Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Small is toujours beautiful

Publié le

 Dans le cadre de son émission mensuelle sur Lumière de l'Espérance

(la radio du dimanche de Radio Courtoisie),

dimanche  19 septembre à 12h (rediffusion à 16h et minuit)

Denis Sureau s'entretiendra avec Philippe Maxence

sur la sortie de l'édition française du livre de Joseph Pearce :

Small is toujours beautiful

(Editions de L'Homme Nouveau)

 

Fréquences FM de Radio Courtoisie en Mhz :

Paris et Ile-de-France, 95,6 | Caen, 100,6 | Chartres, 104,5

| Cherbourg, 87,8 |Le Havre 101,1 | Le Mans, 98,8.


Radio Courtoisie par satellite :

Sur le bouquet satellites CanalSat, si vous êtes abonné, pressez le bouton RADIO de votre télécommande et choisissez "Radio Courtoisie" dans la liste de radios proposées.

Sur l'internet :  www.radiocourtoisie.net

Partager cet article

Repost 0

La vie, la mort et la miséricorde

Publié le

Dans le cadre de son émission mensuelle sur Lumière de l'Espérance

(la radio du dimanche de Radio Courtoisie),

dimanche  25 juillet à 12h (rediffusion à 16h et minuit)

Denis Sureau reçoit Tugdual Derville et Ségolène du Closel, respectivement délégué général et responsable de la communication de l'Alliance pour les droits de la Vie.

Thème de l'émission : Comment défendre la vie et appréhender la mort dans la miséricorde.

 

Fréquences FM de Radio Courtoisie en Mhz :

Paris et Ile-de-France, 95,6 | Caen, 100,6 | Chartres, 104,5 | Cherbourg, 87,8 | Le Havre 101,1 | Le Mans, 98,8.


Radio Courtoisie par satellite :

Sur le bouquet satellites CanalSat, si vous êtes abonné, pressez le bouton RADIO de votre télécommande et choisissez "Radio Courtoisie" dans la liste de radios proposées.

Sur l'internet :  www.radiocourtoisie.net

 

Partager cet article

Repost 0

Ordinations : au plus bas

Publié le

Cette année, c'est au total 83 prêtres diocésains qui vont être ordonnés dans 43 diocèses de France métropolitaine (et 90 diacres dans 45 diocèses). C'est le plus bas niveau historique. On est loin des 825 ordinations de 1956, tombées à 99 en 1977, un chiffre resté relativement stable ensuite - 98 (2005), 94 (2006), 101 (2007), 98 (2008) - avant de fléchir à nouveau avec 89 nouveaux prêtres en 2009. Cette tendance ne se redressera pas dans les prochaines années dans la mesure où le nombre de séminaristes accuse également une baisse : ils étaient 4536 en 1966 et 784 en 2005, ils sont 756 aujourd'hui et même moins - environ 680 - si l'on retire les religieux qui suivent une formation dans les séminaires diocésains. Même le diocèse de Paris, qui avait connu une embellie à l'époque du cardinal Lustiger, est en fort repli, avec une cinquantaine de séminaristes au lieu d'une centaine. Le nombre de prêtres diocésains est d'environ 15 000 mais seulement 9000 d'entre eux sont en activité. Dans dix ans, dans un certain nombre de diocèses à dominante rurale, ils ne seront plus qu'une dizaine en exercice.

Partager cet article

Repost 0

Mgr Santier veut sortir de l'enfouissement

Publié le

L'évêque de Créteil veut une véritable cathédrale. L'édifice actuel, écrasé entre deux grands immeubles, est fort peu visible. Il était une illustration de la pastorale de l'enfouissement développée dans les années 60 et 70 et avait même servi de couverture à Pierres vivantes, ouvrage catéchétique de référence très controversé. Mgr Michel Santier a lancé un projet de rehaussement et d'agrandissement qui doublera la capacité de l'église : "En sortant de son enfouissement, la cathédrale deviendrait un signe visible de notre Église". Il est noter que les musulmans ont bâti à Créteil une mosquée monumentale avec le soutien de la municipalité socialiste.

Site sur le projet

Partager cet article

Repost 0

Contre l'interdiction du port de burqa

Publié le

D'un débat sur le voile islamique publié sur le site internet de l'Ibp-Roma entre trois chrétiens, il ressort que l'interdiction ddu port de la burqa serait absurde.

 

Défenseur de l'interdiction du voile intégral, Pierre de Lapérusse avance trois raisons :

  1. le trouble au bon ordre et à la sécurité publique (on ne se promène pas masqué dans la rue );
  2. l'absence de justification religieuse (le Coran, sourate 33, verset 59 ne l'impose pas) ou culturelle (ce n'est qu'une invention récente des salafistes);
  3. c'est une privation de la dignité de la femme sous la contrainte.

 

Contre 1) René de Laportalière répond que l'usage de la contrainte par l'Etat n'est légitime pour assurer la sécurité des biens des personnes. Or le port de la burqa ne porte pas atteinte en soi à la propriété ou à la liberté d'autrui. En cas de risque pour la sécurité, la personne sera dévoilée et fouillée comme cela se pratique déjà dans les aéroports : une nouvelle loi n'est donc pas nécessaire. François Vergaville regrette "la tendance des dernières années à légiférer à tout bout de champ". Et d'ajouter : "la bonne loi est celle qu’on est en mesure de faire appliquer. Et je m’interroge sur les moyens de contrôle que requerrait celle-ci. Voilà une loi qui ne s’impose pas, qui a été conçue dans la gesticulation et qui naîtrait dans le tumulte, une loi qui sent la cuisine électorale à plein nez, et qu’en outre on ne saurait faire appliquer raisonnablement."

 Contre 2) Quant à l'argument religieux ou culturel, ce n'est pas à l'Etat de définir le "religieusement correct", ou ce qui est religieux et ce qui ne l'est pas. "Si l’on acceptait ce type de raisonnement, remarque René de Laportalière, on légitimerait l’interdiction par la loi du port de la soutane dans la rue par les prêtres sous prétexte que l’Evangile ne dit rien là-dessus et que cette tenue répandue au XIX° siècle a été abandonnée."

Contre 3) Trop flou, l'argument de la privation de la dignité de la femme sous la contrainte est oiseux ou inopérant, ajoute François Vergaville : "rien ne justifie qu’une femme libre portant par choix un signe de sa communauté soit moins digne qu’une féministe en pantalon ou qu’une poupée en mini-jupe." Ajoutons que de récentes enquêtes sur les musulmanes françaises qui portent la burqa révèlent qu'il s'agit souvent de jeunes qui décident de la porter par esprit de rébellion (y compris contre l'avis de leur famille !), souvent pour un temps et dans certaines circonstances.

 

Que faire ? René de Laportalière suggère : "Je me contenterais de ne pas mettre mes enfants dans des écoles où la burqa serait acceptée, je boycotterais les magasins, salles de spectacle, lieux de loisir où je pourrais rencontrer des femmes ainsi vêtues." Ajoutons pour conclure que le port de la burqa aurait, par réaction, un effet répulsif auprès des Français tentés par l'Islam.


Partager cet article

Repost 0

Contre-culture

Publié le

"Dans le contexte de la société européenne, les valeurs évangéliques encore une fois deviennent une contre-culture, tout comme elles l'étaient au temps de saint Paul".

Benoît XVI, Malte, 18 avril

Partager cet article

Repost 0

Un nouveau diplôme en éthique des affaires

Publié le

A l'initiative du Pr Jean-Yves Naudet, la Faculté de droit de l'Université Paul Cézanne Aix-Marseille III crée un diplôme universitaire d'Éthique économique et des affaires. Il sera ouvert à Aix à la rentrée de septembre et est conçu en formation initiale comme un complément d'une Licence 3, d'un Master 1 ou d'un Master 2 de droit,d'économie, etc. C'est un petit diplôme universitaire (90 heures, avec cours le soir à 18h, après les cours du diplôme principal) conçu comme un complément en éthique économique d'un diplôme principal d'une spécialité quelconque (droit, économie, gestion, sciences politiques, journalisme, etc.). Ce diplôme peut aussi être suivi par des personnes en activité professionnelle, le soir après le travail.

Partager cet article

Repost 0

Soutenez les chrétiens en échappant à l'Isf !

Publié le

Les mois de mai et juin sont ceux des déclarations fiscales. Pour l'impôt sur le revenu, 66% des dons permettent de réduire l'impôt (dans la limite de 20% du revenu imposable). Pour l'Isf, le pourcentage s'élève à 75% dans la limite de 50 000 euros depuis la loi Tepa du 21 août 2007. Ce qui permet aux contribuables assujettis à l'impôt de solidarité sur la fortune d'éviter d'avoir à le payer tout en aidant les fondations reconnues d'utilité publique revêtant un caractère social. La plupart des monastères, des communautés sacerdotales et des diocèses peuvent être aidés à condition de passer par des structures telles que la Fondation des monastères de France1 et la Fondation nationale pour la protection sanitaire et sociale du clergé de France2. D'autres organismes offrent cet avantage fiscal, tels que la Fondation Jérôme Lejeune3, la Fondation pour l'école4, la Fondation des petits frères des pauvres5 ou l'Ordre de Malte6 (liste non exhaustive). La loi Tepa permet également d'échapper à l'Isf en achetant des actions de Pme. Les Éditions de L'Homme Nouveau7, qui publient un journal bimensuel et des livres et diffusent L'Osservatore Romano, ont pu ainsi récolter plus de 250 000 euros, reconstituant ainsi leur trésorerie. Certaines souscriptions d'actions de la société Foncière Habitat et Humanisme offrent aussi cette possibilité8.

1. 83 rue Dutot - 75015 Paris - 01 45 31 02 02

2. 3 rue Duguay-Trouin - 75280 Paris cedex 06 - 01 42 22 07 77

3. 37 rue des Volontaires - 75725 Paris cedex 15 - 01 44 49 73 30

4. 25 rue Sainte-Isaure - 75018 Paris - 01 42 62 76 94

5. 64 avenue Parmentier - 75011 Paris - 01 49 23 13 00

6. 42 rue des Volontaires - 75015 Paris - 01 55 74 53 41

7. 10 rue Rosenwald - 75015 Paris - 01 53 68 99 77

8. 69 chemin de Vassieux - 69300 Caluire - 04 72 27 42 50

Partager cet article

Repost 0

Du bon usage de la Halde

Publié le

Quoiqu'on pense du bien-fondé de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité), elle peut parfois s'avérer utile aux chrétiens. C'est ainsi qu'elle a rendu le 1er mars une décision relative à la décision du rectorat de Paris de faire bénéficier les élèves issus de collèges publics d'une priorité dans leurs choix d'affectation, au détriment des élèves issus de collèges privés. Puisque ceux-ci sont majoritairement catholiques, la Halde juge qu'il s'agit donc d'une "discrimination indirecte, en ce qu’elle est susceptible d’affecter majoritairement des élèves dont les parents ont fait des choix pédagogiques en raison de leurs convictions religieuses et parce que la pratique du rectorat a eu pour effet d’affecter les conditions d’exercice du droit à l’éducation des élèves issus des établissements privés, droit garanti par l’article 2 du 1er protocole additionnel à la Cedh." Pour garantir l'égalité de traitement, le rectorat est prié de revoir ses modalités d'affectation.

Partager cet article

Repost 0