Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chrétiens dans la Cité n°305 est paru

Publié le

Le n°305 de la lettre Chrétiens dans la Cité est paru.

Au sommaire :

Analyse : Ni tradis ni libéraux : En conclusion du Synode sur la famille, le Pape François a prononcé un discours assez peu remarqué sur cinq tentations qu’il a pu percevoir en écoutant les interventions – contrastées – des cardinaux.

Agenda

Les hommes : Mgr Norbert Turini - Mgr Pierre d'Ornellas - Dominique Quinio

Brèves : Les Semaines sociales et le défi des technosciences - Le retour des patronages - Le succès du film Cristeros - De la sédation à l'uthanasie - Un Comité pour les réfugiés chrétiens d'Orient - Mgr Jean-Luc Brunin veut sanctuariser les allocations familiales - La Journée de prière et d'action pour les enfants - Les séminaristes et les évêques à Lourdes - Cathédrales payantes

Lectures : Catholiques sans étiquette, de Matt Malone.

Initiatives: la CFTC

Abonnez-vous avec 50% de réduction.

Partager cet article

Repost0

Du libéralisme comme étatisme

Publié le

Dans le cadre d'une vaste enquête sur le libéralisme, la revue mensuelle La Nef publie dans son numéro de novembre la contribution de Denis Sureau : Du libéralisme comme étatisme, qui peut également êtrelu en ligne.

Partager cet article

Repost0

750 séminaristes à Lourdes

Publié le

750 séminaristes et 130 formateurs ont rejoint les 120 évêques français réunis à Lourdes du 4 au 9 novembre. À cette rentrée 2014, on dénombre dans les 31 maisons de formation 848 séminaristes dont 371 en premier cycle et 477 en second cycle. 136 séminaristes ont commencé une première année de 1er cycle et 83 sont formés dans un séminaire français pour un diocèse étranger ou pour un institut religieux. Le plus important séminaire est celui de la Communauté Saint-Martin avec 95 séminaristes dont 26 nouveaux depuis la rentrée.

Partager cet article

Repost0

Transmettre : évangéliser l'enfance

Publié le

Le mensuel Transmettre pour l’évangélisation de l’enfance par l’aide à la formation religieuse a été lancé en 1998 par une équipe de parents et de catéchistes, accompagnée par des prêtres diocésains. Au fil des ans, Transmettre a développé son audience par-delà son public familial initial en s’implantant dans de nombreux établissements scolaires et paroisses, où elle est devenue la revue de référence des catéchistes. Autour du mensuel, ont été publiés des guides de préparation aux sacrements (baptême, communion, confession, confirmation…), des albums d’éveil à la foi (Ma visite à l’église, Ma visite au pays de Jésus), un parcours biblique complet, des manuels pour la catéchèse des collégiens, et même les premiers cahiers de vacances catholiques. Toutes ces publications sont disponibles en librairie ainsi que sur le site internet www.transmettre.fr.

Transmettre : évangéliser l'enfance

Partager cet article

Repost0

Cristeros : 80 000 entrées

Publié le

Après être resté cinq mois à l’affiche et avoir tourné dans près de 300 salles de cinéma en France, le film Cristeros a franchi le cap des 80 000 entrées. Un excellent résultat compte tenu de la faiblesse des dépenses de promotion. Pour SAJE, la société de production et de distribution audiovisuelle issue de la Communauté de l’Emmanuel, « c’est une vraie fierté que de pouvoir rejoindre, avec ce coup d’essai, le cercle très fermé des 5 % de films qui parviennent à amortir l’ensemble de leurs frais de distribution sur la seule sortie en salle (95 % des films doivent attendre la sortie du DVD, la VOD ou la TV pour amortir leurs coûts). Forte de ce succès, SAJE réfléchit aux prochains films chrétiens qu’elle pourra mettre à la disposition du public français. » En attendant, la sortie le 17 novembre du DVD de Cristeros devrait prolonger cette réussite.

Cristeros : 80 000 entrées

Partager cet article

Repost0

Catholiques sans étiquette

Publié le

Le jésuite américain Matt Malone, 42 ans, est le rédacteur en chef de l'importante revue America, classée habituellement comme progressiste. Mais cette étiquette est-elle pertinente ? Les catholiques peuvent-ils adopter sans danger les catégories de la politique séculière : conservateurs / progressistes, droite / gauche, etc ? La conviction profonde de Matt Malone, vivifiée par ce que la théologie apéricaine a de plus rafraîchissant (notamment William Cavanaugh, cité dans le livre), qu'il développe brillamment dans ce petit livre, est que ces dualismes idéologiques sont incompatibles avec l’Église qui est une communion et non une polis composée de factions. L'esprit de parti est une « menace mortelle » car il empêche de concevoir l’Église comme le corps du Christ – il est « affaire de politique parlementaire, pas de vie sacramentelle ». Il ne s'agit pas de masquer les désaccords (ni de défendre des thèses hétérodoxes), et encore moins de délaisser une action politique chrétienne. Il s'agit plutôt de s'efforcer de de dépasser ses préjugés, et de ne pas se contenter de plaquer des adjectifs sur d'autres catholiques.

C'est ce que tente de faire Chrétiens dans la Cité depuis sa création. Nous ne prétendons pas avoir toujours échappé au collage d'étiquettes, mais nous nous efforçons de ne pas nous engluer dans des clivages qui, de plus en plus, perdent toute signification.

Matt Malone

Catholiques sans étiquette

Salvator, 128 p., 14,50 €

Cathloques sans étiquette

Cathloques sans étiquette

Partager cet article

Repost0

Le mariage entre relativisme et théologie hors sol

Publié le

Le Synode sur la famille a fait couler beaucoup d'encre. Attisés par les médias, les catholiques ont oscillé entre des attitudes extrêmes : d'un côté, une subtile remise en cause en l'indissolubilité du mariage au nom d'une fausse conception de la miséricorde ; et de l'autre, le statu quo d'une discipline canonique s'appuyant sur une théologie « hors sol ». Deux types de positions défendues par des princes de l’Église : la première par le cardinal Walter Kasper, la seconde par le cardinal Raymond Leo Burke. Tout laisse à penser que c'est une voie moyenne qui l'emportera, avec notamment une adaptation des procédures de reconnaissance de nullité justifiée par le constat fait par le Pape François : la moitié des mariages catholiques ne sont probablement pas valides (et c'est une estimation sans doute très basse).

Parmi toutes les analyses qui ont été produites, celle de Grégory Solari, président des éditions Ad Solem, a le mérite d'attier l'attention sur l'essentiel : La pastorale du mariage est à revoir. C'est le titre de la tribune publiée par l'hebdomadaire Famille chrétienne (n°1917). Extraits :

« Ce n'est pas le dogme de l'indissolubilité qu'il convient de revoir (et avec lui la christologie qui la fonde), mais la pastorale du mariage mise en œuvre depuis une quarantaine d'années. En rouvrant cette question, Benoît XVI avait été très clair : combien de couples divorcés remariés étaient-ils initialement validement mariés ? Combien de couples ont-ils accédé au sacrement de mariage en remplissant les conditions (pastorales) requises pour cela ?

Les fidèles engagés sans discernement dans le sacrement de mariage ont connu des difficultés analogues à celles qu'ont rencontrées les fidèles engagés dans le sacrement de l'ordre ou les vœux de religion. L'absence de discernement et le manque de prudence ont produit dans les deux cas des catastrophes humaines, dont la responsabilité incombe pour une part non négligeable à la légèreté pastorale avec laquelle on a traité le sacrement de mariage – le discours équivoque sur les « époux ministres du sacrement» et, avant lui, la conception du mariage comme « remède à la concupiscence», ne sont pas étrangers à la chose.

Ce qu'il faut souligner, avec réalisme, c'est d'abord cette catastrophe pastorale dont ont été victimes (en même temps qu'agents) beaucoup de fidèles. Il conviendrait d'abord d'en prendre la mesure et de procéder aux réformes nécessaires avant d'agiter le spectre du relativisme dogmatique. »

Ajoutons que ces débats illustrent la superbe remarque de Nicolas Gomez Davila : « Dans le sein de l'Église actuelle, sont intégristes ceux qui n’ont pas compris que le christianisme a besoin d’une nouvelle théologie, et progressistes ceux qui n’ont pas compris que la nouvelle théologie doit être chrétienne. »

Denis Sureau

Partager cet article

Repost0

Ni tradis ni libéraux

Publié le

En conclusion du Synode sur la famille, le Pape François a prononcé un discours assez peu remarqué sur cinq tentations qu'il a pu percevoir en écoutant les interventions – contrastées – des cardinaux :

Première tentation : « La tentation du raidissement hostile,c'est-à-dire vouloir s'enfermer dans ce qui est écrit (la lettre) et ne pas se laisser surprendre par Dieu, par le Dieu des surprises (l'esprit); à l'intérieur de la loi, de la certitude de ce que nous connaissons et non pas de ce que nous devons encore apprendre et atteindre. Depuis l'époque de Jésus c'est la tentation des zélotes, des scrupuleux, des attentifs et de ceux qu'on appelle — aujourd'hui traditionalistes et aussi des intellectualistes.

2. La tentation de l'angélisme destructeur, qui au nom d'une . miséricorde trompeuse bande les blessures sans d'abord les soigner ni les traiter; qui s'attaque aux symptômes et pas aux causes et aux racines. C'est la tentation des bien-pensants, des timorés et aussi de ceux qu'on appelle progressistes et des libéraux.

3. La tentation de transformer la pierre en pain pour rompre le jeûne long, lourd et douloureux (cf. Lc 4,1-4) et aussi de transformer le pain en pierre et de la jeter contre les pécheurs, les faibles et les malades (cf. Jn 8,7) c'est-à-dire de le transformer en fardeaux insupportables (Lc 10,27).

4. La tentation de descendre de la croix, pour faire plaisir aux gens, et ne pas y rester, pour accomplir la volonté du Père; de se plier à l'esprit mondain au lieu de le purifier et de le plier à l'Esprit de Dieu.

5. La tentation de négliger le depositum fidei, de se considérer non pas des gardiens mais des propriétaires et des maîtres ou, dans l'autre sens, la tentation de négliger la réalité en utilisant une langue précieuse et un langage élevé pour dire tant de choses et ne rien dire! On les appelait des byzantinismes, je crois, ces choses-là...

Chers frères et sœurs, les tentations ne doivent ni nous effrayer ni nous déconcerter ni non plus nous décourager, parce qu'aucun disciple n'est plus grand que son maître; donc si Jésus a été tenté — et même appelé Béelzéboul (cf. Mt 12,24) — ses disciples ne doivent pas s'attendre à un meilleur traitement. »

Partager cet article

Repost0

Chrétiens dans la Cité n°304 est paru

Publié le

Chrétiens dans la Cité n°304 est paru avec pour informations principales :

ANALYSE : La manif et les évêques

Les évêques doivent-ils appeler à manifester contre des projets de loi moralement condamnables ? Le débat est ouvert.

AGENDA

LES HOMMES : Jean-Michel Dumay - Plantu

BREVES

  • Ligne Azur : victoire des AFC
  • Des trisomiques face au CSA
  • Politique familiale: un sondage
  • L'or et le don : l'expérience Laudate
  • Enseignement social-chrétien et e-larning : l'IPLH
  • Les Veilleurs continuent
  • Une école pilote à Marseille
  • Un trophée pour Lagrasse
  • La laïcité selon Poulat
  • Actuailes

LECTURES : Pape François, le grand malentendu, par Guy Baret.

INITIATIVES : les Equipes Notre-Dame

 

Exceptionnellement ce numéro est en accès libre

Partager cet article

Repost0