satellites de communication gouvernementaux en France puis à l'international. Il rejoint l'Ordre de Malte France fin 2002 comme responsable de l'audit des activitités.

Partager cet article

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 12:44

Le mois de juin étant celui de la plupart des ordinations sacerdotales, certains journaux catholiques tentent à cette occasion de dresser un état de la situation des « ressources humaines » de l’Église et de leurs évolutions prévisibles. C’est ainsi que le quotidien La Croix (7-9 juin) a publié un dossier intitulé Scénario d’avenir pour l’Église de France – L’Église catholique en 2024. Ce sont surtout les chiffres qui attirent l’attention : « En 2024, l’Église de France comptera moins de 4300 prêtres diocésains actifs, contre un peu plus de 5800 aujourd’hui [et 13 500 en 2004]. Les dix années à venir seront en effet marquées par le départ à la retraite, à 75 ans, des prêtres de la génération du papy-boom, ceux nés dans les années 1940-1950, qui ont connu les derniers petits séminaires et ont été ordonnés dans l’immédiat après-Concile. » Le nombre de prêtres passerait au mieux de 81 à 42 à Besançon, de 173 à 75 à Nantes ou de 29 à 18 à Carcassonne. Les conséquences de la pénurie sont atténuées par l’appel aux prêtres étrangers, la plupart africains : aujourd’hui près de 1600, ils sont même majoritaires chez les prêtres de moins de 75 ans dans des diocèses tels que ceux de Belfort (10 sur 17) ou de Verdun (10 sur 19). Une autre « rustine » est utilisée : le recrutement de « laïcs en mission ecclésiale ». Ils sont plus de 9500, donc plus nombreux que les prêtres actifs. Mais, quoique souvent mal rémunérés, ils pèsent lourdement sur les finances diocésaines. Quant aux catéchistes bénévoles, ils sont de plus en plus difficiles à recruter, notamment en raison du travail professionnel généralisé des mères de famille.

Si le manque de prêtres est inquiétant, il est malheureusement relativisé par la baisse constante du nombre de laïcs catholiques : ils étaient 80 % en 1986, ils sont 56 % aujourd’hui. En 2000, environ la moitié des enfants étaient baptisés ; ils ne sont plus aujourd’hui qu’un tiers. Et ce n’est pas le nombre marginal de baptêmes d’adultes (3220 en 2013) qui compense cette chute ; au demeurant, même le nombre des catéchumènes est en net déclin. Les autres sacrements sont également délaissés : seuls 11,5 % des baptisés ayant aujourd’hui quinze ans sont confirmés. La proportion de catholiques allant à la messe tous les dimanches serait entre 3 et 4 %. L’Église devient celle que décrivait le cardinal Ratzinger dans Le Sel de la terre (1997), qui déclarait alors que l’Église « se perpétuera dans de petits cercles vivants, où des gens convaincus et croyants agiront selon leur foi. Mais c’est précisément ainsi qu’elle redeviendra, comme le dit la Bible, le sel de la terre ».

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog