Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Etre consommé

Publié le par Denis Sureau

Figure émergente de la nouvelle théologie politique, William Cavanaugh, 45 ans, enseigne à Saint-Paul, aux Etats-Unis. Ce penseur original est l’auteur d’essais remarqués (Torture et Eucharistie, Eucharistie et mondialisation). Dans ce nouveau livre, il décrypte avec une acuité rare les concepts clés de l’économie contemporaine. A quelles conditions peut-on dire qu’un marché est libre ? Quelle est la signification spirituelle de la culture de consommation ? Comment analyser la mondialisation à partir de la théologie catholique de l’universel et du particulier ? Comment vivre dans un monde aux ressources rares ? Exemples concrets à l’appui, William Cavanaugh développe une vision de la vie quotidienne en faisant appel à saint Augustin et l’eucharistie. Et il invite à créer des espaces économiques alternatifs. Cet essai brillant bouleverse les catégories habituelles, libérales ou étatistes.

 

William Cavanaugh

Etre consommé,

Une critique chrétienne du consumérisme

Editions de L’Homme Nouveau,

170 p., 19 €

(Disponible en librairie, sur www.hommenouveau.fr

ou au 01 53 68 99 77)

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost 0

Des évêques contre la promotion de l'avortement

Publié le par Denis Sureau

Après une grosse campagne gouvernementale en faveur de la contraception, le Planning familial d'Ile-de-France, l'Association des centres de grossesse et de méthodes contraceptives (Ancic) et la Coordination pour la défense de l'interruption volontaire de grossesse et de la contraception (Cadac) ont lancé le 18 janvier une campagne d’affichage dans les gares et stations de métro parisiennes : Sexualité, contraception, avortement : un droit, mon choix, notre liberté. Cette opération est financée par le conseil régional à hauteur de 300 000 €.

Les onze évêques d’Ile-de-France, le cardinal André Vingt-Trois en tête, ont publié une déclaration intitulée Promouvoir l’avortement, c’est renoncer à nos responsabilités : « L’avortement n’est pas un épisode banal de la vie d’une femme. C’est toujours une blessure et un échec, pour les femmes, les couples et la société. Est-il responsable de la part de certains élus de soutenir une campagne de communication qui laisse croire que c’est un progrès ? Pire encore, qui en fait la promotion ? Trop de femmes se trouvent désemparées face à une grossesse mal supportée. On ne peut présenter leur détresse comme une liberté. Des associations s’efforcent de les aider à garder leur enfant et les accompagnent, quoi qu’il arrive. Elles méritent d’être soutenues. Au lieu de promouvoir l’avortement comme solution d’avenir, il est temps que tous participent résolument à la promotion d’une culture respectueuse de la vie et de la dignité des femmes. »

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost 0

Un évêque contre la casse sociale

Publié le par Denis Sureau

Mgr Pierre Raffin, évêque de Metz, a publié une déclaration concernant la fermeture de l’aciérie de Gandrange par le groupe Arcelor-Mittal : « L’effet surprise de cette annonce fait naître un climat d’angoisse et suscite des comportements de colère. Le responsable du groupe Mittal en effet avait il y a peu donné des assurances quant à la viabilité du site de Gandrange. (…) Désormais, le sentiment général prévaut qu’il s’agit là d’un nouvel épisode du lourd tribut payé par la Lorraine aux effets pervers de la mondialisation économique. (…) Au regard de l’Evangile qui inspire la doctrine sociale de l’Eglise, cette solidarité est le complément de la justice. Dans le cas, la justice consiste à reconnaître la dignité de chaque acteur du travail, son droit à un travail justement rémunéré et facteur de développement pour la personne et pour le corps social tout entier. Il ne peut y avoir de réelle justice là où l’ensemble des acteurs, relayés par des corps représentants, ne sont associés ni à la gestion ni aux fruits du travail. Pour l’Eglise, le souci du bien commun régit notre manière de vivre ensemble et s’applique à tous les espaces de la vie sociale. »

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost 0

Touche pas à mon dimanche

Publié le par Denis Sureau

"FACE AUX MENACES qui pèsent sur le repos du dimanche, le Conseil pour les questions familiales et sociales de la Conférence des évêques de France rappelle son importance pour des raisons :

- théologiques : Le Jour du Seigneur, premier jour de la semaine, l’Eglise célèbre la résurrection du Christ et vit le repos demandé par Dieu dès la création du monde. Aussi est-elle très attachée à ce que le sens qu’elle reconnaît au dimanche puisse se traduire dans la pratique des chrétiens. Certes des chrétiens ont vécu et vivent encore aujourd’hui dans des sociétés où le dimanche n’est pas un jour férié mais faire coïncider le Jour du Seigneur et le repos hebdomadaire témoigne d’une réelle cohérence, et traduit, en France, une fidélité aux origines chrétiennes de notre société.

- anthropologiques : Il est nécessaire que, libéré des contraintes du travail, chacun dispose de temps pour se reposer, vivre en famille, rencontrer les autres, avoir une vie sociale et bénéficier des diverses propositions culturelles, sportives, etc. qui lui sont offertes. Le dimanche laisse à chacun le choix de son emploi du temps, de ce qu’il fait ou ne fait pas, de qui il voit ou ne voit pas ; il est en cela un espace de liberté et de détente, au contraire de la semaine. Le dimanche permet de se donner un équilibre de vie souvent mis à mal par le rythme de la semaine.

- sociales : L’économie et le travail ne sont pas le dernier mot d’une vie sociale. Jour de liberté, de détente, de repos, le dimanche est également le temps des retrouvailles entre générations, adultes, jeunes et enfants quelles que soient leurs activités (école, études, entreprises privées ou publiques, etc.). Le dimanche permet de libérer un espace pour le jeu et la conversation entre les hommes. La loi du 13 juillet 1906  instituant que « le repos hebdomadaire doit être donné le dimanche »  et insérée dans le Code du travail, est donc un acquis social qu’il importe de respecter. (…)

Le dimanche est un jour différent des autres jours. Cette différence doit rester visible. »

Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque de Rouen, président du Conseil pour les questions familiales et sociales.

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost 0

Les écrivains tentés par la Foi

Publié le par Denis Sureau

Dimanche 13 janvier, dans son émission mensuelle sur Lumière de l'Espérance, la radio du dimanche de Radio Courtoisie, Denis Sureau s'entretiendra de la tentation catholique des écrivains français d'aujourd'hui avec les romanciers Christophe Mory et Patrick Tudoret.
De 12h à 13h30. Rediffusion à 16h et minuit.

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost 0

La fin d'Economie et Humanisme

Publié le par Denis Sureau

L’association lyonnaise Economie et Humanisme (200 membres, 7 salariés) a été placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Lyon. C’est une institution symbolique du progressisme catholique qui disparaît (sur son histoire, cf. Hugues Puel, Economie et Humanisme dans le mouvement de la modernité, Cerf, 2004).

Elle avait été fondée par Louis-Joseph Lebret (1897-1966), lieutenant de vaisseau devenu dominicain, expert du sous-développement fasciné par l’œuvre de Karl Marx. Il y  puisa abondamment tout en récusant le concept de lutte des classes. Née pendant la seconde guerre, l’association a connu la même évolution que d’autres mouvements chrétiens (telle la Cftc devenue Cfdt) : d’un catholicisme social  de reconquête catholique au ralliement à la modernité (assaisonnée d’un certain « spiritualisme ») en suivant un processus continu de sécularisation de son esprit et de ses méthodes (marquées par le rationalisme et le positivisme). Economie et Humanisme, parti de l’élaboration d’une « économie humaine », n’était devenu qu’un centre de recherches parmi d’autres.

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost 0

Coopérative sociale

Publié le par Denis Sureau

Dans un dossier sur le retour de Marx, le magazine Challenges (n°103) a publié un article intéressant sur la coopérative basque Fagor-Brandt, omettant toutefois de préciser qu’elle s’inspire non du penseur communiste mais directement de la doctrine sociale de l’Eglise. Cette filiale du groupe Mondragon (présenté dans Chrétiens dans la Cité n°191) fonctionne en dehors des normes capitalistes courantes. Son pdg déclare : « Dans notre société, l’objectif n’est pas de maximiser les profits. Nous ne raisonnons pas en rentabilité des capitaux investis. Une marge nette de 1 ou 2% nous suffit. » Les actionnaires sont les travailleurs, les socios, qui ont souscrit 12500 € pour entrer leur capital et prendre les décisions selon le principe un homme, une voix. L’écart des salaires va de 1 à 7,5 maximum. Un conseil recteur, équivalent du conseil d’administration, est élu tous les quatre ans, contrôlé lui-même par un conseil social. Le pdg précise : « Cela n’a rien à voir avec vos syndicats. Ici, lorsque les gens revendiquent, c’est auprès d’eux-mêmes ! » La paie dépend des résultats : les ouvriers ne touchent pas un « salaire » mais une « avance sur résultat ». Dans la pratique, ces avances n’ont pas été remboursées lorsque les années furent moins fastes, mais les socios acceptent de se serrerla ceinture. En 2005, Fagor est parvenu à absorber Brandt, numéro un français de l’électroménager. Non sans des difficultés qui ont entraîné un plan social. Les socios ne pouvant être licenciés, certains ont été mutés dans les autres coopératives du groupe Mondragon (qui en compte 115) et 170 intérimaires pourraient être remerciés.

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost 0

Du Carmel à l'entreprise

Publié le par Denis Sureau

Un groupe informel de professeurs, consultants et professionnels à travers le monde vient de créer un Laboratoire international de recherche en vue du progrès de la spiritualité dans la pratique des affaires et les entreprises. Un site internet bilingue sert de plate-forme d'échange : http://spiritualityinbusiness.perso.cegetel.net. Il constitue une base de données sur les questions de la foi et du travail et propose de nombreux liens. Ce programme est mené en lien avec l’Université de la mystique, à Avila, en Espagne. Le cadre intellectuel du laboratoire est en effet la théologie mystique carmélitaine, quoique de manière non exclusive. Il entend « favoriser le progrès spirituel des laïcs dans le cadre du travail », « faire avancer la réflexion sur le management dans le cadre de la théologie mystique catholique et de la doctrine sociale de l’Église » et « mettre à disposition des Pères carmes d’Avila une base de connaissances et d’intervenants éventuels pour l’usage de leur Université de la Mystique (Master en Mystique, séminaire d’entrepreneurs de 2008 à Avila…). » Le laboratoire sera présidé par Denise Maass, coordonné par l’éditeur Guillaume de Lacoste Lareymondie, et aura pour conseiller le P. Ciro Garcia, ocd. Un séminaire de recherche sera organisé le 5 avril 2008 à l’École cathédrale sur le thème Le message du Carmel pour les entreprises.

 

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost 0

Rechristianiser l'école catholique

Publié le par Denis Sureau

Dans un document intitulé « Eduquer ensemble dans l'école catholique. Mission partagée par les personnes consacrées et les fidèles laïcs », la Congrégation pour l’éducation catholique insiste sur l’identité chrétienne des éducateurs et des établissements. Un message adressé aux 250 000 établissements scolaires catholiques fréquentés par 42 millions d'élèves, recevant l’enseignement dispensé par 3,5 millions de professeurs

Lors de la présentation du texte à la presse, le cardinal Zenon Grocholewski a constaté « un profond malaise dans le monde de l'école, surtout en Occident ». Les professeurs « sont démotivés et frustrés dans leur tâche éducative. Parmi les signes très préoccupants, il y a l’augmentation de la violence dans les écoles, et parmi les adolescents, ainsi que la difficulté des familles à participer activement à la communauté d’éducation scolaire qui, il faut le rappeler, sont les premières responsables de l’éducation des enfants. On assiste en outre à la perte du sens de l’éducation, en lien étroit avec la perte des valeurs, surtout de celles qui soutiennent les choix de vie, la famille, le travail, les choix moraux. De cette façon, l’éducation souffre elle aussi des maux qui affligent nos sociétés : le subjectivisme diffus, le relativisme moral et le nihilisme ».

Ce constat étant dressé, le document souligne que « le projet de l'école catholique est convaincant seulement s'il est réalisé par des personnes profondément motivées », qui « se reconnaissent dans l'adhésion personnelle et communautaire au Seigneur ». Il indique que la formation professionnelle des enseignants doit être complétée par « un parcours approprié de formation théologique ». C’est précisément parce qu’aujourd’hui élèves et enseignants viennent de plus en plus souvent de « contextes culturels et religieux différents » que les religieux et laïcs catholiques qui composent la communauté éducative doivent renforcer leur collaboration pour offrir un « témoignage de foi » avec un « témoignage de vie » cohérent. Car « l’école catholique se présente comme un levain chrétien dans le monde ».

Le projet romain de rechristianisation de l’école catholique, s’il va bien dans le sens du combat de Mgr Jean-Pierre Cattenoz, se révèle assez décalé par rapport au discours des instances officielles et à la réalité française, où tant les élèves que les enseignants chrétiens ne sont plus qu’une infime minorité.

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost 0

<< < 10 20 30 40 50 60 61 62 63 64 > >>