Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Eglise italienne face à la crise

Publié le

Face à la crise économique, parler ne suffit pas. L'Église italienne agit en multipliant les initiatives financières pour secourir non seulement les chômeurs et les familles mais aussi les petites entreprises. Certains diocèses de portent garants pour les emprunteurs en difficulté. De nombreux diocèses et Caritas (l'équivalent du Secours catholique français) ont créé des fonds en partenariat avec des banques et alimentés par les dons des fidèles afin d'attribuer des microcrédits voire des prêts à taux zéro. La conférence épiscopale s'apprête à lancer un fonds national de garantie de plusieurs dizaines de millions d'euros. Il aidera les familles à ne pas sombrer dans la pauvreté.

Partager cet article

Repost0

Conférence sur la théologie postlibérale

Publié le

31 mars

LA THEOLOGIE POSTLIBERALE FACE A LA SECULARISATION

Conférence de Denis Sureau, directeur de Chrétiens dans la Cité, auteur de Pour une nouvelle théologie politique (Parole et Silence, 172 p., 17 €).

Centre culturel Saint-Paul,

12 rue Saint-Joseph, Paris 2e. 20h15.



Partager cet article

Repost0

Quand la théologie relève la tête

Publié le

Le P. Marcel Neusch, dans le quotidien La Croix du 5 mars 2009 publie une recension du livre de Denis Sureau, Pour une nouvelle théologie politique :

Quand la théologie relève la tête



Depuis sa naissance en 1990, le courant théologique occidental d'une "Radical Orthodoxy", dont John Milbank est la figure centrale, gagne du terrain

En 1990, un jeune théologien britannique de 38 ans, John Milbank, ancien élève de Rowan Williams (devenu depuis archevêque de Cantorbéry), faisait paraître un livre qui mit les esprits en ébullition dans le monde universitaire anglo-saxon. Le livre s'intitulait Théologie et théorie sociale. Par-delà toute raison séculière. L'ennemi était clairement désigné : le séculier (secular), auquel la théologie aurait eu tort de vouloir s'ajuster. L'ambition du projet était elle aussi nettement affichée : reconstruire une vie sociale d'amitié et de paix à partir des ressources de la tradition chrétienne, sans compromission avec ce monde séculier.

Ce courant allait recevoir son nom de baptême en 1997, dans un manifeste rédigé par de jeunes universitaires où se retrouvent anglicans, protestants et catholiques. Il s'appellera désormais «Radical Orthodoxy». La première thèse de ce manifeste donne le ton : «Radical Orthodoxy rejette comme sophistique toute célébration théologique de la sécularisation.» La deuxième thèse, également provocante, entend tourner le dos à la majeure partie de la théologie du XXe siècle, déclarée coupable d'avoir «simplement embrassé les tendances séculières». Et ainsi de suite.

Comment relever le défi de la sécularisation ? Une rupture s'impose. Le programme de la Radical Orthodoxy, écrit Denis Sureau, est à l'opposé des théologies qui pensaient pouvoir «s'appuyer sur la modernité et ses avatars pour repenser la foi et la rendre aimable voire accommodante vis-à-vis du consensus libéral». Il s'agit au contraire de soumettre ce monde malade à une critique «radicale» d'ordre théologique, et de penser l'ordre naturel, l'homme et la société, à partir de l'ordre surnaturel - autrement dit, à partir de la révélation - avec les ressources propres de la foi.

Comme on le voit, la Radical Orthodoxy ne se tient nullement à l'écart du monde moderne. Elle cherche au contraire à envahir tous les domaines afin de les juger à l'aune de la théologie. Elle puise à de multiples sources : la Bible et la Tradition en priorité, mais aussi Platon, Aristote, surtout saint Thomas et saint Augustin. Certains se réclament même d'un «thomisme augustinien post-moderne». Henri de Lubac et Hans Urs von Balthasar ont leur faveur. Il s'agit de retrouver une unité articulée entre foi et raison. Seule la foi leur paraît capable de sauver la raison.

Relativement ignorée en France, la Radical Orthodoxy semble vouloir y rattraper son retard. Si son noyau dur est nettement visible, les contours sont plus difficiles à cerner. L'essai de Denis Sureau, le premier à offrir un panorama d'ensemble de ce courant, en présente les principaux thèmes et les figures les plus représentatives. On n'a sans doute pas fini d'en parler. C'est une théologie sans complexes. Face à un monde moderne malade de la sécularisation, elle entend relever fièrement la tête. On peut juger la riposte audacieuse, mais aussi un peu courte.
MARCEL NEUSCH


 

Partager cet article

Repost0

Retour à la maison

Publié le

La levée des excommunications des évêques de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X constitue un geste fort de Benoît XVI dans la perspective d'une pleine communion qui demeure à réaliser.


Au milieu de la semaine pour l'unité des chrétiens, le pape Benoît XVI ordonnait la publication d'un décret levant l'excommunication des quatre évêques sacrés par Mgr Lefebvre en 1988. Levée et non retrait : cela signifie que l'excommunication était légitime en raison de son motif (le sacre d'évêques contre la décision de Rome) mais devenait inopportune en raison du « malaise spirituel manifesté par les intéressés » dans une lettre où ils manifestaient leur « volonté de rester catholiques », « au service de l'Eglise », en acceptant « son enseignement filialement » et en croyant « fermement à la volonté de Pierre et à ses prérogatives ». Selon les termes du décret de la Congrégation pour les évêques, cet acte de réconciliation est comme un préliminaire aux « colloques nécessaires » à l'approfondissement des « questions encore ouvertes » afin de « pouvoir ainsi parvenir rapidement à une pleine et satisfaisante solution » et « rendre stables les rapports de la Fraternité Saint-Pie X avec le Siège Apostolique ».


Dans une lettre aux fidèles de la FSSPX, son supérieur Mgr Bernard Fellay citait un autre passage de la lettre adressée à Rome dans laquelle les évêques écrivaient : « nous acceptons et faisons nôtres tous les conciles jusqu'à Vatican II au sujet duquel nous émettons des réserves ». Cette phrase a été citée abusivement par certains journalistes comme un refus de la totalité du concile. Pourtant, la quasi-totalité des cardinaux, évêques et théologiens actuels émettent des réserves vis-à-vis de Vatican II qui, en raison de son mode d'expression inédit et de son caractère « pastoral », ne pouvait que soulever des problèmes d'interprétation (herméneutique, dit Benoît XVI). Le théologien Ratzinger lui-même a émis des réserves vis-à-vis de la constitution conciliaire Gaudium et spes : « maintes insuffisances », « optimisme étonnant », concept de monde resté « à un stade pré-théologique ». Cependant il serait dangereux que l'issue des entretiens doctrinaux des disciples de Mgr Lefebvre avec Rome soit une condition nécessaire à l'entrée dans un processus authentique de réconciliation, lequel incluera des aspects canoniques délicats. L'excommunication du patriarche de Constantinople (1054) a été levée en 1965 mais la pleine communion entre catholiques et orthodoxes n'est hélas toujours pas réalisée. Le pape souhaite que la dissidence d'Ecône s'achève avant une institutionnalisation irréversible. Comment ne pas adhérer à un tel projet ?

Partager cet article

Repost0

Terre Sainte : l'Eglise pour la paix

Publié le

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France vient de publier une déclaration intitulée Gaza : une folie meurtrière qui ne doit pas être récupérée :
"Les événements qui se déroulent depuis plusieurs semaines à Gaza sont effroyables! Ni le terrorisme, ni la riposte militaire disproportionnée ne sont des issues acceptables. L'escalade guerrière et la violation du droit humanitaire sont des folies condamnables.
Toute récupération visant une importation du conflit sur notre territoire national doit être dénoncée. Propager la violence en France ne ferait pas progresser la paix à Gaza.
Comme tous les hommes épris de justice et de paix, les catholiques de France sont meurtris et mobilisés. De nombreuses initiatives de prières et d'actions sont engagées dans les diocèses.
Avec leurs frères de confessions chrétienne, juive et musulmane, les évêques de France mettent tout en oeuvre pour favoriser le dialogue et le respect mutuel. Ils s'unissent aux appels du pape et de la communauté internationale en faveur d'un cessez-le-feu.
Ils sont solidaires de la demande insistante de Mgr Twal, patriarche latin de Jérusalem, souhaitant que l'Europe soit « un pont au service de la paix ».

Partager cet article

Repost0

La nouvelle vague théologique

Publié le

Voici l'article paru dans l'hebdomadaire Famille chrétienne (n°1617 du 10 au 16 janvier 2009) :

La nouvelle vague théologique

Denis Sureau brosse, dans un livre novateur, le panorama d'une nouvelle théologie politique.

Cette nouvelle théologie, essentiellement anglo-saxonne, commence à déferler sur notre univers franco-français enfermé dans de vieux dilemmes et des résidus de luttes stériles. Elle est politique: non qu'elle prône une théocratie hors d'âge, ni qu'elle cherche à confondre les plans. Mais elle clame fièrement que la théologie ne saurait se désintéresser des affaires de la cité, que la respublica ne doit pas ignorer ce lien qui, au sein de la vie quotidienne, relie l'homme à Dieu. 
Il n'est donc pas étonnant que cette théologie soit foncièrement héritière de celle du cardinal de Lubac, dans son souci de ne pas séparer l'ordre de la nature et celui de la grâce. Dieu a encore droit de cité dans la cité, non pas au sens d'une absorption du politique par le théologique, mais parce qu'aucune activité humaine ne se déploie que dans la relation avec son créateur. 
Sureau montre à merveille ce que Vatican Il a apporté d'élan et de souffle à cette nouvelle théologie qui, au demeurant, manifeste un souci liturgique très traditionnel. Le-mouvement Radical Orthodoxy, au confluent de l'anglicanisme et du catholicisme, est à cet égard exemplaire: augustinienne et lubacienne en théologie, traditionnelle en liturgie, socialiste (au sens d'antilibérale mais non pas de marxiste) en politique, la pensée de John Milbank, Catherine Pickstock et leurs émules fait exploser tous les cadres. 
On ne saurait ignorer ce que cette nouvelle théologie doit à la philosophie du communautarien Alasdair Macintyre, démontrant la nécessité d'un retour à une éthique des vertus, mais aussi le fait que toute vertu étant qualifiée, on ne saurait faire l'économie du fait de parler en tant que chrétien. A sa suite, son élève, le théologien protestant Stanley Hauerwas, ou le catholique William Cavanaugh, ont commencé à tracer le dessin d'une manière chrétienne de faire de la politique. Cette nouvelle théologie pose frontalement la question de l'universalité de l'éthique et du caractère opératoire du concept de loi naturelle. De cela on peut légitimement débattre. Reste que cette pensée ouvre des portes qui semblaient définitivement fermées: un appel d'air! 
François Huguenin

Partager cet article

Repost0

Un autre regard juif sur la Terre sainte

Publié le

Dimanche 11 janvier, à 12h (rediffusion à 16h et minuit) dans le cadre de son émission mensuelle sur Lumière de l'Espérance, radio du dimanche de Radio Courtoisie, Denis Sureau recevra Hervé élie Bokobza, auteur  du livre Israël - Palestine : la paix à la lumière de la Torah (Editions de l'Oeuvre)

Les premiers jours de l'année nouvelle sont particulièrement sombres. En effet la Terre sainte est à nouveau le champ de la violence et de la colère.Terrorisme, contre-terrorisme, tirs de roquettes ou bombardements, morts d'innocents dans les deux camps, destructions, haine, colère : le même scénario se reproduit d'année en année, depuis 60 ans. Faut-il s'y habituer ? Faut-il baisser les bras ?

 


Non, nous ne ne le pouvons pas, nous souvenant des paroles du roi David : « Si je t'oublie, Jérusalem, que ma droite se dessèche;que ma langue reste attachée à mon palais,si je ne garde pas ton souvenir ». Nous catholiques ne pouvons pas détourner nos regards. Nous ne pouvons pas oublier Jérusalem. A la spirale mimétique de la violence, pour reprendre la terminologie de René Girard, tous les hommes de paix doivent opposer une vision de paix et de réconciliation, comme l'Eglise par la voix de ses papes ne cessent de le rappeler, sans se lasser. Pax, salam, shalom.


C'est pourquoi je suis heureux d'inviter dans cette émission un penseur juif qui pose un regard nouveau sur le conflit israelo-palestinien. Hervé élie Bokobzaest né en 1967 à Boulogne-Billancourt.Après une formation supérieure talmudique et rabbinique en France, aux Etats-Unis et en Israël, il a publié quatre ouvrages en hébreu consacrés au Talmud et aux Sages d’Israël − ouvrages salués par les plus hautes autorités religieuses juives. Il est enseignant et conférencier à Paris auprès de la Communauté juive libérale, du Mouvement juif libéral de France, et du Centre communautaire de Paris.


Partager cet article

Repost0

Une lettre de Rome

Publié le

Extrait d'une lettre adressée à Denis Sureau de la part du Saint-Père :
« Sa Sainteté le Pape Benoît XVI m'a chargé de vous exprimer sa gratitude pour l'hommage que vous lui avez fait en lui offrant l'ouvrage que vous avez consacré au courant théologique Radical Orthodoxy, intitulé « Pour une nouvelle théologie politique ». 
Il est très appréciable que puisse être donné en langue française un écho du travail théologique qui s'accomplit dans d'autres aires linguistiques. Puissent ces pages être des lieux de découvertes et de stimulation pour ceux qui travaillent à mieux saisir le donné de la Révélation ! »

Partager cet article

Repost0

Une recension du Fig Mag

Publié le

L'écrivain et journaliste Rémi Soulié présente Pour une nouvelle théologie politique dans Le Figaro Magazine du 20 décembre :
"Pourquoi et comment repenser les relations entre les domaines temporel et spirituel ? Le mouvement théologique anglo-saxon Radical Orthodoxy, qui réunit des catholiques, des anglicans au des protestants, tente de répondre à ces questions. Denis Sureau est l'un des meilleurs spécialistes français de ce courant. Dans cet essai, il présente donc ses principaux acteurs (John Milbank, Catherine Pickstock, William Cavanaugh... ), ainsi que la généalogie de leurs thèses, de saint Augustin à Henri de Lubac en passant par Hans Urs von Balthasar. « L'Eglise, écrit Sureau, est au coeur de la nouvelle théopolitique, qui l'envisage comme un véritable espace public et politique de plein droit, riche des ressources lui permettant de résister à l'imaginaire de la société séculière. » Un livre qui ouvre de belles perspectives sur la théologie du XXIe siècle."

Partager cet article

Repost0