Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Essayons le communautarisme

Publié le

Le journaliste non-conformiste Eric Brunet a publié dans Valeurs actuelles une chronique dont le ton tranche agréablement sur le discours laïciste convenu, soutenu de l'extrême-gauche à l'extrême-droite.

Puisque le modèle laïc français est mort, il est temps d'essayer un autre modèle reconnaissant les communautés humaines. A lire ici.

Partager cet article

Repost0

Cours Wojtyla : une "Catho Academy"

Publié le

Sept catholiques venus des arts du spectacle, le monde des médias et l’écriture (Philippe Ariño, Marie Lussignol, Arthur Herlin, Vincent Laissy, Franck Nankam, Marguerite Chauvin, Laurent Meeschaert) ont lancé en janvier dernier les Cours Wojtyla, Ecole catholique des arts du spectacle. Cette structure d’accueil et de formation professionnelle annonçant clairement la couleur vise à héberger « toutes les graines d’artistes de l’Église qui ne savent pas où aller pour exprimer librement et artistiquement leurs talents, leur foi, leur engagement politique, leur vision du monde. » En effet, à part pour des projets ponctuels (le temps d’un camp-ski, d’un festival de jeunes, d’un concert, de la tournée d’un spectacle ou d’une comédie musicale, d’un atelier dans une paroisse ou un établissement scolaire privé…), il n'existe pas encore de conservatoire ou d’école artistique catholique en France.

Le Cours Wojtyla a pour vocation de former des artistes dans le but de « mettre leur art au service de la beauté et du Christ », dans un cursus professionnel, au sein d’ateliers de loisir. Trois types de parcours sont proposés : adolescents (12-18 ans), adultes pros et adultes loisir. Les formations proposées (à Paris) concernent le chant et la musique, le théâtre, la danse, le maintien, ainsi qu'un cours de décryptage de l'actualité assuré par Philippe Ariño. La première rentrée des Cours Wojtyla est prévue en octobre prochain.

Partager cet article

Repost0

Chrétiens dans la Cité n°312 est paru

Publié le

...avec au menu :

ANALYSE : Les engagements politiques des responsables de la Manif pour tous

AGENDA

BREVES

Censure à la RATP - La Manif s'exporte - Gabriel Nissim président de l'Acat - Les évêques à lourdes - Bar catho - Les nouveaux baptisés - Notre Dame du Oui

INFOS

Pour l'hospitalité chétienne - Une analyse des départementales - Nouvelle menace laïciste - Plus de logo pour la revue du Diocèse aux armées - Fin de vie: une loi ambiguë

LECTURES

Eloge de l'action politique

INITIATIVES

Le Diocèse aux armées françaises

Partager cet article

Repost0

Hospitalité chrétienne et économie collaborative

Publié le

Une nouvelle initiative inspirée de l’économie collaborative et des sites d’échanges de logement vient d’être lancée. Ephatta est la première plateforme d’hospitalité sur internet enracinée dans des principes chrétiens. En araméen, ephatta, « ouvre-toi », est employé par Jésus lors de la guérison d’un sourd-muet : ce mot a été choisi pour exprimer l’esprit d’ouverture au monde et de rencontre. Les membres mettent à disposition tout ou partie de leur logement (appartement, maison, chambre, canapé, jardin…), permettant à ses utilisateurs de pratiquer l’hospitalité en s’accueillant mutuellement pour les vacances, à l’occasion d’un simple déplacement (comme celui d’un étudiant pour ses examens ou d’un demandeur d’emploi venu passer un entretien) ou d’un pèlerinage. Créée par deux jeunes chrétiens, Thibaud de Bernis, 29 ans, et Josse Bodinier, 33 ans, Ephatta est une start-up française pour l’instant uniquement financée par ses fonds propres. Son modèle économique est fondé sur la contribution volontaire des membres : le site est gratuit.

Partager cet article

Repost0

Ad Lucem per Crucem : Kenya 2015

Publié le

Pâques 2015 au Kenya

Ad Lucem per Crucem : Kenya 2015

Partager cet article

Repost0

Pâques, le ‘vivre ensemble’ que Dieu nous offre

Publié le

Méditation pascale du Père Bernard Devert, fondateur et président d'Habitat et Humanisme :

Comment aborder le ‘vivre ensemble’ au cours de cette Semaine Sainte qui, paradoxalement, lui offre une acuité singulière ?
Père, pardonne-leur dira le Crucifié qui n’entend retenir aucune de nos fautes alors qu’elles l’écrasent. L’immensité de ce pardon est signe d’une ouverture au-delà même de ce que nous pouvons imaginer. Le Fils de l’homme est venu nous sauver ; son incarnation dans l’accomplissement de sa mort est signe de sa détermination de vivre avec nous, parmi nous.
Il a fallu qu’au sordide se rajoute le cupide : ils se sont partagés mes habits et mon vêtement, ils l’ont tiré au sort (Ps 22).
Dieu était déjà à genoux, il est maintenant nu.
Que dire si ce n’est apprendre à se taire pour faire éclore le silence : un temps de discernement pour rejoindre le Christ dans sa passion, en d’autres termes nos frères pour qui la dureté de la vie n’est pas sans analogie avec le bois de la Croix.
Vous, frères enfermés dans des situations déshumanisantes, vous subissez la croix de nos indifférences. Au Golgotha, les disciples, les amis de Jésus avaient fui afin d’éviter les ennuis avec les forces du mal, d’autant plus protégées qu’elles avaient reçu la bénédiction des autorités religieuses !
Devant la croix de tant d’hommes, qui n’est pas effrayé de la légèreté de notre humanité, tenté de s’éloigner tant l’horreur devient menaçante pour son équilibre.
La Semaine Sainte nous met au cœur de la présence d’un Dieu si désarmant qu’il ne peut que nous désarmer nous invitant précisément à rechercher un autre équilibre qui ne se trouve que sur le chemin d’une attention à une plus grande équité.
La passion du Christ est un focus des déséquilibres. La puissance de Dieu que nous nommons à l’envi pour justifier la nôtre ne résiste pas à l’épreuve de la crucifixion. Le Fils de l’homme, dans le tragique qui l’envahit, sans secours ni recours, donne sans réserve le pardon et sa confiance, instaurant une autre traversée de la vie. Le don se substitue à la force qu’invalide la Croix.
L’économie du salut est un appel à entreprendre différemment pour que le trop-plein de peines que connaît notre monde se transforme en une plénitude d’espérance. L’éloge de la fragilité au Golgotha nous fait entrevoir ce passage.
La pierre du tombeau a roulé ; il n’est pas seulement vide mais ouvert, non pour recevoir d’autres corps mais pour que ce signe d’ouverture soit un appel à être du côté de la vie, de Dieu même.
Quel respect avons-nous de cette vie pour laisser des êtres à la rue ou dans un habitat indigne?
Jésus qui ne reste pas dans la mort pour la traverser nous appelle à devenir des passeurs. La tâche est immense. Les deux disciples sur Emmaüs ont bien compris le soir de Pâques que l’heure n’était pas de se mettre en retrait mais de revenir dans nos Jérusalem pour être des bâtisseurs de ponts.
Nos chemins de Croix ne peuvent être ceux du souvenir mais de la mémoire ; alors seulement le tragique s’estompera. La vie libérée qu'offre Pâques induit une plus grande responsabilité pour faire reculer la ‘mocherie’.
Avec Etty Hillesum dans l’ouvrage La vie bouleversée, faisons nôtre sa prière au Seigneur : que le désir que nous avons de Lui ne s’éteigne pas en nous. Nos engagements permettent d’en évaluer l’acuité.
Joyeuse fête de Pâques.

Bernard Devert
Pâques 2015

Partager cet article

Repost0

Soloviev, Dieu et César

Publié le

Une méditation de Vladimir Soloviev, dans La Russie et l’Église universelle :

"L'humanité a cru qu'en professant la divinité du Christ elle était dispensée de prendre au sérieux ses paroles. On a arrangé certains textes évangéliques de manière à en tirer tout ce qu'on voulait, et on a fait la conspiration du silence contre d'autres textes qui ne prêtaient pas aux arrangements. On répétait sans cesse le commandement : «Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » — Pour sanctionner un ordre de choses qui donnait à César tout, et à Dieu — rien. Par la parole : «Mon Royaume n'est pas de ce monde», on tâchait de justifier et de confirmer le caractère païen de notre vie sociale et politique — comme si la société chrétienne dût fatalement appartenir à ce monde, et non pas au Royaume du Christ. Quant aux paroles : « Tout pouvoir m'est donné dans les cieux et sur la terre » — on ne les citait pas. On acceptait le Christ comme sacrificateur et comme victime expiatoire, mais on ne voulait pas de Christ-Roi. Sa dignité royale fut remplacée par toutes les tyrannies païennes, et des peuples chrétiens ont répété le cri de la plèbe juive : « Nous n'avons pas d'autre Roi que César! » Ainsi l'histoire a vu et nous voyons encore le phénomène étrange d'une société qui professe le christianisme comme sa religion et qui reste païenne — non pas dans sa vie seulement, mais quant à la loi de sa vie."

Soloviev, Dieu et César

Partager cet article

Repost0

No logo pour l'évêque aux armées

Publié le

Dans le numéro de février d’Egmil (Église en monde militaire), Mgr Luc Ravel écrivait après les attentats de janvier : « Le chrétien se sent pris en tenaille entre deux idéologies. D’un côté, l’idéologie qui caricature Dieu au mépris de l’homme. De l’autre, l’idéologie qui manipule l’homme au mépris de Dieu. D’un côté, des adversaires déclarés et reconnus : les terroristes de la bombe, vengeurs du prophète. De l’autre côté, des adversaires non déclarés mais bien connus : les terroristes de la pensée, prescripteurs de la laïcité, adorateurs de la République. Dans quel camp se situer comme chrétien ? Nous ne voulons pas être pris en otage par des islamistes. Mais nous ne souhaitons pas être pris en otage par des bien-pensants. L’idéologie islamique vient de faire 17 victimes en France. Mais l’idéologie de la bienpensance fait chaque année 200 000 victimes dans le sein de leur mère. L’IVG devenue droit fondamental est une arme de destruction massive. » Ces propos virils ont fortement irrité le pouvoir qui a décidé que « cette publication ne pourra plus porter le logo du ministère de la Défense, les textes n’étant relus par aucune autorité ».

Dans son dernier numéro, Chrétiens dans la Cité publie une présentation du Diocèse aux armées françaises. Abonnez-vous!

Partager cet article

Repost0

Des limites de l'entrisme

Publié le

Les élections départementales ont permis d’éprouver les fraîches vocations politiques de candidats issus de La Manif pour tous.

Les élections départementales ont été l’épreuve du feu pour de jeunes hommes et femmes sensibilisés aux débats politiques lors des mobilisations contre le mariage homosexuel. La Manif pour tous (LMPT) avait proposé aux candidats de signer une Charte aux propositions assez minimales, permettant de mesurer leur attachement à la famille, « socle fondamental de la société ». Sens commun, le courant issu de la mobilisation contre la loi Taubira au sein de l’UMP, avait demandé à ses candidats de la signer. Or curieusement deux d’entre eux ont refusé : Fatima Amarir, à Argenteuil (battue) et Paul Bazin de Jessey, élu à Nogent-sur-Marne (cet inspecteur des finances de 29 ans est le frère de Madeleine, porte-parole de Sens commun, nommée secrétaire nationale de l’UMP en charge des programmes de formation). Devant l’étonnement de certains sympathisants, Sens commun a précisé : « nous avons estimé que, même si nous pouvions être en désaccord sur certains points, les raisons qu’ils invoquaient pouvaient être entendues et ne retiraient rien à leur intégrité ni aux valeurs qu’ils défendaient et défendront demain en qualité de conseillers départementaux. » Paul Bazin ne pense pas que « l’intérêt supérieur de l’enfant est avant tout d’être élevé par son père et sa mère » dans la mesure où il rencontre « des familles où les parents n’éduquent pas leurs enfants, voire les déconstruisent au lieu de les élever ». Est-ce une raison pour refuser le modèle ? Son refus ne s’expliquerait-il pas plutôt par un jeu politique impliquant des compromis (voire des compromissions) ?


Autre exemple instructif : l’expérience d’Édouard du Parc, un chef d’entreprise de 42 ans, catholique, coordinateur de La Manif pour tous en Gironde, et admis sur la liste d’Alain Juppé à Bordeaux aux dernières municipales. C’est un modéré, estimant par exemple que « la doctrine FN [Front national] est complètement déconnectée du réel » (cf. www.edouard-du-parc.fr). Or ce responsable de la province Sud-Ouest de Sens Commun a regretté que son parti ait été écarté de la liste Gironde Positive : « le PCD (Parti Chrétien-Démocrate) et Sens Commun, alors membre à part entière de l’UMP, pour ce dernier, en ont été exclus. Il y a donc un simulacre de rassemblement ou un rassemblement orienté, ce qui est inacceptable. » Conseiller municipal de Bordeaux, il est délégué aux professions libérales et au quartier centre-ville. Un espace d’action restreint, tandis que les postes sensibles ont été confiés à d’autres… La municipalité est d’ailleurs ostensiblement gay friendly, et vient de subventionner un Festival Cinémarges (Sexe, Genres et Identités). Des limites de l’entrisme ?

Partager cet article

Repost0