Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'hérésie des économistes dits orthodoxes

Publié le

L'hérésie des économistes dits orthodoxes

La controverse entre économistes orthodoxes et économistes hétérodoxes révèle le fondement théologique inavoué de la science économique.

Dans un pamphlet au titre provocateur – Le Négationnisme économique et comment s’en débarrasser (Flammarion, 241 p.), Pierre Cahuc et André Zylberberg s'attaquent aux économistes dits hétérodoxes. Pour ces deux économistes dits orthodoxes (en fait scientistes), il n'existerait qu'une seule véritable science économique, qui serait une science expérimentale proche de la médecine ou de la physique, et le consensus dégagé d'études convergentes ne saurait être qualifié d'opinion. Un exemple de conclusion qu'ils jugent démontrée : l'immigration n'a pas d'effet sur le taux de chômage (La Croix, 19/9) – certains douteront du caractère probant de cette « vérité scientifique ». Et les économistes hétérodoxes qui contesteraient cette méthode seraient des négationnistes, des charlatans et des obscurantistes. Des économistes critiques ont répondu que refuser le pluralisme des méthodes est une posture anti-scientifique ; c'est méconnaître « la nature profonde de l’économie, qui est une science sociale, largement transdisciplinaire, dont l’analyse se nourrit des résultats des autres sciences sociales : philosophie, histoire et sociologie » ; de fait, « moins de 10% des publications relèvent aujourd’hui de l’économie expérimentale » (Politis, n°420).

Le théologien catholique américain William Cavanaugh analyse finement le débat entre économistes orthodoxes et hétérodoxes dans un chapitre de son nouveau livre, Comme un hôpital de campagne (Artège, 426 p., 21 €, à paraître le 13 octobre). Il souligne que l’emprunt du langage théologique par les économistes orthodoxes pour exclure les hétérodoxes des universités et autres institutions révèle que « c’est de croyance, ou de doxa, qu’il est question, même si la science affirme avoir dépassé la simple croyance. » Et de fait, leur discipline – même parée des modèles mathématiques les plus sophistiqués – repose sur des présupposés philosophiques (par exemple l’hypothèse selon laquelle chaque l'individu agit toujours pour maximiser son propre intérêt) voire théologiques : la main invisible imaginée par Adam Smith a souvent été pensée comme une forme sécularisée de la providence divine. On a pu aussi développer l'idée que que l’argent occupe formellement la place que Dieu occupait par le passé dans la société chrétienne (cf. la Théologie de l'argent, de Philip Goodchild). Cavanaugh écrit : « Les économistes ont un travail important à faire. Ils doivent non seulement réaliser des études empiriques sur le comportement des personnes, mais aussi remettre en question ce qui sous-tend la croyance et qui motive ce comportement, à commencer par celui des économistes. »

Denis Sureau

Partager cet article

Repost 0

Au sommaire du numéro 333

Publié le

Au sommaire du numéro 333

Chrétiens dans la Cité n°333 vient de paraître, avec au sommaire :

ANALYSE : L'économie théologique. Sur le débat autour du prétendu "négationnisme économique".

AGENDA

LES HOMMES : Mgr François Kalist - Jean-Baptiste Passé - Jean Mercier - Alain Juppé

INFOS : Etat des lieux sur les églises en France - Les évêques vendent quatre hebdomadaires - Un village d'artisans solidaires à Montligeon - Enquête sur le Secours catholique - L'hostie française en crise - Délit d'entrave numérique

BREVES : Sortir du mal-logement - 40 propositions de LMPT - Objection de conscience - Semaines sociales

LECTURES : Les papes et l'écologie, du F. Thomas Michelet

INITIATIVES : le Mouvement chrétien des cadres et dirigeants (MCC)

Vous ne connaissez pas Chrétiens dans la Cité ? Nous vous enverrons gratuitement ce numéro Demandez-le à contact@chretiensdanslacite.com

Vous souhaitez profiter de l'offre d'abonnement pour nos 20 ans ? Cliquez ici.

Partager cet article

Repost 0

La langue des médias

Publié le

L'Artilleur, 336 p., 20 €
L'Artilleur, 336 p., 20 €

Agrégée de lettres modernes et docteur de l’Université Paris-Sorbonne, Ingrid Riocreux analyse très finement les pratiques des journalistes contemporains. Son livre, écrit-elle, « est uniquement un manuel de réception intelligente de l’information à l’usage des lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs ». Tout en évitant les deux attitudes très répandues de la naïveté et de la paranoïa complotiste, sa critique va de la grammaire à la rhétorique. Illustrée par de nombreux exemples, elle porte tant sur la langue elle-même (malmenée, anémiée, outragée) que sur l’orientation idéologique du discours médiatique. Car derrière la présentation « objective » des événements, on repère des opinions qui s’inscrivent pour la plupart dans les courants de pensée à la mode. La communication devient manipulation. Et même les médias dits de la réinformation (l’auteur cite le blog Le Salon beige et Radio courtoisie) n’échappent pas aux travers de leurs adversaires, par exemple en utilisant à leurs fins des citations tronquées. « Dans l’état actuel du monde de l’information, entre médias officiels et alternatifs, on peut considérer que, dans une certaine mesure, choisir son canal d’information, c’est choisir son manipulateur. » Un essai brillant qu’il importe de lire.

Partager cet article

Repost 0

Mgr François Kalist de Limoges à Clermont

Publié le

Le Pape François a nommé Mgr François Kalist, archevêque de Clermont. Mgr Kalist était jusqu’à présent évêque de Limoges.
Ordonné en 1986 pour le diocèse de Bourges, Mgr François Kalist fut vicaire de la paroisse de Vierzon (1987-1999) et chargé de cours au grand Séminaire d’Orléans (1990-1991). Entre 1991 et 2000, Mgr Kalist fut professeur de théologie et directeur des études du Séminaire d’Orléans. En 1999, il a été nommé curé in solidum des paroisses du doyenné de Vierzon-Sologne avant d’entrer dans l’équipe animatrice du Séminaire d’Orléans entre 2000 et 2001. En 2001, il fut responsable de la formation permanente et curé in solidum des paroisses de Levroux, Valençay et Chabris. Entre 2002 à 2009, il était vicaire épiscopal chargé de la proposition de la foi et de 2004 à 2009, délégué-adjoint à l’œcuménisme. Entre 2008 et 2009, il assura la charge curiale des paroisses d’Henrichemont, Saint-Martin d’Auxigny et Les Aix d’Angillon. Depuis 2009, il était évêque de Limoges.

Partager cet article

Repost 0

Les Afc réagissent à l'attentat

Publié le

Les AFC sont sous le choc des événements qui se sont déroulés le 26 juillet dernier dans l'église de St Etienne du Rouvray. Elles sont particulièrement atteintes par la mort du Père Jacques Hamel, sauvagement égorgé alors qu'il célébrait la messe.
Les AFC ont été sensibles aux marques de compassion et de respect adressées par le Gouvernement et la société civile à la communauté catholique.
Avec de nombreuses autres, celle-ci est aujourd'hui la cible de la barbarie islamiste. Les ennemis désignés par Daech sont mutiples : ce sont ceux dont les opinions, les croyances ou les modes de vie diffèrent de ceux qu'ils professent.
Les AFC dont la mission est "la défense des intérêts matériels et moraux des familles" (statuts) souhaitent contribuer à l'élaboration des réponses qui garantissent l'intégrité physique et la sécurité de chaque personne.
Ces réponses devront porter à la fois sur la sécurité et la culture du respect mutuel :
- les failles de sécurité qui sont mises en évidence de manière régulière doivent être définitivement comblées. C'est nécessaire pour empêcher les individus dangereux de nuire mais surtout éviter de laisser penser que la puissance publique ne maîtrise pas la situation.
- l'action culturelle et éducative - qui exige aussi de mobiliser chaque personne et de s'appuyer sur chaque famille - doit pour sa part promouvoir une société où coexistent et s'expriment toutes les opinions, dans la paix, la fraternité et le respect des personnes. Cette culture de libre expression doit être l'effort premier d'une laïcité bien comprise, assumée et féconde.
Les AFC attendent des actions fortes de la part des gouvernants français dans ces deux domaines.

AFC

Partager cet article

Repost 0

Comme un hôpital de campagne (William Cavanaugh)

Publié le

L'édition américaine.
L'édition américaine.

Les éditions Desclée De Brouwer publieront le 16 octobre l'édition française de Field Hospital, le dernier livre de William Cavanaugh : Comme un hôpital de campagne. De l'engagement de l'Eglise dans un monde blessé. En novembre, le théologien catholique américain, aujourd'hui âgé de 53 ans, viendra en France pour donner des conférences, notamment à Lyon.

Partant de la comparaison développée par le pape François de l’Église comme hôpital de campagne, William Cavanaugh montre comme elle peut aider à soigner les blessures tant spirituelles que matérielles de notre monde. A l’intersection de la théologie, de l’économie, du politique et de la violence, il jette un regard neuf sur les pathologies de l’entreprise, la marchandisation de la politique et la théologie sous-jacente à la prétendue science économique. Dans le style clair qui a fait le succès de ses précédents livres, il déconstruit l’invention d’une « religion » artificiellement séparée de la vie quotidienne au profit de l’idolâtrie de l’État et de l’argent.

Dialoguant avec les penseurs de la démocratie radicale ou fugitive, Cavanaugh plaide à la suite de Benoît XVI en faveur d’une « autorité politique répartie ». Cet essai brillant est une invitation originale à stimuler l’imagination politique et un appel à créer des espaces mobiles et décentralisés où peuvent s’enraciner de nouvelles pratiques sociales et économiques. Plutôt que de condamner les maux de nos sociétés en les prenant de haut, l’Église doit sortir sur le champ de bataille non pour tuer ou mutiler mais, comme le corps médical qui risque sa sécurité et sa vie même, pour panser les corps et réchauffer les cœurs.

William Cavanaugh dirige un centre de recherches à l’Université DePaul de Chicago. Il a publié Eucharistie et mondialisation. La liturgie comme acte politique (Ad Solem, 2001), Être consommé. Une critique chrétienne du consumérisme (Éditions de L’Homme Nouveau, 2007), Torture et eucharistie. La théologie politique et le Corps du Christ (Ad Solem/Cerf, 2009), Le Mythe de la violence religieuse (Éditions de L’Homme Nouveau, 2009) et Migrations du sacré. Théologies de l’État et de l’Église (Éditions de L’Homme Nouveau, 2010).

Denis Sureau

Partager cet article

Repost 0

Il y a 100 ans : la mort du soldat Augustin Cochin

Publié le

Il y a 100 ans : la mort du soldat Augustin Cochin

Il y a 100 ans, le 8 juillet 1916, mourait à 39 ans Augustin Cochin, le plus profond historien de la Révolution (La Révolution et la libre pensée), génial précurseur de la sociologie du phénomène démocratique et de la mécanique totalitaire (Les Sociétés de pensée et la démocratie).

En juillet 1916, Augustin Cochin est sur la Somme. Sa dernière lettre est datée du 7 juillet ; il écrit : « Je suis au fond de mon trou, à moitié endormi au milieu de, quel tintamarre ! Le physique va bien, et le moral aussi, mais l’intellectuel n’existe plus. »
Georges Goyau rapporte la suite : « Augustin Cochin reçut l’ordre, au matin du 8 juillet, de gagner avec sa compagnie le calvaire d’Hardecourt. Déjà là-haut, sur sa croix, le Christ était blessé : la branche du crucifix était brisée : "Vois comme ils l’ont abîmé !" dit le capitaine Cochin à l’un de ses soldats. On s’élança, on atteignit le calvaire, on le dépassa. Une balle atteignit Augustin Cochin au cœur : un quart d’heure après il avait cessé de vivre, et le bras du Christ, sur le crucifix amputé, s’étendait dans le vide, en un effort de bénédiction ».
Le combat d’Hardécourt-aux-Bois fut très meurtrier : du 1er juillet 1916 au 30 novembre, plus de mille deux cents soldats périrent. En leur honneur, et pour honorer la mort héroïque de son fils, Denys Cochin fit bâtir sur les lieux mêmes une nouvelle église, qui fut inaugurée le 8 juillet 1922.
Une croix subsiste toujours au Nord du village d’Hardecourt-aux-bois, vers Guillemont (repéré Croix Cochin sur carte IGN 2408 E). On peut y lire sur des plaques : « Plus l’épreuve est dure, plus il est nécessaire d’y être », et : « Ici tomba le capitaine Augustin Cochin tué à l’assaut le 8.7.1916, blessé trois fois, le bras cassé, il retournait, infirme, au feu par amour pour sa patrie et ses soldats. »

Une édition des Oeuvres complètes d'Augustin Cochin est prête. Il reste à trouver un éditeur. Ce serait le plus bel hommage à rendre au capitaine Cochin.

Denis Sureau

Partager cet article

Repost 0

Deux nouveaux évêques auxiliaires à Paris

Publié le

Le Pape François a nommé Mgr Denis Jachiet et Mgr Thibault Verny évêques auxiliaires de l’archidiocèse de Paris. Mgr Jachiet était jusqu’à présent vicaire général du diocèse de Paris et Mgr Verny avait été nommé vicaire général du diocèse de Paris pour une prise de fonction à partir du 1er septembre 2016. À Mgr Jachiet a été assigné le siège titulaire épiscopal de Tigisi di Numidia et à Mgr Verny le siège titulaire épiscopal de Lamzella.
Ordonné en 1996 pour le diocèse de Paris, Mgr Denis Jachiet fut vicaire à la paroisse Notre-Dame de Grâce de Passy à Paris et aumônier du collège-lycée Saint-Jean de Passy entre 1997 et 2000. De 2000 à 2014, il fut responsable de la Maison Saint-Roch puis de la Maison Saint-Séverin (Séminaire de Paris) et directeur au Séminaire de Paris ainsi qu’enseignant à l’École Cathédrale et à la faculté Notre-Dame de Paris. Entre 2002 et 2009, Mgr Jachiet devint délégué diocésain pour les vocations religieuses et sacerdotales. En 2010, il fut nommé curé de la paroisse Saint-Séverin Saint-Nicolas à Paris et de 2013 à 2014 aumônier diocésain des Scouts unitaires de France. En 2014, il fut nommé vicaire général de Paris et chanoine titulaire de la Cathédrale de Paris.
Ordonné en 1998 pour le diocèse de Paris, Mgr Thibault Verny fut entre 1999 et 2005, aumônier du collège-lycée Janson-de-Sailly et du collège Eugène-Delacroix à Paris. Depuis 2005, Mgr Verny était curé de la paroisse Notre-Dame de Lorette et depuis 2007 doyen du doyenné Magenta-La Fayette. En 2014 il est nommé en plus, adjoint au service diocésain des vocations sacerdotales et religieuses. Il venait d’être nommé vicaire général de Paris pour une prise de fonction au 1er septembre.

Partager cet article

Repost 0

Transmettre publie son catéchisme

Publié le

Transmettre publie son catéchisme

Devenu un acteur influent de la catéchèse en France, Transmettre* vient de publier son propre parcours complet sur trois ans (CE2, CM1, CM2) : A la rencontre de Dieu (chaque année 100 pages, 19 €).

Conçu par Madeleine Russocka – auteur de nombreux guides de formation religieuse à succès – avec la participation de la Communauté Saint-Martin et la Fraternité Saint-Thomas-Becket, il a reçu l'imprimatur à usage catéchétique de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne. Transmettre édite aussi une revue mensuelle pour aider parents et catéchistes dans l'évangélisation des jeunes.
*Transmettre – 17 rue Manessier – 94130 Nogent-sur-Marne  01 48 76 72 91

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>