Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le capitalisme en question

Publié le

La vague équivoque de l'éthique d'entreprise semble s'être fracassée sur les récifs de pratiques économiques et financières autant implacables que moralement problématiques.

C'est ce que montre l'essai de Cécile Renouard qui présente l'originalité d'être à la fois religieuse de l'Assomption, philosophe et économiste (elle enseigne à l’École des Mines-Paris, à l'Essec et au Centre Sèvres).

A rebours de la rhétorique douteuse qui imprègne certains milieux chrétiens se contentant d'espérer ajouter une « âme » à une mondialisation qui leur semble fondamentalement heureuse, elle resitue l'entreprise dans la société, au carrefour d'enjeux qui sont aussi politiques, sociaux et écologiques (avec notamment le défi de la transition énergétique). La légitimité de l'entreprise vient non des seuls profits à court terme qu'elle apporte à ses actionnaires mais surtout de «sa contribution au lien social  et écologique ».

Cécile Renouard n'adhère pas au mythe de la croissance indéfinie et va jusqu'à écrire : « Le modèle capitaliste actuel est non seulement générateur de nombreuses souffrances – dont il n'est pas sûr qu'elles soient compensées ou surpassées par les bienfaits matériels qu'il entraîne –, mais il est aussi insoutenable ». Elle esquisse des pistes pour une « prospérité sans croissance » où l'entreprise pourrait jouer son rôle.

 ethique et entreprise

Éthique et entreprise

Pourquoi les chrétiens ne peuvent pas se taire

Cécile Renouard

L'Atelier, 174 p., 17 €

Partager cet article

Repost0

Chrétiens dans la Cité n°289 est paru

Publié le

Au sommaire du n°289 :

 

Un sermon aux politiques : l'homélie du cardinal Vingt-Trois

NOMINATIONS

  • Mgr Jean-Luc Bouilleret
  • Mgr Jean-Christophe Lagleize

INFORMATIONS

  • Face à une résolution pro-avortement
  • Menace sur les fêtes chrétiennes
  • Une coordination pour les chrétiens d'Orient
  • Lancement du Cercle Charles Péguy à Paris
  • Echec d'une liste post "mariage pour tous"
  • Roms : l'expérience du P. Bernard Devert

LECTURES

Cécile Renouard : Ethique et entreprise

INITIATIVES

Visemploi

 

et l'AGENDA

Partager cet article

Repost0

Denis Sureau sur Radio Notre-Dame

Publié le

Jeudi 12 septembre sur Radio Notre-Dame,

Denis Sureau sera l'invité de l'émission Vox Libri

pour présenter son dernier livre

Deux mariages et un enterrement (Editions de L'Homme Nouveau)

Il répond aux questions de Philippe Delaroche, directeur-adjoint de la rédaction du magazine Lire, et de Jean-François Rod, pour la librairie La Procure.

A 11h30 et 19h30.

Partager cet article

Repost0

Une définition du mariage illégale

Publié le

L’Union des Familles en Europe vient également de former un recours juridique auprès du Conseil d’État contre les décrets d’application de la loi Taubira donnant une nouvelle définition du mariage.

Selon l'UFE, « la France a violé les traités qu’elle a signés. En effet, le 28 mai 1981, la France a ratifié le Pacte international relatif aux droits civils et politiques du 16 décembre 1966, adopté par l’assemblée générale de l’Onu. L’article 23 de ce Pacte proclame que ''Le droit de se marier et de fonder une famille est reconnu à l'homme et à la femme à partir de l'âge nubile.'' Il ne fait pas de doute que nul ne songeait à l’époque à inclure l’union homosexuelle dans le mariage (...) Un État ne peut invoquer les dispositions de son droit interne pour justifier qu’il n’exécute pas ledit traité. Plus encore : l’article 55 de la Constitution française prévoit que les traités ont une valeur supérieure à la loi, même si la loi a été jugée constitutionnelle. »

En cas de refus du Conseil d’État d’écarter l’application de la loi, l’UFE portera l’affaire devant le Comité des droits de l’homme de l’Onu.

De son côté, la Confédération nationale des Associations familiales catholiques (CNAFC) a également saisi le Conseil d’État.

 

Partager cet article

Repost0

Au sommaire de Chrétiens dans la Cité n°287

Publié le

Le numéro de rentrée de Chrétiens dans la Cité est paru, avec au sommaire :

 

ANALYSE : Rentrée ou veillée d'armes ? 

Même si le Gouvernement prend davantage de précautions, de nouveaux projets de loi pourraient susciter des formes renouvelées de contestation.

AGENDA

LES HOMMES : Mgr Bruno Feuillet et 5 autres importantes nominations.

INFORMATIONS

  • Pour la paix en Syrie
  • Une liste pour la vie aux européennes
  • La recherche sur l'embryon autorisée
  • Veilleurs et Sentinelles
  • Mariage : une définition illégale ?
  • Bilan de l'AED
  • Béatitudes : sortie de crise
  • Lumen Fidei
  • Les JMJ de Rio à Cracovie

LECTURES : Deux mariages et un enterrement

INITIATIVES : Les associations chrétiennes contre la drogue

 

Pour recevoir ce numéro, abonnez-vous !

Partager cet article

Repost0

Deux mariages et un enterrement

Publié le

La loi sur l'ouverture du mariage aux couples homosexuels a provoqué de multiples débats sur le mariage. Comment définir le mariage en général ? Quelle est la spécificité du mariage chrétien ? Quelle est l'histoire du mariage civil français et sa signification ?

couv2 mariagesweb

Le dernier livre de Denis Sureau, Deux mariages et un enterrement (Editions de L'Homme Nouveau, 64 p.) est une synthèse argumentée sur les différentes formes de mariage (naturel, sacramentel, civil) rappelle l'enseignement de l’Église. Le mariage dit « naturel » des non-baptisés est l'alliance d'un homme et d'une femme qui constituent une communauté de vie dont les éléments essentiels sont l'unité, l'indissolubilité et l'ouverture à la fécondité. Ces caractères se retrouvent dans le mariage chrétien, mais l'alliance matrimoniale a été élevée par le Christ à la dignité de sacrement. Or comment articuler ces deux mariages avec le mariage civil créé à la Révolution ? Celui-ci ne leur pas assimilable, ne serait-ce que parce qu'il a été conçu comme une simple convention, un contrat pouvant être rompu. Si ses potentialités autodestructrices ont été modérées par le Code Napoléon, elles ont été réveillées depuis 1965 et conduisent à son propre enterrement, dont la loi Taubira marque une nouvelle étape. La question est aujourd'hui posée de la libération du mariage religieux face à sa parodie séculière et de l'obligation imposée aux chrétiens d'y avoir recours.

 

Deux mariages et un enterrement

Denis Sureau

Éditions de L'Homme Nouveau, 64 p., 9€

(commander sur www.hommenouveau.fr ou au 10 rue Rosenwald – 75015 Paris)

Partager cet article

Repost0

Lumière de la Foi dans la cité

Publié le

Lumen Fidei, première encyclique du pape François  (et, sur un mode informel, dernière contribution du Pape Benoît XVI), comporte des enseignements pour les chrétiens dans la cité. Extraits :

50. (...) La foi révèle combien les liens entre les hommes peuvent être forts, quand Dieu se rend présent au milieu d’eux. Il ne s’agit pas seulement d’une fermeté intérieure, d’une conviction stable du croyant; la foi éclaire aussi les relations entre les hommes, parce qu’elle naît de l’amour et suit la dynamique de l’amour de Dieu. Le Dieu digne de confiance donne aux hommes une cité fiable.

51. En raison de son lien avec l’amour, la lumière de la foi se met au service concret de la justice, du droit et de la paix.  (...) La lumière de la foi est capable de valoriser la richesse des relations humaines, leur capacité à perdurer, à être fiables et à enrichir la vie commune. La foi n’éloigne pas du monde et ne reste pas étrangère à l’engagement concret de nos contemporains. Sans un amour digne de confiance, rien ne pourrait tenir les hommes vraiment unis entre eux. Leur unité ne serait concevable que fondée uniquement sur l’utilité, sur la composition des intérêts, sur la peur, mais non pas sur le bien de vivre ensemble, ni sur la joie que la simple présence de l’autre peut susciter. La foi fait comprendre la structuration des relations humaines, parce qu’elle en perçoit le fondement ultime et le destin définitif en Dieu, dans son amour, et elle éclaire ainsi l’art de l’édification, en devenant un service du bien commun. (La foi) ne sert pas seulement à construire une cité éternelle dans l’au-delà; elle nous aide aussi à édifier nos sociétés, afin que nous marchions vers un avenir plein d’espérance (...)

54. (...) Dans la « modernité », on a cherché à construire la fraternité universelle entre les hommes, en la fondant sur leur égalité. Peu à peu, cependant, nous avons compris que cette fraternité, privée de la référence à un Père commun comme son fondement ultime, ne réussit pas à subsister. Il faut donc revenir à la vraie racine de la fraternité. L’histoire de la foi, depuis son début, est une histoire de fraternité, même si elle n’est pas exempte de conflits. (...) Au fil de l’histoire du salut, l’homme découvre que Dieu veut faire participer tous, en tant que frères, à l’unique bénédiction, qui atteint sa plénitude en Jésus, afin que tous ne fassent qu’un. (...) La foi nous enseigne à voir que dans chaque homme il y a une bénédiction pour moi, que la lumière du visage de Dieu m’illumine à travers le visage du frère.

Le regard de la foi chrétienne a apporté de nombreux bienfaits à la cité des hommes pour leur vie en commun ! Grâce à la foi, nous avons compris la dignité unique de chaque personne, qui n’était pas si évidente dans le monde antique.  (...) Au centre de la foi biblique, se trouve l’amour de Dieu, sa sollicitude concrète pour chaque personne, son dessein de salut qui embrasse toute l’humanité et la création tout entière, et qui atteint son sommet dans l’Incarnation, la Mort et la Résurrection de Jésus Christ. Quand cette réalité est assombrie, il vient à manquer le critère pour discerner ce qui rend la vie de l’homme précieuse et unique. L’homme perd sa place dans l’univers et s’égare dans la nature en renonçant à sa responsabilité morale, ou bien il prétend être arbitre absolu en s’attribuant un pouvoir de manipulation sans limites.

55. La foi, en outre, en nous révélant l’amour du Dieu Créateur nous fait respecter davantage la nature, en nous faisant reconnaître en elle une grammaire écrite par Lui et une demeure qu’il nous confie, afin que nous en prenions soin et la gardions ; elle nous aide à trouver des modèles de développement qui ne se basent pas seulement sur l’utilité et sur le profit, mais qui considèrent la création comme un don dont nous sommes tous débiteurs ; elle nous enseigne à découvrir des formes justes de gouvernement, reconnaissant que l’autorité vient de Dieu pour être au service du bien commun.  (...)

Si nous ôtons la foi en Dieu de nos villes, s’affaiblira la confiance entre nous. Nous nous tiendrions unis seulement par peur, et la stabilité serait menacée. (...) Dieu confesse publiquement, par son agir concret, sa présence parmi nous, son désir de rendre solides les relations entre les hommes. (...) Peut-être est-ce nous qui ne confessons pas (Dieu) comme tel dans notre vie publique(...)? La foi éclaire la vie en société. Elle possède une lumière créative pour chaque mouvement nouveau de l’histoire, parce qu’elle situe tous les événements en rapport avec l’origine et le destin de toute chose dans le Père qui nous aime.

 

Partager cet article

Repost0

Le n°286 de Chrétiens dans la Cité est paru

Publié le

Au sommaire de Chrétiens dans la Cité n°286

 

"...ou même à les abroger" : l'allocution du Pape François aux parlementaires français - texte intégral et commentaires

AGENDA : les universités d'été

LES HOMMES : Olivier Ruffray - Luc-Thomas Somme - Geneviève Jacques- Jean-Michel Colo

INFOS

  • Nicolas, prisonnier politique
  • Les évêques après la loi Taubira
  • L'embryon à nouveau ciblé
  • Aider à passer les caps difficiles

BREVES

  • Les effectifs scouts en forte hausse
  • Le Prix Humanisme chrétien
  • La Fondation du Patrimoine
  • Ordinations 2013
  • Les JMJ de Rio

RECENSION : La répression pour tous ?

INITIATIVES : Le Tocher, Oasis des cités

Découvrez la lettre d'information Chrétiens dans la Cité en vous abonnant à partir de seulement 30 euros par an !

Partager cet article

Repost0

130 nouveaux prêtres en 2013

Publié le

Selon la Conférence des évêques de France 92 prêtres diocésains seront ordonnés cette année (contre 96 l'an dernier et 111 en 2011), dont 5 pour les Missions étrangères de Paris, 5 pour le Chemin Néocatéchuménal et 2 pour la Communauté de l’Emmanuel.

S'y ajoutent la quarantaine de religieux ordonnés dans le cadre de congrégations ou de membres de sociétés de prêtres, dont 7 dominicains, 6 frères de la Congrégation Saint-Jean, 5 jésuites, ainsi que 4 membres de la Communauté Saint-Martin. Il y aurait donc environ 130 ordinations sacerdotales de prêtres diocésains et religieux en France cette année.

 

Partager cet article

Repost0