Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avortement : la contre-campagne

Publié le

Avortement : la contre-campagne

Choisir la Vie, association pour la défense de la vie, a décidé de répliquer à la campagne gouvernementale pour l'avortement en lançant, à son tour « une campagne d'affichage de sensibilisation à la réalité de l'avortement qui vient restaurer et mettre en lumière la liberté et le choix de vivre de la principale victime de l'avortement : l'enfant à naître ».

Choisir la Vie annonce qu'elle fera du 24 janvier 2016 à Paris, lors de la Marche pour la Vie, la Journée de l'enfant à naître.

Avortement : la contre-campagne
Avortement : la contre-campagne

Partager cet article

Repost0

Radical Orthodoxy à l'Académie

Publié le

Le lundi 5 octobre à 15 h, Denis Sureau, directeur de Chrétiens dans la Cité et de Transmettre, donnera une conférence sur

Le mouvement Radical Orthodoxy

dans le cadre du cycle 2015 des séances de l'Académie des sciences morales et politiques, sous la présidence de Chantal Delsol.

Ouvertes au public, les conférences sont retransmises dans la salle Hugot au Palais de l'Institut (entrée libre). Pour y assister, se présenter au poste de garde du Palais de l'Institut, 23 quai Conti, Paris 6e.

www.asmp.fr

Partager cet article

Repost0

Au sommaire du n°318

Publié le

Au sommaire du n°318

EDITO : Préférence chrétienne, ordo amoris et fraternité

AGENDA

LES HOMMES : Guillaume Zeller - Mgr François Blondel - François Villeroy de Galhau

INFOS : La Manif pour tous tente de rebondir - Les Missionnaires du Rosaire Vivant - Ecole catholique: pour les "Valeurs de la République" - L'Observatoire de finance chrétienne - L'APEL mise en cause - Réforme a 70 a ns - Ni pétrole ni gaz pour le CCFD - Soulager mais pas tuer mobilise le 3 octobre - Les élus politiques chrétiens à Lourdes

LECTURES : Limite

INITIATIVES : Aider les réfugiés chrétiens d'Orient

Partager cet article

Repost0

La préférence chrétienne

Publié le

La préférence chrétienne

Face à l’afflux d’une part des réfugiés venus de Syrie et d’Irak, et d’autre part des migrants dits économiques, un débat s’est engagé pour savoir s’il convenait d’opérer un tri.
Certains pays et, en France, certains maires, ont déclaré n’accepter que des réfugiés chrétiens. A supposer que cela soit concrètement possible, est-ce conforme à l'Evangile ? Pas pour Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes et président de Pax Christi-France, qui refuse de privilégier l'accueil des chrétiens d'Orient (cf. La Croix, 12-13/9). On peut néanmoins s'interroger sur l'assimilation de la préférence à l'exclusion. Saint Paul écrivait aux Galates : « pratiquons le bien envers tous, mais surtout [maxime, en latin] à l’égard de nos compagnons de foi » (Ga 6,10). Cette brève formule n'est pas contraire à l'enseignement de Jésus car, comme l’a montré le grand exégète allemand Gerhard Lohfink, dans le Nouveau Testament, « l’amour entre les hommes désigne presque sans exception l’amour du compagnon dans la foi, donc l’amour des chrétiens entre eux » (L’Église que voulait Jésus, Cerf, 1985). L’amour fraternel (agapè) unit la communauté des baptisés. Cependant, cet amour n’est pas exclusif, puisque les chrétiens doivent aimer jusqu'à leurs ennemis, c’est-à-dire vouloir qu’ils connaissent eux aussi le bonheur éternel.
Les Pères et Docteurs de l’Église ont développé ensuite une théologie de l’ordo caritatis : il y a un ordre de la charité. Selon saint Thomas d’Aquin, commentant le verset de saint Paul, « parce que nous ne sommes pas en mesure de faire du bien à tous », s’il faut exercer la miséricorde à l’égard de tous les hommes, unis par une même nature, ceux qui sont unis par la grâce et la foi doivent en être l’objet prioritaire. S'appuyant sur Aristote, il explique que « le principe de l’amour étant l’union et la ressemblance, nous devons aimer plus intensément et davantage ceux qui nous sont plus ressemblants et plus unis ». Dans sa Somme de théologie (II II, qu. 26), il justifie longuement l’inégalité de nos amours, qualifiant de « déraisonnable » la thèse selon laquelle tous les hommes doivent être aimés également. Le chrétien doit aimer davantage d’une part ceux qui sont les plus proches de Dieu, et d’autre part ceux qui lui sont concrètement les plus proches – et parmi ceux-ci, saint Thomas établit une hiérarchie subtile des dilections : par exemple, l’homme doit aimer son épouse plus que ses parents. La fraternité chrétienne ne se dissout donc pas dans une sorte d’humanitarisme égalitaire, abstrait, pour ne pas dire hypocrite. Que l’État séculier agisse comme il convient. Mais les chrétiens sont invités par l’Évangile à mettre en actes la préférence chrétienne.

Partager cet article

Repost0

Limite, revue d'écologie intégrale

Publié le

Limite, revue d'écologie intégrale

Comment définir les jeunes catholiques qui viennent de créer cette nouvelle « revue d'écologie intégrale »? La génération Manif pour tous ? Ou la génération Laudato Si', tant ses orientations consonent avec l'encyclique du pape François ? Résolument originale et insolente, Limite ne craint pas de critiquer le « techno-productivisme » avec des accents elluliens et d'affirmer un christianisme social qui bouleverse les codes, les clivages et le prêt-à-penser – par exemple en prônant la décroissance tout en refusant le malthusianisme (dans un dossier intitulé Décroissez et multipliez-vous). Il est assez amusant de voir la grosse presse de l'établissement (Le Monde, Libération...) qualifier cette jeune garde d'ultraconservatrice alors qu'elle défend des positions proprement révolutionnaires (décroissance, dénonciation du consumérisme...). A moins qu'il ne s'agisse d'un conservatisme rouge à l'image de celui que défend le Red Tory Phillip Blond, théologien britannique issu du mouvement Radical Orthodoxy et un temps conseiller de David Cameron, qui a accordé un long entretien et ouvre des pistes de réflexion et d'action passionnantes. Ni Keynes ni Thatcher : ni étatisme ni libéralisme. Ce premier numéro de Limite comporte aussi des contributions du philosophe Fabrice Hadjadj, des analyses de Paul Piccarreta sur les chrétiens de gauche, diverses chroniques impertinentes, etc. A découvrir sans tarder.

Limite
Revue d'écologie intégrale
Cerf, trimestriel, 96 p., 12 €

Partager cet article

Repost0

Israël chasse les chrétiens, l'Eglise réagit

Publié le

Communiqué de Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry, président du Conseil pour les relations interreligieuses, membre de la Coordination pour la Terre Sainte qui regroupe 13 évêques de divers pays :


Terre Sainte : la Conférence des évêques de France demande au gouvernement et aux communautés juives d’agir à leur niveau

Après le revirement de la Cour suprême israélienne en juillet dernier, les travaux de construction du mur de séparation ont repris dans la vallée agricole de Crémisan, au sud de Jérusalem. Cette portion du mur de « sécurité » (commencé en 2002) devrait, à nouveau, rendre très compliquée la vie de nombreuses familles palestiniennes qui verront leurs terres passer côté israélien, rendant ainsi leur accès et leur culture très difficile.
Nous sommes de ceux qui se réjouissent que le peuple Juif retrouve la Terre de la Promesse !
Nous sommes de ceux qui exigent que, sur cette terre, il puisse bénéficier de la paix et la sécurité!
C'est précisément pour cela qu'aujourd'hui nous entendons nous joindre aux conférences épiscopales de nombreux pays et en appeler aux gouvernements comme aux communautés juives pour qu'ils agissent à leur niveau.
Les chrétiens de Bethleem (et de son faubourg, Beit Jala) se voient petit à petit chassés de leurs terres ancestrales. Depuis de longues années déjà, une "colonie", Gilo a confisqué une partie de leur terrain. Plus récemment une autre colonie, Har Gilo, en a confisqué une autre partie.
Aujourd’hui, l'armée a entrepris de construire un mur pour, en fait, relier les deux colonies. En aucun cas il ne s'agit de sécurité, il existe déjà un mur entre Bethleem et Jérusalem. Cette construction amènera à l’annexion par Israël de cinq cents hectares de terres palestiniennes environ !
Rappelons que la Cour internationale de Justice a demandé à Israël de stopper la construction d'un mur qui enfreint la 4ème convention de Genève. Et rappelons encore que la Cour suprême d'Israël avait demandé à l'armée de stopper la construction de ce mur avant de revenir sur cet avis.
Modifier de quelques mètres son tracé ne justifie pas la reprise de cette construction.
Nous ne pouvons pas nous résigner à voir les chrétiens poussés hors de la Palestine.
Il est temps que les consciences se réveillent ! Il est temps, pour les deux peuples, Palestinien et Israélien, de retrouver l'espérance.
Cela exige des uns et des autres justice et équité.

Partager cet article

Repost0

Les paysans victimes des injustes prix

Publié le

Les paysans sont venus avec leurs tracteurs à Paris exprimer (pacifiquement) leur colère face à un système qui ne leur permet plus de vivre.

Tracteur Place de la Nation, 3 septembre 2015 (c) Denis Sureau

Tracteur Place de la Nation, 3 septembre 2015 (c) Denis Sureau

Tracteur Place de la Nation, 3 septembre 2015 (c) Denis Sureau
Tracteur Place de la Nation, 3 septembre 2015 (c) Denis Sureau

Tracteur Place de la Nation, 3 septembre 2015 (c) Denis Sureau

Partager cet article

Repost0

La rentrée de Chrétiens dans la Cité

Publié le

Le numéro 317 de la lettre d'information Chrétiens dans la Cité vient de paraître avec au menu :

ANALYSE : Mgr Dominique Rey explique l'invitation de Marion Maréchal-Le Pen à la Sainte-Baume

AGENDA

LES HOMMES : Mgr Laurent Camiade - Mgr Dominique Lebrun - Cardinal Raymond Burke

INFOS : Les catholiques verts à Saint-Etienne - Paroles de catholiques - Les valeurs catholiques selon Standard & Poor's - Fin de la Neuvaine pour la France - Bilan 2014 d'Habitat & Humanisme - Un appel pour sauver les églises - Etc.

LECTURES : Marie-Dominique Philippe, par Marie-Christine Lafon

INITIATIVES : Fraternité chrétienne des personnes malades et handicapées

Abonnez-vous en profitant de l'offre à 30 euros pour un an !

Chrétiens dans la Cité n°317

Chrétiens dans la Cité n°317

Partager cet article

Repost0

Vincent Lambert : un appel épiscopal

Publié le

Aujourd’hui le visage le plus fragile de notre société se prénomme Vincent.

A l’avant-veille de la décision du Dr Simon qui pourrait annoncer « l’arrêt des traitements », voici la déclaration des évêques de Rhône-Alpes au sujet de Vincent Lambert, dont les parents vivent dans la Drôme.

Dans quelques jours, une décision médicale risque de provoquer délibérément la mort de Vincent Lambert.
Il n’est pourtant pas en fin de vie et il ne fait l’objet d’aucun soin disproportionné. En lui donnant la nourriture et l’hydratation nécessaires, ceux qui prennent soin de lui respectent simplement le cours de cette vie dont le mystère nous échappe et dont le terme n’appartient à personne.
Les débats auxquels nous assistons prouvent que notre société hésite sur des principes majeurs, comme « Tu ne tueras pas » ou « Nul ne peut décider de mettre fin à la vie d’autrui ». Ils étaient considérés jusqu’à présent comme des valeurs fondamentales, comme le socle de notre vivre ensemble [1]. Et si l’on venait à y renoncer, on voit mal comment le corps médical pourrait continuer à prononcer le serment d’Hippocrate [2].
C’est le renoncement à ces principes qui fait peser sur la famille un poids insupportable. Nous voudrions exprimer à tous ses membres notre compassion, en respectant leur souffrance.
A l’issue des travaux menés sur la situation de Vincent Lambert par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, les cinq membres qui se sont opposés de toute leur force à la décision votée par les sept autres ont crié leur révolte. Ils ont déclaré que la Cour ne méritait plus de porter le titre de « conscience de l’Europe » qu’elle s’était donné en 2010 [3].
En union avec beaucoup d’autres, croyants ou non, nous lançons un appel aux autorités politiques, juridiques et médicales. Que ceux qui ont à en juger sachent que derrière la personne de Vincent Lambert, c’est le symbole de la vie la plus fragile qui est en jeu pour l’avenir de notre société.
Si sa mort doit survenir, nous prierons pour que tous puissent accueillir cet événement dans l’espérance. Mais aujourd’hui, notre frère Vincent n’est pas en fin de vie, et plusieurs établissements spécialisés se sont déclarés prêts à le recevoir. Qu’est-ce qui l’empêche ?

Mgr Philippe Ballot, archevêque de Chambéry, Maurienne et Tarentaise
Mgr Jean-Louis Balsa, évêque nommé de Viviers
Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon
Mgr Yves Boivineau, évêque d’Annecy
Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne
Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Étienne
Mgr Patrick Le Gal, évêque auxiliaire de Lyon
Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence
Mgr Pascal Roland, évêque de Belley-Ars

[1] C’est le titre et le sens de l’appel interreligieux signé pendant le débat parlementaire sur la fin de vie http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/03/09/nous-hauts-dignitaires-religieux-demandons-a-ce-que-soit-preserve-l-interdit-de-tuer_4589691_3232.html
[2] Serment d’Hippocrate. Article R 4127-38 du code de la santé publique
[3] http://hudoc.echr.coe.int/sites/fra/pages/search.aspx?i=001-155264

Partager cet article

Repost0