Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Scouts d'Europe en crise

Publié le par Denis Sureau

Le refus de l’Association (française) des Guides et Scouts d’Europe d’appliquer le motu proprio Summorum Pontificum a déclenché une crise qui dépasse le mouvement.
Tout commence à Toulon lorsque l’abbé Fabrice Loiseau, curé de Saint-François-de-Paule, paroisse personnelle pratiquant la messe du Bhx Jean XXIII, demande aux Scouts d’Europe la création d’une meute. Après un accord donné par le commissaire de district suivi d’un refus du commissaire général Jean-Michel Permingeat, le conseil d’administration de l’AGSE (Association des Guides et Scouts d’Europe) publiait le 9 octobre une « mise à jour » imposant exclusivement la forme ordinaire du rite romain (messe de Paul VI) et précisant que les unités du mouvement devaient être accompagnées par des conseillers religieux (aumôniers) célébrant habituellement selon cette forme.
Cette décision a été aussitôt qualifiée sans valeur canonique par un groupe de conseillers religieux des Scouts d’Europe qui relevaient notamment que le conseil d’administration de l’AGSE n’avait pas la compétence pour prendre « des dispositions légales concernant le droit interne de l’Eglise ». L’AGSE affirme avoir le soutien de Mgr Benoît Rivière, président du conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes. Sa position s’inscrit sans doute dans le processus de reconnaissance par l’épiscopat français. Elle peut être aussi interprétée comme un contre-feu opposé par une partie des évêques français hostiles au motu proprio. Mais au moins deux évêques ont exprimé leur vigoureuse désapprobation et l’un d’entre eux envisagerait même de porter le dossier à Rome. A l’intérieur des Scouts d’Europe, où les positions de l’état-major ne font pas l’unanimité (lors de la dernière assemblée générale, plus de 30% des votants auraient refusé le rapport moral) la crise s’accentue, comme s’aggravent les tensions entre l’AGSE et l’Union internationale des Guides et Scouts d’Europe (UIGSE), plus souple en matière de liturgie, révélées dans l’article documenté publié par Philippe Maxence dans L’Homme Nouveau (n°1407). Le journaliste, spécialiste du scoutisme (auteur de la biographie de référence sur Baden Powell), révèle aussi que l’AGSE se rapprocherait des Guides et Scouts de France en vue de créer, avec les Scouts unitaires de France, une fédération du scoutisme catholique.

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost0

Du Ccfd à la promotion de l'avortement

Publié le par Denis Sureau

La puissante organisation de défense des droits de l'homme, Human Rights Watch, vient d’ouvrir un bureau à Paris. Si son siège se trouve à New York, l’association a aussi des bureaux à Berlin, Bruxelles, Genève, Londres et s’active dans plus de 70 pays. Le nouveau bureau de Paris sera dirigé par Jean-Marie Fardeau, ancien secrétaire général du Ccfd (Comité catholique contre la faim et pour le développement).  Or HRW milite pour « le droit à l'avortement » et a dernièrement déclaré : « Les gouvernements devraient prendre toutes les mesures nécessaires, à la fois immédiates et progressives, pour veiller à ce que les femmes soient informées et aient libre accès à des services d'avortements légaux et sûrs afin qu'elles puissent exercer leurs droits de reproduction et autres droits humains ».

Le comité de soutien de HRW Paris présidé par Jean-Louis Servan-Schreiber comprend des personnalités telles que Robert Badinter, Claude Bébéar, Tahar Ben Jelloun, Marc de Lacharrière, David de Rothschild, Françoise Gaspard, Costa Gavras, Patrick Le Lay ou Christine Ockrent.

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost0

Défendons le dimanche

Publié le par Denis Sureau

La Cftc lance cette pétition pour défendre le repos dominical:

Les signataires, de la présente pétition, estiment que le repos dominical, audelà du temps de repos, juste et nécessaire, est un élément fondamental de la vie familiale, sportive, culturelle, associative, voire spirituelle. Il permet également de préserver les marchés traditionnels et le commerce de proximité qui seront écrasés par l'ouverture des grandes surfaces le dimanche.

C'est cet équilibre que nous voulons maintenir.
Celui de la France des bénévoles, des balades en forêts, des rires en famille, des parties de rugby entre copains, de la diversité des couleurs et des senteurs sur les marchés, du verre de blanc sur le comptoir, des premiers émois au cinéma, des chorales lyriques ou jazzy.
Face à l'hexagone des tenants d'un monde transformé en une immense galerie marchande aseptisée, où la culture est en tête de gondole, la nourriture en fast-food, la pensée code barrée, le salarié aux horaires décalés, la caissière sous-payée, la famille explosée.

C'est sur une certaine idée de la France au travail
que nous nous prononçons !

Vous pouvez signer la pétion en ligne sur : www.cftc-paris.com

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost0

Halde là !

Publié le par Denis Sureau

Il s‘appelle Basile. Karine, sa maman, l’a obtenu par insémination artificielle en Belgique, il y a trois ans. Elle est homosexuelle et vit avec Elodie. Cette dernière revendique d’être considérée comme le père du garçon : elle a demandé à sa caisse d’assurance maladie de bénéficier du droit au congé de paternité. Requête refusée. Puis le tribunal des affaires de sécurité sociale de Nantes a rejeté son recours en précisant que le terme de paternité concernait « le père en tant que personne sexuée masculin avec un lien de filiation avec l'enfant ». L’affaire sera jugée en appel à Rennes le 5 décembre. Mais entre temps, le président de la Halde est venu à leur secours en demandant au Premier ministre de « substituer à la notion de congé paternité fondée sur le lien de filiation un congé d'accueil du jeune enfant », congé ouvert au partenaire de tout sexe.

Créée en 2005 par Jacques Chirac, la Halde est la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité. Elle est dirigée par Louis Schweitzer, ex pdg de Renault et ancien directeur du cabinet de Fabius, et composée de membres tels que - parmi les recrues les plus récentes - Sihem Abchi, nouvelle présidente de l'association « Ni putes ni soumises » (la précédente étant au Gouvernement) et de Marie-France Picart, ancienne Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France. M. Schweitzer a une haute idée de sa mission. Ainsi, en mars dernier, un journaliste de Valeurs actuelles (n° 3666) lui avait posé cette question : « si je postule pour être journaliste pour Famille chrétienne, on n’a pas le droit de me demander d’être catholique ? » Réponse : « En France, non. » C’est clair…et inquiétant.

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost0

Fonte du mouvement familial

Publié le par Denis Sureau

Selon les derniers chiffres, l’Union Nationale des Associations Familiales (Unaf) a perdu 9000 adhérents en 2006. Depuis 1994, 166 000 familles ont quitté ses associations membres.

Les Associations Familiales Catholiques ne comptent plus que 28 000 familles adhérentes (soit10 000 de moins qu’il y a dix ans), la Confédération Syndicale des Familles 30 000, et Familles de France 69 000 (contre 108 000 en 2000). Les Associations Familiales Rurales s’en tirent mieux avec leurs 154 000 familles attirées par les services nombreux qu’elles gèrent à la campagne.

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost0

Prière des mères

Publié le par Denis Sureau

Novembre 1995 : une grand-mère anglaise, Veronica Williams, touchée par les problèmes auxquels sont confrontés les enfants, appelle des mères de famille à se réunir pour prier ensemble. C'est ainsi qu'est née la Prière des Mères, aujourd’hui répandue dans plus de 85 pays à travers le monde. Son principe est très simple : deux mères suffisent pour constituer un groupe de prière. Les réunions sont hebdomadaires et discrètes. Les participants peuvent partager leurs peines ou angoisses, avant de les porter dans la prière, en communion avec les autres mères à travers le monde. Un livret traduit en 25 langues sert de support et de lien. La coordonnatrice pour la France (480 groupes recensés) est Caroline de Boisbaudry, une mère de cinq enfants qui a connu le mouvement en Grande-Bretagne lorsqu’elle y résidait.

69 boulevard Lannes, 75116 Paris.   

Tél. : 01 45 04 03 82   

www.prieredesmeres.com

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost0

Dégraisser le mammouth catho?

Publié le par Denis Sureau

L'archevêque d’Avignon n’a décidément pas fini d’agacer ses confrères. « Il faut absolument dégraisser le mammouth de l'enseignement catholique », déclare Mgr Jean-Pierre Cattenoz dans le Monde de l'Education (sept.-oct.). « Victime de son succès, l'enseignement catholique a perdu son caractère propre », ajoute-t-il dans un entretien publié dans Pèlerin (6/9). « Les chefs d'établissement (...) contrôlent de plus en plus difficilement l'embauche des professeurs. Ceux que les académies nous envoient ne sont pas toujours correctement formés aux missions d'enseignement. En outre, nombre de directeurs reconnaissent eux-mêmes n'être pas croyants ou pratiquants », constate-t-il. Résultat : « par esprit de consensus, les projets éducatifs des établissements se limitent en général au plus petit dénominateur commun: la transmission de valeurs comme le partage ou la tolérance ».

Le constat une nouvelle fois dressé, Mgr Cattenoz ne cesse d’affirmer que « le Christ doit être au centre de l'enseignement catholique ». Il propose « de renégocier avec l'Etat une forme de contrat plus souple, afin de laisser aux chefs de ces établissements plus de latitude dans le recrutement du personnel enseignant ». Il suggère aussi que « les diocèses puissent accueillir des établissements où la proposition de foi soit plus poussée ». Peut-être pense-t-il aux écoles entièrement libres qui se ne cessent de se multiplier : une trentaine de nouveaux établissements ont été ouverts à la rentrée, en même temps que l’Institut libre de formation des maîtres, destiné à former des instituteurs pour les 450 écoles hors contrat. L’ampleur du phénomène conduit aujourd’hui certains directeurs diocésains à adopter une attitude plus ouverte vis-à-vis de ces objets scolaires non identifiés.

La vigueur des analyses de Mgr Cattenoz tranche sur le discours habituel des responsables nationaux de l’Enseignement catholique et de la Conférence des évêques de France (qui, selon Mgr Cattenoz, fait « fausse route »). Eric de Labarre, le nouveau secrétaire général de l’Enseignement catholique, explique notamment que « les enseignants sont tenus de partager les objectifs du projet d’établissement, pas des convictions religieuses » ou que « la catéchèse suppose une liberté de choix et ne peut donc être imposée » (La Croix, 29/8). Et encore : « Il serait suicidaire que l’Enseignement catholique cherche à imposer en son sein ce à quoi il croit, car ce faisant, il contredirait un de ses fondements essentiels. » (Famille chrétienne, 8/9)

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost0

Investissez chrétien

Publié le par Denis Sureau

Le deuxième groupe bancaire suisse, le Crédit suisse, a lancé deux fonds d'investissement basé sur les principes religieux, l’un chrétien (Christian Values) et l’autre (Al-Buraq) islamique, conforme à la charia. Premier du genre en Suisse, le fond chrétien investit dans des titres à partir de critères d’exclusion – violation du droit à la vie et des autres droits de l’homme, armes, pornographie, alcool, non-respect de la protection de l’environnement… - et de critères de sélection : préservation de la dignité humaine, respect culturel et religieux, promotion de la famille, responsabilité écologique et sociale, solidarité, conduite morale etc. Philippe Röh, gestionnaire du portefeuille, déclare : « Nous proposons un concept de placement innovant, basé sur des principes d’éthique chrétienne, dont la conformité éthique est contrôlée régulièrement par des instances indépendantes. »

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost0

Intellectuels: la tentation catholique

Publié le par Denis Sureau

DANS LE PREMIER TIERS DU XXe SIECLE, de nombreux intellectuels français s’étaient convertis au catholicisme (voir le livre de Frédéric Gugelot, « La conversion des intellectuels au catholicisme en France, 1885-1935 », Cnrs éditions, 1998). Un tel phénomène est-il susceptible de se reproduire aujourd’hui ? Dans un article publié dans « Valeurs actuelles » (n°3686, 20/7), Laurent Dandrieu remarque : « sans se concerter, sans même se connaître pour la plupart, chacun de leur côté, plusieurs intellectuels, ces dernières années, ont effectué un chemin ou un retour, intime ou tonitruant, véritable conversion ou simple réveil, vers la foi catholique. Plus significatif encore, au lieu de garder cela pour eux, ils ont décidé d’ignorer ce que cette évolution aurait pu leur valoir de railleries, de haussements d’épaules, d’accusations de passéisme et de ringardise, et de revendiquer publiquement leur identité de catholiques. »

QUI SONT-ILS, CES « INTELLOS TENTES PAR LA FOI » ? A l’image de René Girard, considéré dans le monde entier comme le plus grand penseur français vivant, ils se souvent converti à l’issue d’un itinéraire intellectuel les détachant progressivement de la « modernité». Max Gallo, socialiste souverainiste, allie sur un mode assez « péguyste » conversion personnelle et réaffirmation des racines chrétiennes de la France. Très médiatique, l’essayiste Jean-Claude Guillebaud a écrit « Comment je suis redevenu chrétien » (Albin Michel), un livre qui remporte un grand succès. Homme de gauche, éditeur au Seuil, grand reporter, il repousse aujourd’hui un certain nombre d’idoles actuelles sans pour autant professer encore une foi véritable. Ancien maoïste, disciple de Lacan et de Bataille, le philosophe Bernard Sichère publie un livre au titre explicite : « Catholique » (DDB).

CITONS ENCORE LE CORREZIEN DENIS TILLINAC qui, dans « Le Dieu de nos pères » (Bayard), prend vigoureusement la défense du catholicisme. Ou encore le romancier et essayiste François Taillandier. Maurice G. Dantec, punk converti, Léon Bloy post-moderne, dénonciateur déjanté du nihilisme de la vieille Europe, voit en Benoît XVI le « signe divin » du retour d’une « Eglise plus pugnace, beaucoup plus ancrée sur ses traditions scolastiques, patristiques, théologiques ». Disparu en 2006, Philippe Murray, se réclamait du « Dieu du catéchisme de (son) enfance » et vitupérait les errements contemporains. Laurent Dandrieu remarque : « Ce n’est pas une lame de fond, ni même une déferlante, tout de même un courant qui, aussi informel soit-il, intrigue. »

Publié dans chretiensdanslacite

Partager cet article

Repost0