Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Terre Sainte : l'Eglise pour la paix

Publié le

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France vient de publier une déclaration intitulée Gaza : une folie meurtrière qui ne doit pas être récupérée :
"Les événements qui se déroulent depuis plusieurs semaines à Gaza sont effroyables! Ni le terrorisme, ni la riposte militaire disproportionnée ne sont des issues acceptables. L'escalade guerrière et la violation du droit humanitaire sont des folies condamnables.
Toute récupération visant une importation du conflit sur notre territoire national doit être dénoncée. Propager la violence en France ne ferait pas progresser la paix à Gaza.
Comme tous les hommes épris de justice et de paix, les catholiques de France sont meurtris et mobilisés. De nombreuses initiatives de prières et d'actions sont engagées dans les diocèses.
Avec leurs frères de confessions chrétienne, juive et musulmane, les évêques de France mettent tout en oeuvre pour favoriser le dialogue et le respect mutuel. Ils s'unissent aux appels du pape et de la communauté internationale en faveur d'un cessez-le-feu.
Ils sont solidaires de la demande insistante de Mgr Twal, patriarche latin de Jérusalem, souhaitant que l'Europe soit « un pont au service de la paix ».

Partager cet article

Repost0

La nouvelle vague théologique

Publié le

Voici l'article paru dans l'hebdomadaire Famille chrétienne (n°1617 du 10 au 16 janvier 2009) :

La nouvelle vague théologique

Denis Sureau brosse, dans un livre novateur, le panorama d'une nouvelle théologie politique.

Cette nouvelle théologie, essentiellement anglo-saxonne, commence à déferler sur notre univers franco-français enfermé dans de vieux dilemmes et des résidus de luttes stériles. Elle est politique: non qu'elle prône une théocratie hors d'âge, ni qu'elle cherche à confondre les plans. Mais elle clame fièrement que la théologie ne saurait se désintéresser des affaires de la cité, que la respublica ne doit pas ignorer ce lien qui, au sein de la vie quotidienne, relie l'homme à Dieu. 
Il n'est donc pas étonnant que cette théologie soit foncièrement héritière de celle du cardinal de Lubac, dans son souci de ne pas séparer l'ordre de la nature et celui de la grâce. Dieu a encore droit de cité dans la cité, non pas au sens d'une absorption du politique par le théologique, mais parce qu'aucune activité humaine ne se déploie que dans la relation avec son créateur. 
Sureau montre à merveille ce que Vatican Il a apporté d'élan et de souffle à cette nouvelle théologie qui, au demeurant, manifeste un souci liturgique très traditionnel. Le-mouvement Radical Orthodoxy, au confluent de l'anglicanisme et du catholicisme, est à cet égard exemplaire: augustinienne et lubacienne en théologie, traditionnelle en liturgie, socialiste (au sens d'antilibérale mais non pas de marxiste) en politique, la pensée de John Milbank, Catherine Pickstock et leurs émules fait exploser tous les cadres. 
On ne saurait ignorer ce que cette nouvelle théologie doit à la philosophie du communautarien Alasdair Macintyre, démontrant la nécessité d'un retour à une éthique des vertus, mais aussi le fait que toute vertu étant qualifiée, on ne saurait faire l'économie du fait de parler en tant que chrétien. A sa suite, son élève, le théologien protestant Stanley Hauerwas, ou le catholique William Cavanaugh, ont commencé à tracer le dessin d'une manière chrétienne de faire de la politique. Cette nouvelle théologie pose frontalement la question de l'universalité de l'éthique et du caractère opératoire du concept de loi naturelle. De cela on peut légitimement débattre. Reste que cette pensée ouvre des portes qui semblaient définitivement fermées: un appel d'air! 
François Huguenin

Partager cet article

Repost0

Un autre regard juif sur la Terre sainte

Publié le

Dimanche 11 janvier, à 12h (rediffusion à 16h et minuit) dans le cadre de son émission mensuelle sur Lumière de l'Espérance, radio du dimanche de Radio Courtoisie, Denis Sureau recevra Hervé élie Bokobza, auteur  du livre Israël - Palestine : la paix à la lumière de la Torah (Editions de l'Oeuvre)

Les premiers jours de l'année nouvelle sont particulièrement sombres. En effet la Terre sainte est à nouveau le champ de la violence et de la colère.Terrorisme, contre-terrorisme, tirs de roquettes ou bombardements, morts d'innocents dans les deux camps, destructions, haine, colère : le même scénario se reproduit d'année en année, depuis 60 ans. Faut-il s'y habituer ? Faut-il baisser les bras ?

 


Non, nous ne ne le pouvons pas, nous souvenant des paroles du roi David : « Si je t'oublie, Jérusalem, que ma droite se dessèche;que ma langue reste attachée à mon palais,si je ne garde pas ton souvenir ». Nous catholiques ne pouvons pas détourner nos regards. Nous ne pouvons pas oublier Jérusalem. A la spirale mimétique de la violence, pour reprendre la terminologie de René Girard, tous les hommes de paix doivent opposer une vision de paix et de réconciliation, comme l'Eglise par la voix de ses papes ne cessent de le rappeler, sans se lasser. Pax, salam, shalom.


C'est pourquoi je suis heureux d'inviter dans cette émission un penseur juif qui pose un regard nouveau sur le conflit israelo-palestinien. Hervé élie Bokobzaest né en 1967 à Boulogne-Billancourt.Après une formation supérieure talmudique et rabbinique en France, aux Etats-Unis et en Israël, il a publié quatre ouvrages en hébreu consacrés au Talmud et aux Sages d’Israël − ouvrages salués par les plus hautes autorités religieuses juives. Il est enseignant et conférencier à Paris auprès de la Communauté juive libérale, du Mouvement juif libéral de France, et du Centre communautaire de Paris.


Partager cet article

Repost0

Une lettre de Rome

Publié le

Extrait d'une lettre adressée à Denis Sureau de la part du Saint-Père :
« Sa Sainteté le Pape Benoît XVI m'a chargé de vous exprimer sa gratitude pour l'hommage que vous lui avez fait en lui offrant l'ouvrage que vous avez consacré au courant théologique Radical Orthodoxy, intitulé « Pour une nouvelle théologie politique ». 
Il est très appréciable que puisse être donné en langue française un écho du travail théologique qui s'accomplit dans d'autres aires linguistiques. Puissent ces pages être des lieux de découvertes et de stimulation pour ceux qui travaillent à mieux saisir le donné de la Révélation ! »

Partager cet article

Repost0

Une recension du Fig Mag

Publié le

L'écrivain et journaliste Rémi Soulié présente Pour une nouvelle théologie politique dans Le Figaro Magazine du 20 décembre :
"Pourquoi et comment repenser les relations entre les domaines temporel et spirituel ? Le mouvement théologique anglo-saxon Radical Orthodoxy, qui réunit des catholiques, des anglicans au des protestants, tente de répondre à ces questions. Denis Sureau est l'un des meilleurs spécialistes français de ce courant. Dans cet essai, il présente donc ses principaux acteurs (John Milbank, Catherine Pickstock, William Cavanaugh... ), ainsi que la généalogie de leurs thèses, de saint Augustin à Henri de Lubac en passant par Hans Urs von Balthasar. « L'Eglise, écrit Sureau, est au coeur de la nouvelle théopolitique, qui l'envisage comme un véritable espace public et politique de plein droit, riche des ressources lui permettant de résister à l'imaginaire de la société séculière. » Un livre qui ouvre de belles perspectives sur la théologie du XXIe siècle."

Partager cet article

Repost0

Pour une nouvelle théologie politique : réactions de blogs

Publié le

Des blogs de différents pays annoncent la sortie du livre  Pour une nouvelle théologie politique :


ETATS-UNIS : Le blog La Nouvelle théologie (c'est son titre exact) présente le contenu du livre ICI.


SUISSE : Le Novelliste, journal quotidien valaisan

 

Un livre étonnant sur la “nouvelle théologie politique”

Le philosophe Denis Sureau vient de faire paraître aux éditions « Parole et Silence » un essai intitulé : « Pour une nouvelle théologie politique ». Denis Sureau est un fin connaisseur de la nouvelle pensée chrétienne anglo-saxonne développée dans certaines universités sous l’appellation de « radical orthodoxy ». C’est une synthèse très originale de pensée contemporaine allant creuser aux sources des grands penseurs de l’antiquité et des philosophes chrétiens anciens, sans oublier la patristique, pour les remettre au goût du jour dans une dialectique et une pensée adaptées au monde d’aujourd’hui (mais sans tomber dans le copié-collé des idées et du vocabulaire relativistes contemporains) . Bref c’est une véritable synthèse conjuguant le passé et le présent dans un monde qui ne propose plus que des systèmes. 


FRANCE : Le blog de Philippe Maxence Caelum et Terra

Pour une nouvelle théologie politique

Sur son blogue, Patrice de Plunkett présente le dernier livre de Denis Sureau, lequel (le livre, pas Denis Sureau) vient de paraître aux éditions Parole et Silence. Un livre qui fait le tour des nouveaux théologiens qui pensent la politique. Des théopolitiques en somme. Livre érudit, facile à lire, étonnant à chaque page, surprenant à chaque phrase. Une approche théologique et une remise en cause radicale du monde postlibéral.

Denis Sureau va déranger à droite et à gauche, au centre et sur les côtés. C'est une autre façon d'aborder les choses. Est-elle vraie ? Est-elle juste ? En tout ou en partie ? C'est au lecteur d'en décider après lecture. Le prochain numéro de l'Homme Nouveau comporte, bien sûr, un dossier sur le sujet.


 


 

Partager cet article

Repost0

7 nouveaux députés pour le dimanche

Publié le

7 députés rejoignent Marc Le Fur et les signataires de la Tribune "Touche pas à mon Dimanche". Il s'agit de

· Véronique BESSE, Députée de la Vendée

· Yannick FAVENNEC, Député de la Mayenne

· Jacques LE NAY, Député du Morbihan

· Franck MARLIN, Député du Loiret

· Damien MESLOT, Député du Territoire de Belfort

· Jean-Luc REITZER, Député du Haut-Rhin

· Dominique SOUCHET, Député de la Vendée


Ils portent le nombre de signataires à 55.

Partager cet article

Repost0

Touche pas à mon dimanche !

Publié le

Voici la déclaration de 47 députés, à l'iniative de Marc Le Fur :


"Organiser des vacances familiales en fonction des congés des conjoints est déjà compliqué. Sera-t-il aussi compliqué d'organiser ses week-ends demain s'il faut travailler le dimanche ? Ceux qui demandent l'ouverture des commerces le dimanche ont-ils conscience de toutes les conséquences de leur revendication ?

Trois questions doivent être posées à ce sujet.
Quel intérêt économique ?
On dit qu' « ouvrir les magasins le dimanche, c'est créer 30 000 emplois. A cela plusieurs études, dont celle du Conseil économique et social, répondent que l'acte d'achat ne serait que transféré de la semaine au dimanche. Les sites qui ouvrent le dimanche perdent ainsi 30% de leur activité du samedi. Les 30 000 emplois créés ne seraient que transférés de la semaine au week-end. D'autres études montrent qu'à consommation égale, un emploi du dimanche supprimera trois emplois de la semaine. La menace portera également sur ceux qui travaillent déjà le dimanche, notamment les multiples petits commerces de proximité dans nos centre-villes ou dans nos centre-bourgs en milieu rural.

La logique économique veut qu'on n'effectue pas d'achats supplémentaires sans pouvoir d'achat en hausse. La hausse du pouvoir d'achat ne se décrète pas par l'ouverture des magasins le dimanche. A l'instar des heures de temps libre dégagées par les 35 heures, l'ouverture des magasins le dimanche risquerait plutôt de créer des frustrations et du surendettement.
Quel impact sur notre société ?
«  Ouvrir les magasins le dimanche, c'est donner une liberté supplémentaire aux individus, un jour de consommation en plus par semaine ! ». Et voilà comment on passe du dimanche chômé, acquis social obtenu de haute lutte au 19ème siècle, au dimanche chômé, menace pour la liberté individuelle des consommateurs. « Si nos concitoyens ont envie d'acheter le dimanche, qu'ils achètent ! Ouvrez tous les jours, le marché reconnaîtra les siens » L'argument est cocasse car, le travail le dimanche, c'est bien quand cela concerne les autres, mais moins bien quand cela nous touche personnellement. Or, ouvrir les magasins le dimanche ne touchera pas que les commerçants. Il faudra trouver des modes de garde pour les enfants. Qu'en sera-t-il des services bancaires indispensables à l'activité commerciale ? Faudra-t-il livrer les magasins le dimanche ? Le travail le dimanche ne se fera que sur volontariat nous dit-on. Comment peut-on y croire ? Chacun sent très bien que l'ouverture des commerces le dimanche est le cheval de Troie pour une ouverture générale de l'activité professionnelle. Qu'en sera-t-il alors de toutes les activités dominicales, non seulement les cultes, mais également les activités sportives, associatives, familiales... ? N'est-il pas préférable de ne pas consommer dans les commerces un jour sur sept et de conserver ces moments de fraternité qui donnent à la vie beaucoup de sens ? Le travail le dimanche, c'est une menace pour les familles. C'est leur retirer un des rares moments de la semaine où elles peuvent se retrouver pour partager des moments indispensables qui participent à la construction de chacun. Pourquoi leur retirer ce refuge essentiel ?
Quel sens donner à une telle revendication ?
C'est en effet là qu'est la vraie question. L'homme contemporain est-il uniquement un « individu consommateur » ou est-il encore l'animal social que définissait Aristote ? S'il n'est que consommateur, ouvrons les magasins le dimanche et laissons le satisfaire son instinct. Si l'homme se construit par les relations qu'il tisse avec les autres, posons-nous la question de maintenir chômé un jour dans la semaine durant lequel les relations que nous avons les uns avec les autres peuvent être facilitées et gratuites.
La réglementation est souvent trop lourde et faite de tracasseries inutiles quand il faut organiser des manifestations sportives, amicales, associatives et religieuses où les gens se rencontrent et partagent un peu de leur temps. Elle est en revanche nécessaire pour préserver des moments gratuits, sans transaction, des moments de partage en famille ou entre amis.
« Les Français qui le veulent pourront ne pas consommer le dimanche. Il n'y a aucune obligation mais une nouvelle offre proposée» affirment enfin les partisans de l'ouverture. Peut-être. Il est cependant probable que ce moment privilégié de partage et de relations personnels sera sévèrement frappé par la concurrence d'une possibilité de consommer qui n'aura plus de limite.
Aujourd'hui, les Français ont encore plus besoin de solidarité qu'hier. Or, la première et la plus vraie des solidarités, la plus efficace, la plus riche en relations et en affection, est certainement la famille. Sachons protéger cette valeur essentielle et ne pas la fragiliser une nouvelle fois.

Signataires : Marc LE FUR, Vice-président de l'Assemblée nationale, Député des Côtes d'Armor

Jean-Frédéric POISSON, Député des Yvelines - Philippe MEUNIER, Député du Rhône - - Jean-Paul ANCIAUX, Député de Saöne et Loire - Thierry BENOIT, Député d'Ille et Vilaine -Jean-Claude BOUCHET, Député du Vaucluse - Françoise BRANGET, Députée du Doubs - Xavier BRETON, Député de l'Ain - Yves BUR, Député du Bas-Rhin - Jean-François CHOSSY, Député de la Loire - Dino CINERI, Député de la Loire- Jean-Yves COUSIN, Député du Calvados - Jean-Louis CHRIST,Député du Haut-Rhin - Marie-Christine DALLOZ, Députée du Jura - Laure DE LA RAUDIERE, Députée de l'Eure et Loire- Lucien DEGAUCHY, Député de l'Oise - Jean DIONIS DU SEJOUR - André FLAJOLET, Député du Pas de Calais - Jean-Pierre GARRIGUE, Député de la Dordogne - Philippe GOSSELIN, Député de la Manche- Michel GRALL, Député du Morbihan - Jean-Pierre GRAND, Député de Député de l'Hérault - Arlette GROSSKOST, Députée du Haut-Rhin Antoine HERTH, Député du Bas-Rhin - Guénhaël HUET, Député de la Manche - Michel HUNAULT, Député de Loire-Atlantique - Fabienne LABRETTE-MENAGER, Députée de la Sarthe - Marguerite LAMOUR, Député du Finistère - Jacques LE GUEN, Député du Finistère - Céleste LETT, Député de la Moselle- Lionnel LUCA, Député des Alpes Maritimes - Jean-Philippe MAURER, Député du Bas-Rhin - Christian MENARD, Député du Finistère -Jean-Marie MORISSET, Député des Deux-Sèvres - Jean-Marc NESME, Député de Saône et Loire - Etienne PINTE, Député des Yvelines - Jacques REMILLER, Député de l'Isère - Bernard REYNES, Député des Bouches du Rhône Michel SORDI, Député, Député du Haut-Rhin - Alain SUGUENOT, Député de la Côte d'Or - Eric STRAUMANN, Député du Haut-Rhin - Michel TERROT, Député du Rhône - Jean UBERSCHLAG, Député du Hault Rhin - Christian VANNESTE, Député du Nord - Patrice VERCHERE, Député du Rhône - Michel VOISIN, Député de l'Ain - Marie-Jo ZIMMERMANN, Députée de la Moselle


Partager cet article

Repost0

Patrice de Plunkett

Publié le

Notre confrère Patrice de Plunkett accueille positivement Pour une Nouvelle théologie politique. Il écrit que cet essai "recoupe largement nos propres préoccupations. Nous allons en reparler souvent." Voir ici.

 

Partager cet article

Repost0