Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Très saint et joyeux Noël

Publié le

Un enfant nous est né, un Fils nous a été donné...Son nom est : Prince de la Paix (Is 9,5). Noël est un mystère où les paradoxes du christianisme, comme dirait Chesterton, sont portés à l'excès. Le Tout-puissant se fait tout-petit, les anges laissent exploser leur joie, chantent la Gloire de Dieu, et pourtant bientôt les enfants innocents tombent sous le glaive de la soldatesque du cruel Hérode tandis que la Sainte Famille prend le douloureux chemin de l'exil.

Telle est aussi notre condition, nous chrétiens de l’Église militante, en exil permanent, immigrés résidents. Une Église qui ne serait pas en détresse devrait s'inquiéter de ne point l'être. A chacun sa persécution. Nos frères chrétiens d'Orient sont attaqués dans leur vie physique. Nous, chrétiens d'Occident, sommes agressés, accusés, vilipendés et moqués. Un grand vent de « cathophobie » souffle sur notre vieux pays apostat qui s'en prend à la crèche.

Il y a un siècle, les ancêtres de nos gouvernants actuels réquisitionnaient les couvents, expulsant les congrégations religieuses. A Dijon, le Carmel est sur le qui-vive. La Mère supérieure se prépare à l'exode : elle se rend en Suisse puis en Belgique pour visiter des maisons qui pourront accueillir la communauté. Le 28 avril 1903, une petite religieuse de vingt-deux ans écrit à ses tantes : « en attendant le Veni de l'Epoux il faut se dépenser, souffrir pour Lui et surtout beaucoup l'aimer. Remerciez-le d'avoir appelé votre petite Élisabeth au Carmel pour la persécution, je ne sais ce qui nous attend et cette perspective d'avoir à souffrir parce que je suis devenue sienne met bien du bonheur dans mon âme. »

Finalement le Carmel de la Bienheureuse Élisabeth de la Trinité ne fut pas expulsé. Seule la chapelle dut être fermée au public pendant trois ans. Mais ce qui importe vraiment dans cette anecdote, c'est l'attitude d'âme de notre carmélite : non la révolte, mais la joie de porter un peu la croix de son Sauveur. Telle est la source de notre paix.

Cette paix dans notre cœur n'exclut pas notre détermination – au contraire, elle la raffermit, la rend plus forte.

Très saint et joyeux Noël !

Denis Sureau

Chrétiens dans la Cité

Très saint et joyeux Noël
Partager cet article
Repost0

Chrétiens dans la Cité n°307 est paru

Publié le

Le n°307 de la lettre d'information Chrétiens dans la Cité est paru, avec au sommaire:

EDITO: Fin de vie: compromis instable

AGENDA

LES HOMMES : Jean-François Canteneur - Madeleine de Jessey - Françoise Caron - Etienne Neuville

INFORMATIONS : Soulager mais pas tuer - GPA: légalisation sournoise - La bataille des crèches - Les sept qui ont dit non - Allocations et désolidarisations

BREVES : Les 15 ans de KTO - TC: nouvelle crise - Infanticide néonatal - Ni laxisme ni juridisme

LECTURES: La blessure de la rencontre, par Luigino Bruni

INITIATIVES : L'Ordre de Malte France

Pour recevoir ce numéro, abonnez-vous avec notre offre de 30 euros pour un an.

Partager cet article
Repost0

Mgr Jean-Marc Eychenne évêque de Pamiers

Publié le

Actuellement vicaire général du diocèse d’Orléans, le P. Jean-Marc Eychenne a été nommé évêque de Pamiers. Il succède à Mgr Philippe Mousset, nommé évêque de Périgueux le 18 juin 2014. Un retour à la ville où il est né en 1956. Seconde originalité: il est directement issu de la Communauté Saint-Martin.où, après des études de philosophie à l’Université Paris I- Panthéon-Sorbonne (1975 à 1976), il a reçu toute sa formation sacerdotale à Gênes avant d'être ordonné en 1982 puis d'être maître des novices et enfin supérieur de la maison de formation. Il a ensuite rejoint le diocèse d'Orléans.

Mgr Jean-Marc Eychenne évêque de Pamiers
Partager cet article
Repost0

Mariage : ni laxisme ni juridisme

Publié le

Denis Sureau publie dans l'hebdomadaire Famille chrétienne n°1526 du 13 décembre 2014 une tribune libre intitulée : "Le mariage, entre laxisme et juridisme hors-sol".

Mariage : ni laxisme ni juridisme
Partager cet article
Repost0

Boycottons le Téléthon

Publié le

La 28e édition du Téléthon aura lieu les 5 et 6 7 décembre 2014. L'an dernier, tout en comprenant la générosité des Français qui croient bien agir, Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, avait expliqué les objections de l’Église. Elles conservent malheureusement toute leur pertinence.

Nul ne peut ignorer que les orientations et les choix de l’Association française contre les myopathies (AFM), qui est à l’origine du Téléthon et qui l’organise chaque année, ne font pas l’unanimité et soulèvent de graves problèmes d’ordre éthique.

Première difficulté : certaines recherches financées par le Téléthon concernent l’utilisation de cellules souches embryonnaires qui se traduit nécessairement par la destruction d’embryons humains. D’un point de vue strictement médical, l’utilisation de cellules souches embryonnaires est d’autant plus discutable que leur efficacité thérapeutique n’a jamais été démontrée […] Mais quoi qu’il en soit, la destruction d’embryons humains est éthiquement inacceptable. Certes, la loi française autorise aujourd’hui l’expérimentation sur les embryons humains, mais faut-il rappeler que le « légal » n’est pas nécessairement « moral » ? Pour sa part, l’Église catholique défend, comme elle l’a toujours fait, le respect de la vie humaine de la conception jusqu’à la mort naturelle, en insistant particulièrement sur le fait que l’embryon humain doit être considéré comme une personne humaine.

Seconde difficulté : le Téléthon revendique la mise en œuvre de pratiques d’inspiration eugéniste. Le diagnostic prénatal est utilisé pour repérer les fœtus atteints de myopathie qu’une « interruption médicale de grossesse » permet ensuite d’éliminer. Dans le même esprit, la technique du « diagnostic pré-implantatoire » consiste à sélectionner puis à supprimer tous les embryons conçus in vitro porteurs de la myopathie : « les bébéthons qui sont présentés comme un grand succès thérapeutique ne sont pas le fruit d’une guérison due à la recherche sur le génome, comme on aurait pu l’espérer, mais le fruit d’une sélection embryonnaire. On pratique une fécondation in vitro de plusieurs embryons et on sélectionne l’embryon sain en éliminant les autres. Ce n’est donc pas un bébé guéri mais un bébé survivant » (Mgr Michel Aupetit).

Troisième et dernière difficulté : les responsables du Téléthon refusent obstinément la mise en place d’un système de fléchage des dons qui permettrait à de nombreux donateurs d’affecter leurs dons aux recherches de leur choix, en évitant de contribuer au financement de programmes impliquant l’utilisation et la destruction d’embryons. Ce fléchage des dons et la transparence financière qui en découlerait sont pourtant réclamés depuis plusieurs années par un certain nombre de personnalités et d’associations ainsi que par plusieurs diocèses.

Partager cet article
Repost0

Financer les projets chrétiens

Publié le

La finance participative (crowdfunding, « financement par la foule ») est un nouveau mode de financement de projets qui ne sont pas soutenus par les circuits financiers traditionnels, et s’appuie sur internet et les réseaux sociaux. Les projets sont de toute sorte : une campagne électorale (celle d’Obama), un disque, une pièce de théâtre, un nouveau produit… Encadrée par décret depuis le 1er octobre, la finance participative est en plein développement : 66 millions d’euros ont été levés au premier semestre 2014 en France, et un million de Français ont prêté ou donné des fonds. Pourquoi ne pas l’utiliser pour des projets chrétiens ? C’est l’idée d’Éric Didio, un jeune banquier qui vient de fonder CredoFunding. Cette plateforme de finance participative a pour objectif de soutenir financièrement des projets chrétiens : par exemple une école, une abbaye, un séjour humanitaire, un disque de pop-louange ou un film… CredoFunding intervient pour des campagnes de collecte de dons mais également de prêts sans intérêts ou de prêts avec intérêts, contournant ainsi les banques. Une initiative à suivre…

Partager cet article
Repost0

Allocations : la fin de la solidarité

Publié le

L’Assemblée nationale a adopté le 1er décembre le projet de budget de la Sécurité Sociale 2015, ratifiant la modulation des allocations familiales en fonction des revenus. Dans un communiqué, les Associations familiales catholiques dénoncent cette "nouvelle rupture" : "Cette loi est le coup d'envoi à la dynamique de désolidarisation par l'annonce de la fin du principe de solidarité, fondement même de la politique familiale et de tout le système de sécurité sociale. En effet, aujourd’hui, les prélèvements salariaux permettent de mettre de côté l’argent nécessaire pour assurer le financement des divers systèmes de solidarité intergénérationnelle dont tous les Français sont bénéficiaires. Demain, ceux qui, du fait de la modulation introduite, ne bénéficieront plus de cette solidarité, vont à la fois favoriser des systèmes à leur seul bénéfice et les orientations politiques destinées à peser sur les prestations dont ils ne bénéficient plus : en particulier la priorité sera donnée aux mutuelles privatives et aux systèmes de retraite par capitalisation. Est-ce vraiment ce que les Français veulent ? Par ailleurs le jeu des modulations ne fait que commencer: qui empêchera l’Etat de revoir les seuils fixés au gré des besoins d'économie? Qui empêchera l’Etat d'étendre la modulation aux remboursements de soins médicaux, aux retraites, au chômage ? Est-ce vraiment ce que les Français veulent ? Devant de telles ruptures élaborées par un Gouvernement qui court-circuite la consultation des corps constitués que sont les associations familiales et les syndicats, le mécontentement des familles va croissant."

Partager cet article
Repost0

Avortement : le sinistre vote des députés

Publié le

A l'occasion du quarantième de la loi Veil,, une résolution affirmant "le droit fondamental à l'avortement en France et en Europe" a été votée par les députés. Seulement sept d'entre eux ont eu le courage de voter contre : Jacques Bompard (qui a prononcé un beau discours pour justifier son opposition), Jean-Frédéric Poisson, Jean-Christophe Fromantin, Nicolas Duicq, Xavier Breton, Yannick Moreau et Olivier Marleix. 143 députés ont voté pour : tous les députés de gauche présents et 32 députés Ump et Udi dont Jean-François Copé et François Fillon. Gilbert Collard s'est abstenu. Les autres députés ont préféré ne pas se déplacer (dont la frontiste Marion Maréchal-Le Pen). Les électeurs devront se souvenir de ce sinistre scrutin.

Partager cet article
Repost0

Chrétiens dans la Cité n°306 est paru

Publié le

Rappelons que ce blog n'est que la vitrine de la lettre d'information Chrétiens dans la Cité, envoyée sur abonnement sous forme papier et/ou numérique.

Sommaire du n°306 :

ANALYSE : Le Pape face à une Europe vieillie

AGENDA

LES HOMMES : Mgr Jean-Philippe Nault - Mgr Jean-Pierre Batut - Emile Poulat

INFORMATIONS : La neuvaine pour la France - Premières assises d'Ecologie Humaine - La finance participative au service des projets chrétiens - La pauvreté s'étend

BREVES : Liberté religieuse en péril - Le séminaire du Diocèse aux armées - Communication épiscopale

LECTURES : Ceux du 11e étage, d'Amaury Guillem

INITIATIVES : les Jésuites de la Province de France

Partager cet article
Repost0