Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une politique antipolitique

Publié le

Un chrétien peut-il ne pas faire de politique ? Un débat s'est engagé autour du « pari bénédictin » de Rod Dreher.

Le livre du journaliste américain Rod Dreher Comment être chrétien dans un monde qui ne l'est plus. Le pari bénédictin  est en train de remporter en France un succès équivalant à celui qu'il a eu aux États-Unis. Le « pari bénédictin » (Benedict Option) qu'il défend est parfois perçu comme un « repli communautariste », ce que Dreher, lors de son séjour en France début février, a pourtant démenti. Un autre reproche lui a été adressé, celui d'oublier le rôle médiateur du politique dans la poursuite du bien commun. Or il consacre un chapitre entier de son essai, intitulé Une nouvelle forme de politique chrétienne, à proposer « une politique antipolitique ». Que signifie cet oxymore ?

Václav Benda, La polis parallèle, DDB 2014
Václav Benda, La polis parallèle, DDB 2014

Dreher prend acte de l'échec des chrétiens actifs dans le jeu politique américain. Les combats des conservateurs pour la vie, la famille et la liberté religieuse ont été globalement vains. Pourtant ils « ne peuvent pas déserter l'espace public », et ils peuvent continuer à y être présents en privilégiant l'engagement local, visant des objectifs atteignables, formant sérieusement les jeunes, constituant des alliances entre chrétiens et non-chrétiens... Mais au-delà de ces modes d'action classiques, il propose de s'inspirer de la « politique antipolitique » développée par le dissident tchèque Václav Havel (cf. Le Pouvoir des sans-pouvoir, 1978). Pour « vivre en vérité »,  écrivait le futur président de la Tchéquie postcommuniste, commençons par agir autrement que ceux qui, « vivant dans le mensonge », collaborent au système. Comment faire ? En créant et soutenant des « structures parallèles » : le concept de « polis parallèle » a été pensé par un autre dissident, Václav Benda. Cette cité alternative n'est pas une forteresse retranchée derrière ses murs mais un ensemble de structures de vertu poreuses, tels que des cours clandestins dispensés par un professeur chassé de l'université. Il s'agit de rétablir « des pratiques et institutions communes à même d'inverser les processus d'isolement et de fragmentation de la société contemporaine ». Cessons, dit Dreher, de croire que « c'est la politique qui résoudra les problèmes religieux et culturels ». Et de conclure : « nous sommes devenus une minorité. Soyons donc une minorité créative. Proposons des solutions vivantes, chaleureuses et joyeuses à ce monde mourant... Peut-être faut-il justement que l’Église perde son pouvoir politique pour sauver son âme. »   

 

Partager cet article

Repost0

Mgr Jean-Marie Le Vert nommé évêque auxiliaire de Bordeaux

Publié le

Le Pape François a nommé ce vendredi 9 mars, Mgr Jean-Marie Le Vert évêque auxiliaire du diocèse de Bordeaux et Bazas, il était jusqu’à présent évêque émérite du diocèse de Quimper et Léon.

Ordonné prêtre le 10 octobre 1987 pour la Communauté Saint-Martin, en 1995 Mgr Le Vert quitta la Communauté Saint-Martin. Il fut incardiné au sein de l’archidiocèse de Tours. Entre 1990 et 2005, il fut vicaire et curé en paroisse pour l’archidiocèse de Tours. De 1995 à 2005, il occupa plusieurs fonctions et fut aumônier diocésain des étudiants ; prêtre accompagnateur de la pastorale des jeunes ; aumônier régional des étudiants (région Centre-Ouest) et enfin président de la Mission étudiante catholique en France. En 1997, Mgr Le Vert fut professeur de patrologie, de théologie pastorale et de mystère chrétien au séminaire inter diocésain de Tours, fonctions qu’il occupa jusqu’en 2004. De 1998 à 2005, Mgr Le Vert fut responsable diocésain des vocations et des séminaristes avant d’être nommé évêque auxiliaire de Meaux en 2005. Il resta deux ans à Meaux avant d’être nommé évêque de Quimper et Léon en 2007. Depuis 2015, Mgr Le Vert était évêque émérite du diocèse de Quimper et Léon. 

Partager cet article

Repost0

8 mars, journée internationale des femmes : une chronique du P. Bernard Devert

Publié le par Bernard Devert

Célébration du féminisme ? Oui, si le féminisme est entendu comme une attention aux inégalités que trop de femmes encore subissent. 

Le 8 mars, un jour non point pour s’émouvoir mais pour se mouvoir vers plus de respect : 

  • à vous, Madame, touchée par l’âge, l’isolement et le manque de ressources, logée dans un immeuble sans ascenseur, alors que vous êtes confrontée à une perte d’autonomie. 

Souvent, vous ne dites rien, vous tentez de survivre. Si, par chance, quelqu’un sonne à votre porte, vous l’ouvrez, non pour faire entendre des propos amers, mais une sagesse bienveillante. 

  • à vous, Madame, qu’on nomme la mère célibataire, non par choix mais pour avoir été abandonnée. 

Aux ruptures affectives blessantes, s’ajoutent l’inquiétude pour votre enfant, la recherche d’un logement décent et celle d’un travail compatible avec votre rôle de mère.

  • à vous, Madame qui, pour vivre et faire vivre, acceptez des ménages. 

Vous intervenez dans les entreprises quand les autres s’arrêtent. Condamnée à des heures nocturnes ou à celles de l’aube pour ne point déranger, vous devez penser que vos conditions de travail pourraient être différences aux fins de vous éviter des horaires impossibles et inadéquats avec ceux des transports en commun. 

  • à vous, Madame, qui avez dû vous sauver pour que votre vie soit respectée, ou simplement protégée, comment ne pas vous exprimer notre demande de pardon pour cette part manquante à l’hospitalité espérée.

Oui, votre courage à toutes devrait nous donner l’audace d’être à vos côtés pour avoir choisi le parti de la vie. 

Bernard Devert

Partager cet article

Repost0

Saint-Pierre et Miquelon rattaché à La Rochelle

Publié le

Cathédrale de Saint-Pierre et Miquelon

Le Pape François, a accepté la démission de la charge pastorale de Vicaire apostolique des Iles Saint-Pierre et Miquelon, que lui a présenté Mgr Pierre Gaschy, atteint par la limite d’âge, fonction qu’il occupait depuis 2009. Mgr Pierre Gaschy est né le 26 juin 1941 à Colmar. Il entre dans la congrégation du Saint-Esprit le 24 septembre 1961 et sera ordonnée prêtre en 1969. Il passera la première partie de son ministère en République centrafricaine avant de devenir supérieur de la communauté à Blotzhein (Haut-Rhin) en 1997 puis supérieur régional et membre du conseil provincial de 2001 à 2004. En 2009, il est nommé vicaire apostolique des Iles Saint-Pierre et Miquelon, évêque titulaire d’Usinaza.

Le pape François a également décidé d’unir au diocèse de La Rochelle le territoire de Saint Pierre et Miquelon, archipel français au sud de l'île canadienne de Terre Neuve. Mgr George Colomb, évêque de La Rochelle se rendra à Saint-Pierre et Miquelon du 4 au 11 avril 2018 pour rencontrer les catholiques de l’archipel.

Partager cet article

Repost0

Pour une politique antipolitique - Numéro 355

Publié le

Au sommaire du n°355 de la lettre Chrétiens dans la Cité :

EDITO : Une politique antipolitique - Le débat autour d'une nouvelle forme de politique chrétienne défendue par Rod Dreher.

INFOS: Académie pour une écologie intégrale - Initiatives Laudato Si' - Bioéthique : La Vie s'inquiète - Scolariser les mineurs migrants non accompagnés - Nantes: annulation de la subvention au Centre LGBT - Crèche vendéenne : la Libre-Pensée déboutée - Espace bioéthique - Le CMR pour le MRJC - Christianophobie - Courir pour la vie - Ma fille est enceinte

LES HOMMES : Dom Gérard - Roger Caizergues - Mgr Jean-Louis Balsa

LECTURES : Comment peut-on être catholique? par Denis Moreau.

INITIATIVES : les Chevaliers de Colomb.

AGENDA

Découvrez Chrétiens dans la Cité pour seulement 30 euros : cliquez ici.

Partager cet article

Repost0

Comment peut-on être catholique (et moderne) ?

Publié le

Bonne nouvelle : on peut être à la fois catholique et intelligent. C'est ce qu'entend démontrer à nos contemporains sceptiques ou indifférents, Denis Moreau, 48 ans, professeur de philosophie à l'université de Nantes. Non sans humour, et avec un style enlevé, il renouvelle le genre apologétique de défense rationnelle de l'existence de Dieu, des grandes vérités de foi et de l'espérance chrétienne. Il n'a pas la prétention de convertir, mais de susciter un dialogue et de déminer certaines objections. Il y réussit souvent.

Mais sa conversation avec les modernes est facilitée par le fait qu'il se refuse à voir ce que la modernité a d'intrinsèquement létal pour la foi : ce « rationaliste chrétien » (comme il se présente p. 64) qui a trop lu Descartes et Spinoza (fossoyeurs brillants de la pensée, quoiqu'il en dise p. 60)  prône une philosophie émancipée de la théologie (p. 66). Quand il s'aventure sur le terrain de la théologie, il devient hasardeux (voir son développement sur l'enfer p. 48). S'il soutient à bon droit une éthique des vertus (p. 265), il défend la loi Veil sur l'avortement (p. 284), le droit au blasphème façon Charlie hebdo (p. 288), et développe une vision bisounours de la France actuelle et de la situation de l'Eglise. Et l'on ne s'étonnera pas qu'il se félicite du « mouvement de sécularisation ou de laïcisation de nos sociétés » (p. 327) : il faudrait "renoncer à l'idée d'une société tout entière bâtie sur les valeurs et croyances propres au christianisme" (p. 56). Sa position a au moins le mérite de la cohérence intellectuelle.

 

 

Denis Moreau

Comment peut-on être catholique ?

Seuil, 358 p., 22 €

Partager cet article

Repost0

Le pari chrétien

Publié le

Les débats n'ont pas manqué en 2017 sur le rapport des catholiques au politique. Il y a tout juste un an, le journaliste Laurent Dandrieu s'en prenait à l'attitude des papes depuis Pie XII sur la question des migrants. L'avocat Erwan Le Morhedec dénonçait quant à lui la « tentation identitaire » de certains catholiques. Les présidentielles ont avivé aussi les querelles, en particulier sur le vote au second tour : Marine ou Macron ?

François Huguenin, auteur de livres de référence sur l'histoire des idées (L'Action française, Résister au libéralisme...), est consterné par ces divisions et tente de reprendre le problème à son fondement. Il commence par rappeler que l'homme est un animal tant politique que spirituel, et que l'on ne doit ni confondre, ni ignorer ces deux dimensions. Il s'efforce ensuite d'appliquer cette grille, en montrant que suivre l’Évangile est une ardente obligation, et que par exemple, tout étant lié (comme dit le pape François), « un chrétien ne peut pas, par principe, refuser l'accueil de l'étranger » (même si cela n'interdit pas une sage régulation).

Reste à savoir quelle est la place du chrétien dans un monde qui ne l'est pas. François Huguenin propose des éléments de réponse qui, à défaut d'être toujours convaincants, méritent d'être discutés et approfondis. 

François Huguenin

Le pari chrétien

Tallandier, 224 p., 16,90 €

Partager cet article

Repost0

MRJC LGBT : : réaction de l'évêque de Viviers

Publié le

Communiqué de Mgr Jean-Louis BALSA, évêque de Viviers
Lundi 12 février 2018
Viviers, le 12 février 2018
A l’attention des acteurs de la pastorale des jeunes du diocèse de Viviers,

J’ai appris, par la diffusion d’un tract par le MRJC, que ce mouvement projetait l’organisation d’un « weed-end de formation militant » intitulé « Genre Voilà ! », les 3 et 4 mars 2018 à Annonay.

Etant donné la gravité de la teneur de la proposition et les propos obscènes employés sur le tract, je suis en total désaccord avec ce projet du MRJC et je demande à l’ensemble des acteurs de la pastorale des jeunes du diocèse de Viviers, en Ardèche, de ne pas participer à ce week-end, ni d’en faire la promotion.

+ Jean-Louis BALSA
Evêque de Viviers

Partager cet article

Repost0

Dieu et la foi chrétienne de retour au cinéma

Publié le

Plusieurs films traitent à nouveau de la question de Dieu et de la foi chrétienne.

Il y a d'abord les films venus d'outre-atlantique adaptés et promus par les sympathiques animateurs de SAJE. Après Dieu n’est pas mort, un autre film joue sur un registre apologétique : Jésus, l’enquête (sortie le 28 février), de Jon Gunn, raconte l’histoire vraie de Lee Strobel, un journaliste d’investigation athée de Chicago qui, ébranlé par la conversion de son épouse, se livre à une enquête en règle sur Jésus qui le conduira à la foi. Il a raconté son parcours dans un livre qui a remporté un grand succès international, The case for Christ, et est devenu pasteur.

Mais il n'y a pas que les chrétiens qui traitent de thèmes chrétiens. Un  beau film français sort le 14 février, sans intention de convaincre : L’Apparition, de Xavier Giannoli (Marguerite, Quand j’étais chanteur…). Vincent Lindon joue le rôle d’un reporter appelé à faire partie d’une commission d’enquête canonique chargée de faire la lumière sur une prétendue apparition de la Vierge Marie à une jeune fille (on pense un peu à Medjugorge). La démarche du réalisateur est très respectueuse. Il a pris notamment conseil auprès de l’historien Yves Chiron, grand spécialiste des apparitions. Pour une fois, les chrétiens ne sont pas caricaturés et le film reste ouvert sur le mystère. Avec pour musique des extraits d'oeuvres du grand compositeur estonien Arvo Pärt.

Et ce n'est pas tout : le 21 mars sortira La Prière, film de Cédric Kahn, qui raconte la guérison d’un drogué dans une communauté tenue par d’anciens toxicomanes qui se soignent par la prière et le travail.

Et le 28 mars, sort un portrait de Marie Madeleine, signé par l’Américain Garth Davis, qui semble être de bonne facture.

Partager cet article

Repost0