Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Redécouvrir saint Jean Paul II

Publié le

Lors de ses vingt-six ans sur le siège de saint Pierre, saint Jean Paul II a produit une œuvre abondante sur tous les sujets concernant l’Église, l’homme, le monde…

Le vaticaniste Bernard Lecomte, auteur notamment d’une biographie de référence sur le pape polonais, a eu l’idée de recueillir les textes les plus marquants, sous forme de brefs extraits, que l’on (re) découvre avec un grand intérêt : Le monde selon Jean-Paul II (Tallandier, 346 p., 20,50 €).

Partager cet article
Repost0

Un vrai catholique est missionnaire et militant

Publié le

Le plus jeune évêque français (49 ans), Mgr David Macaire, archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France en Martinique, faisait partie des quatre évêques français présents au Synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel organisé à Rome du 3 au 28 octobre. Il a déclaré à l’agence I Media : « L’Église en France a de vraies richesses, car sa jeunesse a compris qu’elle était missionnaire… On observe chez les jeunes catholiques en France une militance, notamment dans les groupes de jeunes, dans les communautés nouvelles ou à travers le scoutisme. Un évêque a rappelé que, pour le pape Pie XII, si l’on n’est pas missionnaire ou militant, on est un apostat… Or les jeunes catholiques français sentent qu’ils ont une responsabilité par rapport au Christ et à son Église. Globalement, on n’a pas à les en convaincre. Ainsi, lorsque le pape s’en prend au cléricalisme, il ne dénonce pas tant un certain autoritarisme des clercs que la vision de certains laïcs de tout faire reposer sur les clercs. Les jeunes catholiques montrent au contraire qu’ils ont compris leur mission. Ils ne pensent pas que l’on doit agir uniquement lorsque l’on est religieux ou prêtre. »

Partager cet article
Repost0

Au sommaire du numéro 365

Publié le

Le 365e numéro de Chrétiens dans la Cité est paru.

Abonnez-vous !

ANALYSE : Blasphèmes à géométrie variable

AGENDA

LES HOMMES : Saint Jean Paul II - Stéphane Bern - Yves Chiron

INFOS : PMA sans père : opposition de l'Eglise - Alliance Vita mobilisée contre la PMA - Lectures de choix : un guide pour la littérature jeunesse - Mgr Macaire, les jeunes et l'Eglise - Quand La Croix adopte le langage LGBT - Des crèches de Noël à Perpignan - Vidéos chrétiennes - 1 Terrien sur 5 est catholique - Magnificat in the USA - Appel contre l'euthanasie

LECTURE : La société de bien commun

INITIATIVES : Académie catholique de France

Partager cet article
Repost0

Pour une autre économie : un dossier Limite

Publié le

La revue trimestrielle Limite, animée par jeunes catholiques se réclamant de l'écologie intégrale, annonce dans sa dernière livraison avoir « 2034 abonnés et un peu plus de 4000 lecteurs réguliers ».  C'est un bon début.

Sa dernière livraison comporte notamment un fort intéressant dossier critique sur « l'impasse du productivisme et l'espérance d'une économie réconciliée avec elle-même ».

Partager cet article
Repost0

157 nouvelles écoles indépendantes

Publié le

Le développement des écoles indépendantes s’accélère : 31 ouvertures en 2011, 93 en 2016, 157 cette année. Elles sont aujourd’hui 1462, de la maternelle à la terminale, très diversifiées, et expérimentant des méthodes inconnues de l’enseignement public ou sous contrat. La plupart des nouveaux établissements sont aconfessionnels (seulement 12 sont catholiques, 3 protestants, 3 juifs et 1 musulman) et pratiquent des pédagogies actives ou nouvelles : écoles démocratiques, éco-citoyennes, Montessori… S’y ajoutent des écoles bilingues, internationales ou régionalistes, ou pour publics spécifiques, ou encore dans des quartiers difficiles (5 nouveaux établissements d’Espérance Banlieues).

Partager cet article
Repost0

Au sommaire du n°364

Publié le

Le n°364 de la lettre d'information Chrétiens dans la Cité vient d'être envoyé aux abonnés.

Pour vous abonner (version papier ou PDF, au choix).

Au sommaire de ce numéro :

Chrétiuens dans la Cité # 364 page 3
Page 3 du n°364

ANALYSE :  Le pape et les tueurs à gages - texte du discours dénonçant les atteintes à la vie

AGENDA

BREVES : Laurent Landete - Guy-Emmanuel Cariot - Catholiques en mission - Semaines sociales 2018 - Prix de l'AES - Limite pour une autre économie - Stagnation des effectifs de l'enseignement catholique - Maisons de retraite chrétiennes

INFOS : Trois nouveaux Accueils Louis et Zélie - Bolloré reprend France catholique - Les glissements politiques des catholiques - Les 20 ans du Cèdre - 157 nouvelles écoles hors contrat 

LECTURE : Dorothy Day, La longue solitude

INITIATIVES : la Fondation des Monastères

Partager cet article
Repost0

Refuser la misère, une option ? Non, une impérative urgence 

Publié le

A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la misère, voici les réflexions du Père Bernard Devert, président-fondateur d'Habitat & Humanisme.

Le 17 octobre, depuis 1987, est la journée mondiale du refus de la misère, à l’invitation du Père Joseph Wrezinski, Fondateur d’ATD-Quart Monde, qui mourra un an plus tard.

L’intuition novatrice de cet homme de foi, né pauvre, demeuré jusqu’au terme de sa vie parmi les siens, fut de considérer que le devoir de la Nation n’était pas seulement de contribuer à ce que les personnes vulnérables le soient moins, mais à ce qu’elles aient leur place pour apporter à la Société cette part d’humanité qui lui manque. 

La misère n’est pas une fatalité ; elle est la somme d’iniquités accumulées et de jugements à charge de ceux que la vie blesse et détruit. Une écoute et un autre regard s’imposent pour ne point pactiser avec l’inqualifiable. 

Mesurons ce que veut dire il n’y a pas de place. Tel est le leitmotiv qu’entendent les plus violentés par la misère. Téléphonant au 115, ils attendent longtemps, trop longtemps, que leur interlocuteur décroche, non pas qu’il soit dans l’indifférence - bien au contraire - mais les appels sont si nombreux, et les places si limitées que ceux qui les reçoivent sont submergés. 

L’impossibilité d’être accueilli, alors que la nuit est parfois bien avancée, suscite alors des heures inquiètes et dangereuses. 

Le petit-matin est annonciateur de la répétition infernale d’un enfermement dont les sans-domicile s’évadent souvent par des addictions. Que de regards courroucés et méprisants leur rappellent qu’ils sont d’un autre monde ; ils le savent, il n’y a pas de place pour eux. 

Comment ne pas entrevoir les conséquences pour l’hygiène mental et corporel. Folie meurtrière à laquelle s’ajoutent les abus et sévices de toute sorte que subissent des êtres sans forces, oubliés sur les trottoirs. Une déshumanisation absolue qui se vit dans une grande insensibilité ! Ils n’ont pas de place, ou si peu. 

Pas davantage de place pour ces familles - souvent des femmes seules avec enfants – qui, après le drame des séparations, se voient contraintes de rechercher un logement adapté à leurs ressources pour que le ‘reste à vivre’, après le paiement des loyers et des charges, permette de vivre. 

Que de rejets au motif de la rupture avérée entre les revenus et le prix de la location. Il s’en suit l’errance, la perte des repères, le début d’un enfer parce qu’à un moment difficile de leur histoire, sombrent des personnes fragilisées, rassasiées de ce cri provocateur entendu pour la énième fois : il n’y a pas de place. A trop le savoir, on perd même le pouvoir de réagir. 

Victor Hugo, dans une lettre publique aux élus, proclamait : « Ayez pitié du peuple à qui le bagne prend ses fils et le lupanar ses filles. Que prouvent ces deux ulcères ? Que le corps social a un vice dans le sang. Nous voilà réunis en consultation au chevet du malade ». 

Ce soin exige un diagnostic du corps social dont nous sommes tous membres. Que faire pour trouver l’énergie nécessaire à une intervention qui sauve ? Il s’agit de réanimer les forces vives d’une société qui, voyant la lèpre qu’est la misère, se déciderait enfin à prendre les moyens de la guérir et non de se séparer des lépreux en les mettant à distance.

Le premier prendre-soin est de trouver des abris décents.

Il y a des logements vides, des bâtiments inoccupés comme des immeubles de bureaux désertés pour ne plus répondre à leur destination. L’heure est celle d’un recensement pour mobiliser les possibilités d’agir. 

Là, où vous êtes, n’hésitez pas à faire connaître ces ouvertures. Elles seront autant de fenêtres s’ouvrant sur une espérance née, il y a 31 ans, de l’appel d’un prophète qui, dans le regard de l’homme abandonné, découvrait des raisons de croire et d’offrir à la société plus d’humanité. 

Bernard Devert
17 octobre 2018

Partager cet article
Repost0

La longue solitude de Dorothy Day

Publié le

Figure fascinante du catholicisme américain, Dorothy Day (1897-1980) avait raconté le récit de la première partie de sa vie dans ce livre dont la version française, parue une première fois en 1955, est rééditée aujourd'hui dans une traduction revue et corrigée.

Dorothy Day, La longue solitude, Cerf, 428 p. 25 €
Dorothy Day, La longue solitude, Cerf, 428 p. 25 €

Née à New York, cette passionnée eut toujours à cœur de combattre l'injustice sociale, d'abord dans l'anarchisme, le marxisme et le féminisme (elle fut emprisonnée lors d'une manifestation de suffragettes) puis, après sa conversion, dans un catholicisme radical. Sa vie de bohème fut traversée de drames (avortement inclus), mais aussi animée par une quête spirituelle exigeante. Après la naissance de sa fille, elle décide de la faire baptiser puis d'entrer en 1927 dans l’Église catholique, quitte à rompre avec son compagnon. En 1933, c'est un Français, Pierre (« Peter ») Maurin, qui l'initie à la doctrine sociale de l’Église. Elle fonde avec lui un journal,The Catholic Worker, puis un mouvement, fonde des Maisons d'hospitalité et des fermes chrétiennes communautaires.
Sa cause en béatification a été introduite en 2000. Une biographie va paraître prochainement qui permettra de connaître la seconde partie de sa vie, marquée notamment par un pacifisme largement incompris. Cette figure inspire les jeunes catholiques français qui ont créé le café associatif Le Dorothy à Paris, et dont  le président, Foucauld Giuliani, a donné une préface à cette belle autobiographie.

 

Partager cet article
Repost0

Bolloré reprend France catholique

Publié le

Passage de relais à France catholique : son directeur Frédéric Aimard, 65 ans, laisse la place au journaliste Aymeric Pourbaix, 45 ans, qui, après Radio Notre-Dame, avait donné un nouveau souffle éditorial au magazine Famille chrétienne, avant de prendre la direction de l'agence I.Media à Rome. Ce passage est lié à la vente de l'hebdomadaire à Vincent Bolloré.

France catholique est l’un des plus anciens titres de la presse catholique française. Créé en 1924 en tant qu'organe de la puissante Fédération nationale catholique du Général de Castelnau, des auteurs talentueux y ont collaboré : Jean Le Cour Grandmaison, Jean de Fabrègues, les pères Louis Bouyer et Bernard Bro, Pierre Emmanuel, Robert Masson. Son principal éditorialiste est actuellement Gérard Leclerc. En situation financière difficile – comme la plupart des journaux –, France catholique cherchait un repreneur. Deux offres ont été déposées : celle de la maison d’édition Première Partie dirigée par Pierre Chausse et éditrice du trimestriel Limite ; et celle du groupe Bolloré, qui a été retenue, à travers sa filiale les Editions du Point du Jour. Le chiffre d'affaires de France catholique (environ 500 000 euros) est modeste à côté du groupe du milliardaire breton (18 milliards), mais ce dernier soutient déjà discrètement plusieurs oeuvres catholiques, dont le Foyer Jean Bosco - Mater Amoris, vaste maison dans le 16e arrondissement de Paris qui dispose de plus de 160 lits destinés à l’accueil de jeunes étudiants provinciaux et étrangers mais aussi de chambres d’accueil pour jeunes malades et personnes âgées.

Partager cet article
Repost0