Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catholiques de Chine : la longue marche

Publié le

Yves Chiron

La longue marche des catholiques de Chine

Artège, 334 p., 17,90 €

Spécialiste de l'histoire de l’Église, Yves Chiron est l'un des connaisseurs les plus avertis des catholiques chinois. Ils sont aujourd'hui dix millions. Le christianisme n'est pas une réalité neuve dans ce grand pays qui a été évangélisé dès le VIIe siècle, suite à des vagues successives de missionnaires 
– franciscains, jésuites, lazaristes etc. Le premier évêque chinois fut sacré en 1685. Mais les persécutions ne manquèrent pas... et n'appartiennent hélas pas au passé. Le régime communiste utilise tous les moyens pour effacer toute trace de foi : élimination physique, emprisonnement dans des camps de travail ou de « rééducation », destruction d'églises, création d'une Église nationale séparée de Rome (l'Association patriotique catholique chinoise) tandis que l’Église catholique tentait de survivre dans la clandestinité. Des démarches ont été entreprises entre Rome et Pékin pour rapprocher les deux Églises. Un « accord provisoire » a été signé en 2018, critiqué par le cardinal Zen (ancien évêque de Hong Kong), avec qui Yves Chiron a pu s'entretenir. Le chemin de croix des chrétiens chinois n'est pas terminé...
 

Partager cet article

Repost0

Homosexualité : interdiction d'en sortir

Publié le

Menée par Laurence Vanceunebrock-Mialon, député En Marche et policière ouvertement lesbienne ayant eu recours à la PMA en Belgique, une mission d'information parlementaire enquête sur les thérapies qui visent à « modifier l'orientation sexuelle ou l'identité de genre d'une personne ». Pour les pénaliser, une proposition de loi pourrait être déposée au début de l'année prochaine, avec la menace de deux ans de prison et 30 000 euros d'amende. En fait, le concept de thérapie n'est utilisé par aucune association venant en aide aux

homosexuels souhaitant sortir de leur situation. En particulier, ce n'est pas le cas de l'association catholique Courage, apostolat né aux États-Unis en 1980 et en France en 2015, pour « accompagner les personnes ressentant une attirance homosexuelle », leur assurant « un accueil et un soutien confidentiel ». Par des rencontres fraternelles, une session annuelle et des retraites, Courage se veut « une aide dans la croissance spirituelle, sur le chemin de la chasteté et de la sainteté », mais « n'est pas un parcours thérapeutique ». Soutenue par Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, l'association est pourtant dans le collimateur des groupes homosexualistes.

Pour Laurence Vanceunebrock-Mialon, suggérer la chasteté à un homosexuel est une « violence psychologique » inacceptable car « c'est lui dire que ce qu'il fait n'est pas bien » (cf. Famille chrétienne, n°2127).
 

Partager cet article

Repost0

L'acharnement de Chirac contre les racines chrétiennes

Publié le

Dans le courrier des lecteurs de La Croix (16/10), on peut lire ce témoignage passionnant d'Alain Pierret, qui fut ambassadeur près le Saint-Siège :

La tribune publiée dans La Croix du 27 septembre souligne l’attachement à l’Église de Jacques Chirac, « imprégné de catholicisme ».Au jour même de l’élection de Jean-Paul II n’avait-il pas en effet déclaré qu’il « était urgent que, nous arrachant à nos querelles politiciennes, une voix s’élève pour faire prendre conscience que l’Europe existe depuis deux millénaires, que son ciment a été le christianisme et que la civilisation qu’elle incarne demeure, dans ses finalités, profondément spirituelle ». J’ai connu le Bordelais Jean-Louis Tauran, futur cardinal, pendant mon séjour romain où il occupait les fonctions de Secrétaire pour les relations du Saint-Siège avec les États. Une fois par mois, je le recevais pour un déjeuner intime. Je l’ai plusieurs fois retrouvé par la suite, à Rome voire à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume où je me suis retiré. C’est à cette occasion qu’il m’a rapporté les échanges d’une tout autre nature qui vinrent ruiner cette si belle vision de notre histoire. Lorsque se réunit en 2002 la Convention qui prépare la Constitution européenne, Jean-Paul II s’inquiète : qu’en sera-t-il de cet « héritage chrétien » ? Le président de la République, qui ne s’était déjà pas rendu à Reims en 1996 pour l’accueillir, récuse le souhait pontifical. Le chancelier allemand Gerhard Schröder ne comprend pas sa position, le président du Conseil italien Romano Prodi tente de s’entremettre, en vain. Début novembre 2002 le Souverain Pontife, que peine l’attitude du chef de l’État, souhaite lui faire remettre un message personnel. Sans réponse, il décide de lui envoyer Mgr Tauran qui sera seulement reçu au Quai d’Orsay. L’entretien est orageux, au point que l’envoyé pontifical demande à Dominique de Villepin s’il est bon de poursuivre les relations diplomatiques. Un échange aura toutefois lieu lors de la dernière visite de Jean-Paul II en France. Avant de rejoindre Lourdes le 15 août 2004, il est accueilli à l’aéroport de Tarbes par le président de la République qui, courtoisement, invite un pape usé à abandonner la partie. La conclusion de ce triste épisode se jouera à Rome le 29 octobre 2004. En toute connaissance de cause, le président Chirac paraphera la Constitution européenne – sans mention de nos « racines (judéo-)chrétiennes » comme aurait dit Jean-Paul II – sous la statue du pape Innocent (!) X, élu contre le vœu de Mazarin.

Alain Pierret

Partager cet article

Repost0

Un fonds éthique pour tous

Publié le

La Conférence des évêques de France et Allianz Global Investors ont décidé d'ouvrir leur fonds actions Ethica à tous les investisseurs – particuliers, mouvements, associations, congrégations... Il a été lancé en 2008 à l’initiative de la conférence épiscopale pour offrir aux diocèses la possibilité de diversifier leurs placements dans un fonds d’actions de la zone euro géré selon des principes conformes à la doctrine sociale de l’Église. En effet, il applique des filtres spécifiques : au-delà des exclusions habituelles (armes controversées, pornographie, jeux d’argent, ou tabac), les entreprises sont sélectionnées selon les principes discriminants

suivants : « le respect des droits de l’humain, de la vie ; la promotion de la paix, et le respect des droits fondamentaux du travail ». Quatre principes de notation sont aussi appliqués : le développement du progrès social et de l'emploi, la préservation de l’environnement, le respect des règles de fonctionnement du marché (ni corruption ni entente illégale) et de bonne gouvernance. Enfin, les critères financiers classiques, tels que la croissance des résultats ou la valorisation des entreprises, sont pris en compte afin de construire un portefeuille de qualité. Avec plus de 80 millions d’euros sous gestion, le fonds Ethica a bien résisté aux mouvements financiers. Il est géré par Allianz Global Investors et la Conférence des évêques de France participe à un comité de suivi pour veiller au respect des principes qui garantissent son caractère éthique.

Partager cet article

Repost0

Intoxications, manipulations des médias - Numéro 379

Publié le

Au sommaire de Chrétiens dans la Cité n°379 :

ANALYSE : Les fausses nouvelles se multiplient, y compris dans les grands médias qui pourtant prétendent les combattre. De Xavier Dupont de Ligonnès au comptage de la manif anti-PMA.

INFOS : L'Eglise à la rencontre des chercheurs - Les nouveaux écolos chrétiens - Piété populaire et sanctuaires - Homosexualité : interdiction d'en sortir ? - Monastères et périphéries - Les Hérault de l'Evangile sous tutelle - Travail et chômage - Le Parcours Oasis - Mission réussie

LES HOMMES : Cyril Chabanier - Luigi Ventura - Oilivier Giroud - Gautier Capuçon

LECTURES : La longue marche des catholiques de Chine, de Yves Chiron

INITIATIVES : Les Pèlerins de l'Eau vive

AGENDA

Pour s'abonner, cliquer sur ce lien

 

Partager cet article

Repost0

Une infox du journal La Croix

Publié le

Dans son édition du 2 octobre, La Croix citait comme la phrase du jour un propos de Mgr Michel Aupetit :

"Je n'irai pas manifester le 6 octobre." Un désaveu des manifestants catholiques ? Mais l'archevêque de Paris  n'a pas apprécié et fait publier dans le quotidien comme un droit de réponse le lendemain, très discrètement, au bas de la page 20,  intitulé Précision ;

« Le titre de la brève publiée dans le numéro du 2 octobre de La Croix ne rend pas compte du sens de la réponse de Mgr Aupetit à propos de la manifestation de dimanche prochain », indique le diocèse de Paris dans un message envoyé à La Croix. « Ce titre pourrait être interprété comme un désaveu envers ceux qui choisissent de participer à la manifestation. Il n’en est rien. Mgr Aupetit appelle chacun à une prise de conscience et à la nécessité d’une réaction personnelle, y compris la décision possible de manifester », poursuit le diocèse.

Partager cet article

Repost0

6 octobre 13h Place Edmond Rostand

Publié le

La manifestation unitaire « Marchons Enfants ! » du dimanche 6 octobre partira à 13h de la place Edmond Rostand (près du Sénat).

Voici le communiqué des organisateurs :

« Les préparatifs de la marche unitaire avancent à grand pas. Les associations organisatrices de l'événement appellent les Français à se rassembler à partir de 13h place Edmond Rostand, c'est-à-dire à quelques mètres du Sénat. Il s'agit de rappeler que le projet de loi bioéthique n'en est qu'au tout début d'un très long processus, le gouvernement prévoyant le vote définitif du projet de loi pour l'été 2020. Tout est encore possible. Les manifestants, inquiets des conséquences de ce qui n'est encore qu'un projet de loi, sauront faire entendre leur voix devant le Sénat où le texte devrait être discuté en 1ère lecture en séance publique en janvier prochain.

Ainsi, tous les Français, au-delà de leurs différences, sont invités à se rassembler pour manifester leurs inquiétudes sur un projet de loi qui n'est rien d'autre qu'un projet de société qui s'imposerait à tous. La PMA sans père, l'autoconservation des ovocytes, la régularisation facilitée de la GPA... autant de sujets qui inquiètent profondément les Français. La grossesse n'est pas un commerce et le développement d'un marché lucratif de la procréation est indigne du « pays des Droits de l'homme". Pour construire ensemble la société que nous laisserons à nos enfants et petits-enfants, il faut avoir le courage de dire non à tout ce qui entraînerait la marchandisation de l'humain. »

Partager cet article

Repost0

Les Poissons Roses manifesteront le 6 octobre

Publié le

Communiqué :

Lors de leur bureau du 18 septembre, les Poissons Roses ont décidé, au nom de la « vraie gauche » humaniste, de rejoindre le collectif d’associations qui organise la manifestation anti-PMA le 6 octobre prochain.

Plateforme de réflexion de chrétiens, à gauche, les Poissons Roses réaffirment la primauté de la Personne humaine reliée. Ils se reconnaissent dans l’encyclique Laudato Si du pape François pour qui « tout est lié » : l’économique, le social, l’écologie et l’éthique. Ils ont exprimé leur conviction dans leur manifeste A CONTRE COURANT paru en 2016.
Sur la question de la PMA, les POISSONS ROSES rappellent leur position à gauche qui s’est traduite par :

  • La publication en juin 2018 de leur rapport sur LA FAMILLE DURABLE, AU-DELÀ DES FASCINATIONS BIOTECHNIQUES
  • L’Appel national qu’ils ont lancé en juillet 2019, via l’Etablissement français des semences de ministres et parlementaires (www.efsmp.fr), pour inviter ministres et parlementaires hommes à faire preuve de RESPONSABILITÉ et d’EXEMPLARITÉ en faisant un don de gamètes

Tout en entendant le désir d’enfant des femmes seules ou en couple, ils mettent en avant la Convention internationale des Droits de l’enfant, applicable en droit français, dont l’article 3 précise « l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale ». Ils demandent :

  • La tenue d’Etats généraux de la famille durable, car la gauche n’est pas aveugle devant les difficultés de millions de nos concitoyens face à l’évolution de la famille,
  • L’introduction dans la prochaine réforme constitutionnelle d’une modification disposant que les lois sociétales nécessitent une majorité des 2/3, car la gauche sait bien qu’on ne change pas la société par décret,
  • Ils attirent l’attention du législateur sur l’évolution radicale du rôle de la loi, qui doit rester Républicaine et Universelle et non pas satisfaire le désir de minorités,
  • Ils soulignent l’importance de l’ALTÉRITÉ comme fondement de la vie humaine,
  • Ecologistes, ils refusent toute manipulation biologique du Vivant,
  • Ils mettent en garde contre l’interprétation de la notion d’égalité qui conduira inéluctablement à l’autorisation de la location d’utérus (dite GPA), laquelle débouchera sur un nouvel esclavage.
  • Ils regrettent l’évolution ainsi engagée du rôle de la médecine et la prise en charge financière de la PMA par la collectivité, en rupture avec les fondements du Conseil National de Résistance.

 
Les POISSONS ROSES soulignent la responsabilité morale de MM. Macron, Philippe, Touraine et de Mme Buzyn dans le renversement de l’ordre symbolique introduit par cette loi qui subordonne la maternité au seul désir humain. La DÉMESURE de ce projet aggrave la dérive technicienne de notre civilisation mondialisée, alors que cette même civilisation se fracasse contre l’impasse financière et écologique.
 

Rendez-vous le 6 octobre à 12 heures 30 place de la Sorbonne

 

Partager cet article

Repost0

Quand tout va mal, nous sommes entourés de héros

Publié le

Dans son dernier numéro, Chrétiens dans la Cité publie une fiche de présentation d'Habitat et Humanisme. D'abord créé pour développer des "logements très sociaux", ce mouvement gère aussi des EHPAD, et son président-fondateur, le Père Bernard Devert, rapporte la soirée qu'il a dernièrement passée dans un de ces établissements : 

"Je voudrais vous partager, non sans émotion, deux moments vécus ces jours-ci. Notre Mouvement gère 47 établissements médico-sociaux, ces fameux EHPAD trop souvent sous le feu de la critique, alors qu’ils se révèlent des lieux où la vie est prise en compte avec une délicatesse qui mériterait d’être mieux reconnue.

Ainsi, un de ces derniers soirs à 21 h 30, je suis appelé comme prêtre pour me rendre au chevet d’une résidente confrontée à l’angoisse.

Dans le hall d’entrée de la maison, deux aides-soignantes sont manifestement inquiètes. Je m’approche et m’enquiers de leur difficulté : un de leur patient, âgé de 94 ans, a « fugué ».

 Elles me précisent avoir naturellement informé la gendarmerie mais, à cette heure très tardive, le patient n’a toujours pas été retrouvé. Il est hors de question pour elles de quitter leur service.

Vous avez des enfants – dis-je à l’une des plus jeunes. Oui, mais j’ai trouvé des voisins qui acceptent de les accueillir.

Je propose, après mon intervention auprès de la personne malade, de les accompagner pour procéder à la recherche de l’homme perdu. Elles déclinent la proposition. C’est notre travail, m’assurant qu’elles m’appelleront si leur recherche est vaine.

A 23 h 30 environ, elles me joignent pour me dire que l’homme est retrouvé sain et sauf.

Tout un engagement qui en dit long sur le « prendre soin » de nos frères fragilisés. Vous connaissez la rémunération des aides-soignants ! Dans le silence, ces soignantes se sont mobilisées. La vie, lorsqu’elle est en péril, suscite alors le meilleur qui, toujours, s’exprime par des actes de grande générosité.

Ce dimanche, une jeune femme, renversée par un chauffard est dans le coma. Je me rends au service de réanimation. L’infirmière lui parle comme si elle était présente, lui expliquant tous ses gestes avec une infinie douceur qui force le respect.

Que de grandeurs d’humanité et d’espaces infinis se dévoilent derrière des murs abritant des vies en grande souffrance.

Je sors de l’hôpital profondément touché par des êtres habités par une conscience du service qui fait du bien à l’âme.  Tant qu’il y aura des veilleurs si libérés d’eux-mêmes, notre société dispose de bien des raisons d’espérer. Les barbares sont hors-jeu.

Bernard Devert

Septembre 2019

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>