La liberté de culte doit être « vraiment » rétablie

Publié le

Un message de l'association "Pour la messe" :

L'association « Pour la messe » demande des règles adaptées à la réalité des églises (nombre de m2 par personne) et à la situation épidémique de chaque territoire. Un suivi du protocole est par ailleurs indispensable pour s'adapter à l'évolution de l'épidémie. Il permettra d'alléger ou de renforcer le protocole sanitaire en fonction de la situation.

 A l'approche de l'allocution du Président de la République, des rumeurs font état d'une jauge de 4 ou 8 m2 par personnes à laquelle s'ajouterait une limite maximale de 30 à 50 personnes pour les lieux de cultes. Ces éléments seraient déraisonnables, non proportionnés à la réalité du terrain et ne permettraient pas la liberté de culte pour tous. Il est évident qu'une chapelle, une église de village et une cathédrale n'ont pas la même taille : le nombre de fidèles possible ne peut donc qu'être proportionné à la superficie des édifices.

 Par ailleurs, depuis des mois, le gouvernement n'a cessé de répéter l'importance d'avoir des mesures territorialisées. En Haute-Savoie, le taux d'incidence sur les 7 derniers jours est de 426. Ce même taux est de 46 en Charente Maritime, soit un rapport de 1 à 10. Cette diversité des situations épidémiques doit être prise en compte dans la définition et le suivi des protocoles sanitaires pour concilier au mieux la liberté de culte et l'objectif sanitaire.

 Mobilisée depuis plusieurs semaines pour le rétablissement de la célébration publique de la messe, l'association « Pour la messe » appelle les plus de 100.000 signataires de sa pétition pour la liberté de culte à porter dans la prière les décideurs publics et les évêques, ainsi que les malades et les personnels soignants. Vigilants sur les conditions du protocole sanitaire et remplis de confiance et d'espérance, ils attendent confirmation que la liberté de culte est « vraiment » rétablie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article