Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Etrangers dans la cité : l'Eglise comme alternative politique (1/2)

Publié le

Etrangers dans la cité : l'Eglise comme alternative politique (1/2)

Dans leur livre à succès Étrangers dans la cité, que les Éditions du Cerf ont eu l’excellente idée de traduire en français aux (288 pages, 19 €), et dont l’édition américaine aurait été vendue à un million d’exemplaires, deux théologiens américains protestants mais plutôt « crypto-catholiques » – Stanley Hauerwas et William H. Willimon – réveillent vigoureusement les chrétiens, défiant les catégories habituelles.


Quel type de politique « peut et doit être menée au nom de Jésus » ? (p. 43). Saint Paul déclare : « notre citoyenneté est dans les cieux » (Ph 3,20). Pour Hauerwas et Willimon, l’Église est une communauté visible, une nouvelle polis, une structure sociale contre-culturelle, pérégrine, et les chrétiens des exilés résidant en terre étrangère. Elle « incarne une alternative sociale qui n’est pas réductible à la logique du monde ». (56)
L’effondrement d’une certaine culture chrétienne (chrétienté constantinienne) entre 1960 et 1980 oblige de se poser de vraies questions. « Le travail du théologien n’est pas d’ajuster l’Évangile au monde moderne, mais d’ajuster le monde moderne à l’Évangile. » (64)
La théologie protestante libérale a conduit les chrétiens à des compromis moraux avec un pouvoir immoral (solution finale, Hiroshima, Dresde, avortement…). La gauche comme la droite « avancent des solutions comme si le monde n’avait pas fini et commencé en Jésus. » (69) Dans les années 60, les pasteurs poussaient les chrétiens à s’engager en politique, à soutenir la démocratie tout en lui « rajoutant une vague coloration religieuse », oubliant qu’elle a pour objet premier l’individu soucieux de la satisfaction de ses désirs et revendiquant ses droits, ceux-ci étant garantis par l’État omnipotent.
Les chrétiens de droite, individualistes, estiment que la religion est chose purement privée, et les chrétiens de gauche, progressistes, « défendent une notion de la justice qui encourage une société dans laquelle la foi en Dieu est totalement inutile puisque chacun croit déjà en la paix et la justice, même quand plus personne ne croit en Dieu. » (83-84)
Or « la tâche politique des chrétiens est de bâtir l’Église et non de prétendre transformer le monde. » (84) C’est l’histoire de Jésus qui permet de donner le sens de la « paix » et de la « justice ». L’Église nous permet de comprendre le monde tel qu’il est de discerner ce qui est bon et de ce qui est mauvais dans la culture (au lieu de l’accepter en bloc). Il ne s’agit pas d’être « dans » ou en dehors du monde mais de savoir comment être dans le monde, comment « faire valoir la dimension impériale de la seigneurie du Christ » (92). Cette Église confessante, communauté de foi vivante, « cherche à influencer le monde en restant l’Église » (95), même lorsqu’elle participe à des mouvements séculiers contre la guerre ou la faim.
Mais l’Église est aussi une communauté de la Croix. Le christianisme est un voyage aventureux. « Vivre dans la communauté chrétienne n’est pas confortable. » (101). Et « nous sommes engagés dans un voyage périlleux qui exige de nous des vertus particulières. » (118) Dans le monde athée hostile produit par le libéralisme, l’Église devrait adopter « une attitude davantage offensive que défensive » (102). Elle n’est pas une place forte mais un peuple en mouvement. La vie chrétienne est narrative par nature : « Dieu réunit les fragments épars de nos vies en une histoire cohérente qui a un sens » (105). Nous faisons partie de l’histoire de Dieu.
L’Église est le fondement de l’éthique chrétienne. Celle-ci ne doit pas être diluée dans un pseudo-bon sens universel ; au contraire le Sermon sur la Montagne met en relief la frontière entre le monde et l’Église. Il ne s’adresse pas d’abord ou seulement à des individus, mais à la communauté des disciples de Jésus (ce qui ne justifie pas le communautarisme : 140). Tout problème d’éthique chrétienne est un problème social, communautaire. Et l’éthique chrétienne a une dimension eschatologique : elle s’adresse « à un groupe préfigurant le type de communauté dans laquelle le règne de Dieu resplendira dans toute sa gloire » (158). La question est : « Pouvons-nous organiser la vie dans la communauté de telle sorte que le monde en nous voyant sache que Dieu est à l’œuvre ? » (159) L’Église doit être « une communauté qui témoigne de la justice de Dieu dans un monde qui la rejette » (162). « Pour que le monde comprenne qu’il est brisé et qu’il a besoin d’un salut, il importe que l’Église le heurte, qu’elle soit une alternative à ce que propose le monde. Malheureusement, une Église prête à s’accommoder du monde et à lui obéir ne fait que donner des raisons de ne pas croire. » (163)
Devenir un disciple selon l’Évangile, acquérir de bonnes habitudes s’apprend dans la communauté, en imitant l’exemple des saints (contre l’éthique universaliste de Kant). L’éthique chrétienne est aristocratique comme celle d’Aristote : l’Église nous met en contact avec des « aristocrates éthiques » (173). Et nous avons besoin de bons pasteurs (cf. sixième chapitre).

Denis Sureau
(A suivre)

Partager cet article

Repost 0

La Russie plus démocratique que la France ?

Publié le

Un abonné de Chrétiens dans la Cité est choqué par l'idée que la Russie de Poutine serait plus démocratique que la France de Hollande.

Philippe de Villiers écrit dans la préface du livre d'Ivan Blot :
« L'un des points où l'auteur va surprendre les bonnes âmes conformistes, c'est son jugement sur le système politique russe. L'auteur, qui fut treize années parlementaire et haut fonctionnaire au ministère de l'Intérieur, soutient que la Russie est plus démocratique que la France. Juridiquement, il pense que les institutions (une démocratie parlementaire et présidentielle) sont analogues. La constitution russe ressemble à la nôtre. Mais la liberté de parole est plus grande en Russie. L'auteur donne des cours dans plusieurs universités russes, et on ne l'a jamais censuré en Russie. En revanche, en France, l'ex-directeur de Sciences Pô lui a interdit d'enseigner. Il devait éditer un livre sur la démocratie directe (le système suisse) à la fondation FONDAPOL et, du jour au lendemain, le projet a été annulé. C'est parce qu'il défend l'idée d'un fossé entre le peuple et les élites en France. Le peuple dérive vers la droite, le patriotisme et les valeurs traditionnelles, et les élites sont de plus en plus utilitaristes et relativistes (voir le mariage homosexuel, par exemple). Ces élites refusent qu'on consulte le peuple par des référendums. En Russie, la démocratie directe intéresse : le livre d'Ivan Blot sur ce sujet a été traduit en russe.
Les sondages sont implacables : plus de 80 % de Russes approuvent la politique du président Poutine et seulement 20 % de Français soutiennent le président Hollande. Où est la démocratie ? »

Partager cet article

Repost 0

Des poissons roses chez le pape

Publié le

Les Poissons roses
Les Poissons roses

Le pape François recevra le 1er mars une délégation des Poissons roses comprenant,notamment deux députés français : Dominique Potier, député (PS) de Meurthe-et-Moselle, et Bruno Nestor Azérot, député divers gauche de la Martinique, qui s'était courageusement opposé à la loi Taubira.

Les Poissons roses, mouvement de chrétiens proches du Parti socialiste, vient d'ailleurs de publier un livre pour présenter des propositions : Les Poissons roses. A contre-courant (Cerf, 136 p., 10 €), Présidé par Patrice Obert, haut fonctionnaire territorial, ce courant microscopique (moins d'une centaine d'adhérents, dont la moitié sont membres du PS) se réclame du personnalisme d’Emmanuel Mounier et des philosophes Emmanuel Lévinas, Paul Ricœur et Hannah Arendt. Il espère réveiller la gauche avec un projet politique autour de sept thèmes : un revenu de libre activité pour tous (c'est sa principale proposition, qui revient à remplacer toutes les aides étatiques par une allocation universelle), une famille durable, la revitalisation démocratique (suppression de l'élection du Président au suffrage universel direct, scrutin proportionnel aux législatives), une communauté fédérale européenne (grâce à la subsidiarité), le goût d'entreprendre au service du bien commun, des écoles innovantes, « verts et prospères ». Les Poissons roses auront un candidat aux primaires de la gauche – si primaires il y a.

Denis Sureau

Partager cet article

Repost 0

La Sainte Russie de Poutine

Publié le

La Russie de Poutine
La Russie de Poutine

Avec la rencontre historique entre le pape François et le patriarche Kirill ou encore, les succès des forces russes en Syrie, la Russie montre qu'elle a conservé un rôle géopolitique considérable. Il est pourtant difficile pour un Européen de voir clair sur ce grand pays qui est parvenu assez rapidement à se dégager de 72 ans de totalitarisme communiste. La propagande américaine, relayée par les grands médias occidentaux, produit un épais brouillard. Et la personnalité de Vladimir Poutine demeure énigmatique, suscitant les réactions les plus contrastées.

Enarque, ancien parlementaire et haut fonctionnaire, membre de l'Académie catholique de France, Ivan Blot ne cache pas son admiration. C'est un poutinien fervent. Pour lui, le retour de la Sainte Russie marque « les retrouvailles avec notre civilisation issue du christianisme et du monde gréco-romain. Ce travail de retour à l'être véritable de l'homme doit être à présent prolongé à l'Ouest. » S'appuyant (parfois lourdement) sur la critique du nihilisme moderne menée par Heidegger, il considère que la Russie ouvre la voie d'un renouveau culturel, spirituel et même politique. A certains égards, le régime de Poutine est davantage démocratique que celui de Hollande. Et le discours radicalement chrétien prononcé par le président russe au forum de Valdaï en 2013 aurait pu être écrit par Soljenitsyne. Intox ! diront certains. Ivan Blot pense le contraire.

Denis Sureau

La Russie de Poutine
Ivan Blot
Préface de Philippe de Villiers
Bernard Giovanangeli Editeur, 206 p., 15 €

Partager cet article

Repost 0

Evêques et médecins s'expriment sur la loi de la fin de vie

Publié le

Suite à l’adoption de la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie hier à la l’Assemblée nationale, Mgr Pierre d’Ornellas et les membres du groupe de travail sur la fin de vie de la Conférence des évêques de France s’expriment.

Loi Claeys-Leonetti
Oui à la culture palliat
ive

Les parlementaires viennent de voter une nouvelle loi sur la fin de vie. Ils ont heureusement écarté l’idée qu’une vie pouvait être inutile : oui, chaque personne est digne du plus grand respect jusqu’au terme de sa vie ! Ils ont maintenu que « l’obstination déraisonnable » est interdite : oui, prendre soin de la personne est plus essentiel que la seule poursuite de thérapies devenues disproportionnées !
Pendant le débat législatif, une demande massive a été enfin entendue : que soient développés l’accès et la formation aux soins palliatifs. Le gouvernement a mis en œuvre un plan triennal dans ce but. De même, une évaluation annuelle de la politique développée pour ces soins a été votée. La nouvelle loi est donc à appliquer selon les objectifs, les principes et les pratiques des soins palliatifs. Beaucoup s’en réjouissent car tout cela lutte contre le « mal mourir » qui subsiste par endroit.
La loi donne des droits aux patients afin de respecter leur autonomie. Or celle-ci s’inscrit toujours dans une relation, d’autant plus que la vulnérabilité grandit. C’est en garantissant aux patients comme aux soignants une juste implication dans la relation de soin que la loi peut répondre à l’ambition d’une meilleure qualité de soins.
La loi définit et encadre un nouveau droit « à la sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience jusqu’au décès ». Ces cas sont rares. Quoiqu’il en soit, la loi ne peut se substituer à l’appréciation médicale en imposant des systématisations qui nieraient la singularité de chaque cas. Sur le projet de loi, nous nous sommes exprimés dans la déclaration « Ne prenons pas le problème à l’envers ! » (20 janvier 2015)
Pour chaque situation, l’art médical cherche à procurer le meilleur apaisement possible de la souffrance, et à qualifier avec justesse l’obstination déraisonnable afin de la refuser, notamment pour les patients incapables d’exprimer leur volonté. Cet art médical discerne quand l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation artificielles correspond au meilleur soin à donner. Il évalue quand les directives anticipées sont ou non appropriées. Nourri par un vrai dialogue entre professionnels de santé, patients et proches, cet art permet de s’ajuster aux situations les plus délicates, dans le respect de la déontologie médicale.
Cet art est celui de l’accompagnement guidé par l’intention de soulager, adapté à chaque personne et à ses souhaits, dans les limites du raisonnable. Nous remercions les soignants qui, avec les bénévoles, s’engagent en équipe, au quotidien, aux côtés de personnes en fin de vie pour que leur « confort » soit le meilleur possible.
Les recommandations de bonne pratique sont essentielles à cet art du soin palliatif. Seule la poursuite d’une réflexion concertée et continue pour leur rédaction et leur mise en œuvre le favorisera. Soutenant toujours l’intention de soulager, elles dissiperont les craintes de dérives euthanasiques qui, à juste titre, ont surgi pendant le débat.
Non, cette nouvelle loi n’est pas qu’une étape ! Prenons sérieusement le temps de l’appliquer grâce aux moyens octroyés et à la formation – qui est urgente – de tous les professionnels de santé. Alors le « mal mourir » reculera. Et le grand public, grâce à une information honnête, régulière et nécessaire, sera conforté sur la qualité de l’accompagnement et sur le soulagement de la souffrance, que ce soit ou non en fin de vie.
Face à l’opacité de la mort et à son énigme, la conscience cherche au plus profond d’elle-même, et avec l’aide d’autrui, la lumière qui l’habite pour trouver réconfort et paix. Quelle que soit cette lumière – la foi en Dieu ou la simple gratitude pour la vie –, le chemin vers la mort est difficile et rude. Nul ne s’y aventure sans le juste et fidèle soutien de l’équipe soignante, de proches et de la société. C’est à cela qu’une société se reconnaît digne de l’humanité des siens.
La culture palliative est « un élément essentiel des soins de santé », proclame le Conseil de l’Europe. Ces frères et sœurs en grande vulnérabilité nous appellent à un surcroît de fraternité. Répondre à leur appel est une belle œuvre politique : elle inscrit la culture palliative non seulement dans le monde du soin mais aussi dans nos mentalités pour que nous soyons attentifs à prendre soin les uns des autres, car nous portons tous les questions existentielles les plus vives : nous avons à la fois soif d’infini et l’expérience de la finitude. Telle est la fraternité que sont appelées à construire nos lois relatives à la fin de vie, qui seront alors des lois de progrès pour la France.

Le 28 janvier 2015


Mgr Pierre d’Ornellas
Archevêque de Rennes et responsable du Groupe de travail sur la fin de vie.
Mgr Michel Aupetit
Évêque de Nanterre
Dr Marie-Sylvie Richard, xavière
Chef de service à la Maison Médicale Jeanne Garnier (Paris)
Dr Claire Fourcade
Médecin coordinateur, pôle de soins palliatifs de la polyclinique Le Languedoc (Narbonne)
Dr Alexis Burnod
Institut Curie, Service soins palliatifs
P. Bruno Saintôt, jésuite
Directeur du département éthique biomédicale du Centre Sèvres (Paris)
P. Brice de Malherbe
Co-directeur du département d’éthique biomédicale du Collège des Bernardins (Paris)

Partager cet article

Repost 0

Le numéro 324 est paru

Publié le

Chrétiens dans la Cité n°324
Chrétiens dans la Cité n°324

Le numéro 324 est paru, avec au sommaire :

CHRONIQUE du Père Bernard Devert, président d'Habitat et Humanisme : Le plan emploi, une chance pour faire société

AGENDA

INFORMATIONS : Associations sous contrôle - L'adultère est moral - La fin du cathosarkozysme - Un fonds pour les chrétiens d'Orient - Attester pour le Christ

LES HOMMES : Nathalie Leenhardt et Dominique Guiraud - Véronique Fournier - Pierre Durieux

BREVES : Générosité en ligne - P'tits'déj en Carême - Non à l'euro-euthanasie - Bataille internautique

LECTURES: Le Mariage et la loi, par l'Institut Famille et République

INITIATIVES : Autour de la Manif pour tous

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi et comment réviser la loi Taubira

Publié le

Pourquoi et comment réviser la loi Taubira

Laboratoire de pensée créé en décembre 2013, l'Institut Famille & République (IFR) réunit 120 juristes (magistrats, hauts fonctionnaires, professeurs, avocats, notaires...) dont l'un des points communs est le refus de la dénaturation du mariage. Son premier acte public est la réalisation d'un fort ouvrage collectif intitulé Le mariage & la loi. Protéger l'enfant. Il a été diffusé à tous les parlementaires. Ses 39 contributeurs expliquent pourquoi et comment réviser la loi du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe.

Selon Guillaume Drago, président de l'IFR, la loi Taubira a « ouvert une boîte de Pandore et provoqué de telles réactions en chaîne que le législateur devra nécessairement intervenir ». Les dérives de la jurisprudence, en rendant adoptables des enfants sans parents fabriqués par GPA à l'étranger, constituent « des violations graves des droits de l'enfant, souligne la juriste Aude Mirkovic. Qu'adviendra-t-il quand, devenus adultes, ils se retourneront contre l'État ? » Mais par-delà des propositions très précises pour corriger la loi, les auteurs de ce livre blanc oeuvrent pour reconstruire profondément le droit de la famille. On notera en passant leurs analyses pour libérer le mariage religieux ou pour refonder la politique familiale.

Ce livre très riche est un outil indispensable pour sortir de l'insécurité juridique engendrée par le « mariage pour tous ».

Denis Sureau

Le mariage & la loi
Protéger l'en
fant
Institut Famille & République, 480 p., 20 €
Disponible dans les librairies juridiques et sur www.institutfamilleetrepublique.fr

Partager cet article

Repost 0

La Cftc rejette le "contrat agile" du patronat

Publié le

Le Medef par son président Pierre Gattaz a lancé l'idée d'un nouveau contrat de travail plus souple dit "agile". Car selon lui, à cause du contrat à durée indéterminée (CDI), "le marché du travail est bloqué en France. On a peur d'embaucher car on ne sait pas licencier." Ce contrat agile fixerait dès l'embauche des motifs de séparation tels que plusieurs mois de baisse du chiffre d'affaires ou la non-réalisation des objectifs donnés au salarié. De plus, les indemnités seraient plafonnées et prévues à l'avance. Cette proposition a été évidemment rejetée par tous les syndicats. Voici la lettre adressée le 13 janvier à Pierre Gattaz par Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC :

"Monsieur le Président,
En ce début d’année, permettez-moi de vous présenter tous nos vœux de réussite quand vous et votre organisation travaillez pour le bien commun.
Suite à la lecture de la lettre ouverte sur l’emploi que vous avez co-signé ce week-end à l’attention du président de la République, j’ai le plaisir de vous annoncer une bonne nouvelle :
Le contrat de travail avec ses droits progressifs que vous appelez de vos vœux existe, il ’appelle le contrat à durée indéterminée (CDI) Durant les premiers mois de celui-ci, il peut y être mis fin de façon très rapide, cela s’appelle la rupture de la période d’essai. Puis en fonction de l’ancienneté acquise, les prérogatives du salarié se renforcent et un certain nombre de droits apparaissent, c’est le cas par exemple pour d’éventuelles indemnités de licenciement ou de droits à la formation.
Concernant la possibilité de faire perdre leur travail à des collaborateurs en cas de difficulté économique,baisse de commandes ou autres. Tout cela est prévu dans le Code du travail (Art. 1233-3) afin de simplifier la vie administrative des entreprises notamment les plus petites, il n’est pas nécessaire de reprendre obligatoirement ces différentes modalités dans le contrat de travail individuel. Toutefois, si certaines le désirent elles peuvent le faire, rien ne l’interdit.
Concernant les prud’hommes, il s’agit simplement d’une institution qui permet à celui qui pense avoir subi un préjudice de se tourner vers le juge pour dire le droit et réparer l’éventuel préjudice. Vous noterez comme moi que la moitié des juges prud’hommaux sont issus du patronat, si vous estimez qu’ils sont mauvais, ou nocifs, il vous appartient de présenter de meilleurs candidats et de demander à ceux que vous estimez incompétents de démissionner.
Ne pensez-vous pas, Monsieur le Président, que les problèmes économiques que nous rencontrons sont majoritairement liés à la véritable concurrence déloyale qui s’est instaurée au sein du marché unique en particulier et dans le cadre de la mondialisation en général, concurrence déloyale en terme fiscal, environnemental et social.
Pour ne prendre qu’un exemple, si je suis un industriel français, et que je désire construire une usine après avoir comparé les règles fiscales, environnementales et sociales en vigueur en France et en Bulgarie, quel choix vais-je faire ?
Pensez-vous que c’est en pénalisant encore plus les salariés que nous répondrons à ce défi majeur ?
Enfin Monsieur le Président, permettez-moi de vous rappeler que les salariés sont des femmes et des hommes, fréquemment chargés de famille et non des variables d’ajustement au service d’une économie déconnectée de son rôle : un outil au service du développement humain.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les meilleurs et légèrement navré."

Partager cet article

Repost 0

Situation de la France : l'exercice d'un libéral

Publié le

Situation de la France : l'exercice d'un libéral

Philosophe libéral, ancien assistant de Raymond Aron, Pierre Manent s’attaque dans cet essai remarqué à une question cruciale : comment « accueillir les mœurs musulmanes en tant que mœurs de nos concitoyens musulmans ». L’Occident n’est pas « sorti de la religion ». L’invocation de la laïcité (qui s’est transformée en un siècle de « neutralité » religieuse de l’État à la neutralisation religieuse de la société) s’avère inopérante face une situation totalement nouvelle. De plus, les pouvoirs publics s’épuisent dans la protection des droits individuels, minent tout esprit commun, et perdent leur autorité.

D’où la proposition de l’auteur : une «politique défensive » et de compromis. Ayant accepté l’immigration de musulmans, notre régime devrait « accepter franchement leurs mœurs », sauf celles qui contreviennent radicalement à notre modèle : le voile intégral et la polygamie. Et aider les musulmans à prendre leur indépendance vis-à-vis des pays arabo-musulmans, en particulier pour le financement des mosquées – Pierre Manent préférant qu’il soit assuré en partie par les collectivités locales.

Personnellement catholique bien qu’affichant ses distances avec l’Église (y compris vis-à-vis du Pape François), il affirme cependant que la société française est restée « de marque chrétienne», et lance aux catholiques un appel à sortir de leur « quasi-clandestinité ». Un essai qui pose des questions pertinentes mais peine néanmoins à convaincre pleinement.

Denis Sureau

Situation de la France
Pierre Manent
Desclée De Brouwer, 174 p., 15,90 €

Partager cet article

Repost 0