Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

7 nouveaux députés pour le dimanche

Publié le

7 députés rejoignent Marc Le Fur et les signataires de la Tribune "Touche pas à mon Dimanche". Il s'agit de

· Véronique BESSE, Députée de la Vendée

· Yannick FAVENNEC, Député de la Mayenne

· Jacques LE NAY, Député du Morbihan

· Franck MARLIN, Député du Loiret

· Damien MESLOT, Député du Territoire de Belfort

· Jean-Luc REITZER, Député du Haut-Rhin

· Dominique SOUCHET, Député de la Vendée


Ils portent le nombre de signataires à 55.

Partager cet article

Repost0

Touche pas à mon dimanche !

Publié le

Voici la déclaration de 47 députés, à l'iniative de Marc Le Fur :


"Organiser des vacances familiales en fonction des congés des conjoints est déjà compliqué. Sera-t-il aussi compliqué d'organiser ses week-ends demain s'il faut travailler le dimanche ? Ceux qui demandent l'ouverture des commerces le dimanche ont-ils conscience de toutes les conséquences de leur revendication ?

Trois questions doivent être posées à ce sujet.
Quel intérêt économique ?
On dit qu' « ouvrir les magasins le dimanche, c'est créer 30 000 emplois. A cela plusieurs études, dont celle du Conseil économique et social, répondent que l'acte d'achat ne serait que transféré de la semaine au dimanche. Les sites qui ouvrent le dimanche perdent ainsi 30% de leur activité du samedi. Les 30 000 emplois créés ne seraient que transférés de la semaine au week-end. D'autres études montrent qu'à consommation égale, un emploi du dimanche supprimera trois emplois de la semaine. La menace portera également sur ceux qui travaillent déjà le dimanche, notamment les multiples petits commerces de proximité dans nos centre-villes ou dans nos centre-bourgs en milieu rural.

La logique économique veut qu'on n'effectue pas d'achats supplémentaires sans pouvoir d'achat en hausse. La hausse du pouvoir d'achat ne se décrète pas par l'ouverture des magasins le dimanche. A l'instar des heures de temps libre dégagées par les 35 heures, l'ouverture des magasins le dimanche risquerait plutôt de créer des frustrations et du surendettement.
Quel impact sur notre société ?
«  Ouvrir les magasins le dimanche, c'est donner une liberté supplémentaire aux individus, un jour de consommation en plus par semaine ! ». Et voilà comment on passe du dimanche chômé, acquis social obtenu de haute lutte au 19ème siècle, au dimanche chômé, menace pour la liberté individuelle des consommateurs. « Si nos concitoyens ont envie d'acheter le dimanche, qu'ils achètent ! Ouvrez tous les jours, le marché reconnaîtra les siens » L'argument est cocasse car, le travail le dimanche, c'est bien quand cela concerne les autres, mais moins bien quand cela nous touche personnellement. Or, ouvrir les magasins le dimanche ne touchera pas que les commerçants. Il faudra trouver des modes de garde pour les enfants. Qu'en sera-t-il des services bancaires indispensables à l'activité commerciale ? Faudra-t-il livrer les magasins le dimanche ? Le travail le dimanche ne se fera que sur volontariat nous dit-on. Comment peut-on y croire ? Chacun sent très bien que l'ouverture des commerces le dimanche est le cheval de Troie pour une ouverture générale de l'activité professionnelle. Qu'en sera-t-il alors de toutes les activités dominicales, non seulement les cultes, mais également les activités sportives, associatives, familiales... ? N'est-il pas préférable de ne pas consommer dans les commerces un jour sur sept et de conserver ces moments de fraternité qui donnent à la vie beaucoup de sens ? Le travail le dimanche, c'est une menace pour les familles. C'est leur retirer un des rares moments de la semaine où elles peuvent se retrouver pour partager des moments indispensables qui participent à la construction de chacun. Pourquoi leur retirer ce refuge essentiel ?
Quel sens donner à une telle revendication ?
C'est en effet là qu'est la vraie question. L'homme contemporain est-il uniquement un « individu consommateur » ou est-il encore l'animal social que définissait Aristote ? S'il n'est que consommateur, ouvrons les magasins le dimanche et laissons le satisfaire son instinct. Si l'homme se construit par les relations qu'il tisse avec les autres, posons-nous la question de maintenir chômé un jour dans la semaine durant lequel les relations que nous avons les uns avec les autres peuvent être facilitées et gratuites.
La réglementation est souvent trop lourde et faite de tracasseries inutiles quand il faut organiser des manifestations sportives, amicales, associatives et religieuses où les gens se rencontrent et partagent un peu de leur temps. Elle est en revanche nécessaire pour préserver des moments gratuits, sans transaction, des moments de partage en famille ou entre amis.
« Les Français qui le veulent pourront ne pas consommer le dimanche. Il n'y a aucune obligation mais une nouvelle offre proposée» affirment enfin les partisans de l'ouverture. Peut-être. Il est cependant probable que ce moment privilégié de partage et de relations personnels sera sévèrement frappé par la concurrence d'une possibilité de consommer qui n'aura plus de limite.
Aujourd'hui, les Français ont encore plus besoin de solidarité qu'hier. Or, la première et la plus vraie des solidarités, la plus efficace, la plus riche en relations et en affection, est certainement la famille. Sachons protéger cette valeur essentielle et ne pas la fragiliser une nouvelle fois.

Signataires : Marc LE FUR, Vice-président de l'Assemblée nationale, Député des Côtes d'Armor

Jean-Frédéric POISSON, Député des Yvelines - Philippe MEUNIER, Député du Rhône - - Jean-Paul ANCIAUX, Député de Saöne et Loire - Thierry BENOIT, Député d'Ille et Vilaine -Jean-Claude BOUCHET, Député du Vaucluse - Françoise BRANGET, Députée du Doubs - Xavier BRETON, Député de l'Ain - Yves BUR, Député du Bas-Rhin - Jean-François CHOSSY, Député de la Loire - Dino CINERI, Député de la Loire- Jean-Yves COUSIN, Député du Calvados - Jean-Louis CHRIST,Député du Haut-Rhin - Marie-Christine DALLOZ, Députée du Jura - Laure DE LA RAUDIERE, Députée de l'Eure et Loire- Lucien DEGAUCHY, Député de l'Oise - Jean DIONIS DU SEJOUR - André FLAJOLET, Député du Pas de Calais - Jean-Pierre GARRIGUE, Député de la Dordogne - Philippe GOSSELIN, Député de la Manche- Michel GRALL, Député du Morbihan - Jean-Pierre GRAND, Député de Député de l'Hérault - Arlette GROSSKOST, Députée du Haut-Rhin Antoine HERTH, Député du Bas-Rhin - Guénhaël HUET, Député de la Manche - Michel HUNAULT, Député de Loire-Atlantique - Fabienne LABRETTE-MENAGER, Députée de la Sarthe - Marguerite LAMOUR, Député du Finistère - Jacques LE GUEN, Député du Finistère - Céleste LETT, Député de la Moselle- Lionnel LUCA, Député des Alpes Maritimes - Jean-Philippe MAURER, Député du Bas-Rhin - Christian MENARD, Député du Finistère -Jean-Marie MORISSET, Député des Deux-Sèvres - Jean-Marc NESME, Député de Saône et Loire - Etienne PINTE, Député des Yvelines - Jacques REMILLER, Député de l'Isère - Bernard REYNES, Député des Bouches du Rhône Michel SORDI, Député, Député du Haut-Rhin - Alain SUGUENOT, Député de la Côte d'Or - Eric STRAUMANN, Député du Haut-Rhin - Michel TERROT, Député du Rhône - Jean UBERSCHLAG, Député du Hault Rhin - Christian VANNESTE, Député du Nord - Patrice VERCHERE, Député du Rhône - Michel VOISIN, Député de l'Ain - Marie-Jo ZIMMERMANN, Députée de la Moselle


Partager cet article

Repost0

Patrice de Plunkett

Publié le

Notre confrère Patrice de Plunkett accueille positivement Pour une Nouvelle théologie politique. Il écrit que cet essai "recoupe largement nos propres préoccupations. Nous allons en reparler souvent." Voir ici.

 

Partager cet article

Repost0

Pour une nouvelle théologie politique

Publié le

Jeudi 20 novembre
Jeudis de La Procure - 3 rue de Mézières - Paris 6e  - 18h

Rencontre avec Denis Sureau

A l'occasion du lancement de
Pour une nouvelle théologie politique

Pour lire des extraits de l'introduction

Partager cet article

Repost0

L'Affaire Jane Roe

Publié le

L'Homme Nouveau publie un livre étonnant : Norma McCorvey, L'affaire Jane Roe -Histoire d'une manipulation (Ed. de L'Homme Nouveau, 368 p., 24 €, à commander via http://janeroe.over-blog.com)

ne Roe était le pseudonyme de Norma McCorvey, qui servit de prétexte à légaliser l'avortement aux Etats-Unis par le fameux arrêt de la Cour suprême Roe vs Wade de 1973. Jeune fille sans culture, alcoolique et droguée, trois fois enceinte avant 21 ans avant de devenir lesbienne, Norma McCorvey a été l'emblème du combat pour l'avortement. Manipulée par des féministes dont elle brosse un portrait sans complaisance, elle raconte dans ce livre poignant comment, travaillant dans une « usine d'avortement », elle a rencontré des militants chrétiens pour la vie. Touchée par leur humanité et leur amour, elle a été conduite progressivement d'une part à passer dans leur camp et d'autre part à se convertir au christianisme protestant puis catholique. « Vaincue par l'amour » (c'est le titre original de ce livre : Won by love), elle a pu se reconstruire et devenir une icône de la défense de la vie. Il faut lire et faire lire (notamment aux jeunes) ce témoignage puissant et plein d'espérance, même si l'élection de Barack Obama semble lourde de menaces pour la vie des petits Américains à naître.



Partager cet article

Repost0

Cftc: les prud'homales...et après ?

Publié le

Le cinquantième congrès de la Cftc qui s'est tenu à Strasbourg fin octobre s'est déroulé dans un climat délétère de combat des chefs. Celui-ci s'est achevé sur la défaite de Joseph Crespo face au président Jacques Voisin qui a été élu pour un troisième et dernier mandat avec un score moyen (60,6% des voix contre 89,7% en 2005). Le rapport d'activité n'a été voté que par 64,9% des voix contre 97,6% lors du précédent congrès. Philippe Louis, le nouveau secrétaire général, a été élu de justesse, 22e sur les 22 postes à pourvoir au conseil confédéral. Si les affrontements entre les deux camps ont été féroces, les questions de fond ont été esquivées et aucune orientation stratégique claire n'a été adoptée alors que la Cftc est tout simplement menacée de disparition suite à l'instauration de nouvelles règles de représentativité syndicale. Bien qu'elle soit la seule centrale syndicale a pu voir ses résultats augmenter ces dernières années aux différents types d'élections, avec 6,8% en 2005-2006 la Cftc demeure très en dessous du seuil de 10% des voix requis lors des futures élections des comités d'entreprise/délégués du personnel. Si à l'approche des élections prud'homales, ses dirigeants affirment écarter tout rapprochement avec d'autres organisations, la motion d'orientation votée à Strasbourg est rédigée dans des termes suffisamment flous pour n'écarter aucune éventualité.

Partager cet article

Repost0

Bienvenue dans le monde post-séculier

Publié le

Denis Sureau publie aux éditions Parole et Silence un essai intitulé Pour une nouvelle théologie politique (174 p., 17 €).

Une nouvelle génération de théologiens se lève dans le monde anglo-saxon. Ils ont entre 30 et 50 ans et de l'énergie à revendre. Catholiques, anglicans, ou protestants, ils bouleversent les vieux clivages, remettent en cause les catégories installées. Disciples de saint Augustin et de Henri de Lubac, marqués par l'enseignement d'Alasdair MacIntyre et de Stanley Hauerwas, ils plaident pour le retour à une théologie libérée de tout complexe d'infériorité.

Penseurs de la Cité de Dieu présente dans la cité des hommes, les nouveaux théologiens refusent la « captivité politique de l'Église » et la mondialisation libérale. Produit d'une raison séculière et donc rétrécie, la modernité fondée sur la violence s'achève dans le nihilisme. S'employant à déconstruire le mythe de l'État moderne salvateur, ils lui opposent l'Église, véritable communauté de référence et de résistance. Puisant dans ses ressources – notamment liturgiques -, elle peut restaurer une amitié politique fondée sur la participation au Christ.

Thomisme subversif, anarchisme eucharistique, aristotélisme révolutionnaire, orthodoxie radicale, augustinisme postmoderne, théologie postlibérale : au-delà du choc des mots, la théologie politique du XXIe siècle est née.

Cliquer ici pour commander ce livre

Partager cet article

Repost0

Cftc: campagnes pour une présidence

Publié le

A l'approche du cinquantième congrès de la Cftc qui se tiendra à Strasbourg du 28 au 31 octobre, la concurrence est vive entre Jacques Voisin, l'actuel président qui se représente, et son rival Joseph Crespo, président de la Fédération de la métallurgie et défenseur d'une « nouvelle Cftc » offrant davantage de services. Ce dernier, bien qu'en situation défavorable, ne manque pas de soutiens. Une confrontation qui se déroule alors que la réforme des règles de la représentativité syndicale est lourde de menaces pour le syndicat d'inspiration chrétienne, même si le nombre d'adhérents serait passé de 92 000 en 1993 à 142 000 aujourd'hui. Le résultat des élections prudhommales du 3 décembre sera un indicateur important de l'audience de la centrale. Jacques Voisin vient de s'expliquer sur sa vision du syndicalisme dans un livre d'entretiens avec Philippe Arondel, Ensemble, militer autrement (DDB, 158 p., 15 €). Il a aussi précisé sa position vis-à-vis des rumeurs de fusion : « La Cftc privilégie les coopérations syndicales ciblées, non les fusions d’appareils. La Cftc et la Cfe-Cgc partagent effectivement un certain nombre de valeurs et modes d’action syndicaux, ce qui explique les actions communes menées dans les entreprises, les branches ou au niveau interprofessionnel. Cependant, la Cftc refuse de limiter ces coopérations à certaines organisations syndicales plutôt qu’à d’autres: elle continuera à agir de concert avec toutes les organisations attachées au pluralisme syndical. C’est dans cet esprit qu’elle a lancé avec Force Ouvrière une pétition pour la défense de l’emploi, du pouvoir d'achat et des conditions de travail, pétition à laquelle la Cfe-Cgc n’a pas souhaité participer. En revanche, la Cftc refuse toute fusion, avec quelque organisation que ce soit. »

 

Partager cet article

Repost0

Découvrez Chrétiens dans la Cité

Publié le

Chrétiens dans la Cité n'est pas d'abord un blog mais une lettre d'information dont le contenu n'est accessible qu'aux abonnés. Exceptionnellement, voici le dernier numéro au format pdf. cc213.pdf cc213.pdf

Partager cet article

Repost0