Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour une politique antipolitique - Numéro 355

Publié le

Au sommaire du n°355 de la lettre Chrétiens dans la Cité :

EDITO : Une politique antipolitique - Le débat autour d'une nouvelle forme de politique chrétienne défendue par Rod Dreher.

INFOS: Académie pour une écologie intégrale - Initiatives Laudato Si' - Bioéthique : La Vie s'inquiète - Scolariser les mineurs migrants non accompagnés - Nantes: annulation de la subvention au Centre LGBT - Crèche vendéenne : la Libre-Pensée déboutée - Espace bioéthique - Le CMR pour le MRJC - Christianophobie - Courir pour la vie - Ma fille est enceinte

LES HOMMES : Dom Gérard - Roger Caizergues - Mgr Jean-Louis Balsa

LECTURES : Comment peut-on être catholique? par Denis Moreau.

INITIATIVES : les Chevaliers de Colomb.

AGENDA

Découvrez Chrétiens dans la Cité pour seulement 30 euros : cliquez ici.

Partager cet article

Repost0

Comment peut-on être catholique (et moderne) ?

Publié le

Bonne nouvelle : on peut être à la fois catholique et intelligent. C'est ce qu'entend démontrer à nos contemporains sceptiques ou indifférents, Denis Moreau, 48 ans, professeur de philosophie à l'université de Nantes. Non sans humour, et avec un style enlevé, il renouvelle le genre apologétique de défense rationnelle de l'existence de Dieu, des grandes vérités de foi et de l'espérance chrétienne. Il n'a pas la prétention de convertir, mais de susciter un dialogue et de déminer certaines objections. Il y réussit souvent.

Mais sa conversation avec les modernes est facilitée par le fait qu'il se refuse à voir ce que la modernité a d'intrinsèquement létal pour la foi : ce « rationaliste chrétien » (comme il se présente p. 64) qui a trop lu Descartes et Spinoza (fossoyeurs brillants de la pensée, quoiqu'il en dise p. 60)  prône une philosophie émancipée de la théologie (p. 66). Quand il s'aventure sur le terrain de la théologie, il devient hasardeux (voir son développement sur l'enfer p. 48). S'il soutient à bon droit une éthique des vertus (p. 265), il défend la loi Veil sur l'avortement (p. 284), le droit au blasphème façon Charlie hebdo (p. 288), et développe une vision bisounours de la France actuelle et de la situation de l'Eglise. Et l'on ne s'étonnera pas qu'il se félicite du « mouvement de sécularisation ou de laïcisation de nos sociétés » (p. 327) : il faudrait "renoncer à l'idée d'une société tout entière bâtie sur les valeurs et croyances propres au christianisme" (p. 56). Sa position a au moins le mérite de la cohérence intellectuelle.

 

 

Denis Moreau

Comment peut-on être catholique ?

Seuil, 358 p., 22 €

Partager cet article

Repost0

Le pari chrétien

Publié le

Les débats n'ont pas manqué en 2017 sur le rapport des catholiques au politique. Il y a tout juste un an, le journaliste Laurent Dandrieu s'en prenait à l'attitude des papes depuis Pie XII sur la question des migrants. L'avocat Erwan Le Morhedec dénonçait quant à lui la « tentation identitaire » de certains catholiques. Les présidentielles ont avivé aussi les querelles, en particulier sur le vote au second tour : Marine ou Macron ?

François Huguenin, auteur de livres de référence sur l'histoire des idées (L'Action française, Résister au libéralisme...), est consterné par ces divisions et tente de reprendre le problème à son fondement. Il commence par rappeler que l'homme est un animal tant politique que spirituel, et que l'on ne doit ni confondre, ni ignorer ces deux dimensions. Il s'efforce ensuite d'appliquer cette grille, en montrant que suivre l’Évangile est une ardente obligation, et que par exemple, tout étant lié (comme dit le pape François), « un chrétien ne peut pas, par principe, refuser l'accueil de l'étranger » (même si cela n'interdit pas une sage régulation).

Reste à savoir quelle est la place du chrétien dans un monde qui ne l'est pas. François Huguenin propose des éléments de réponse qui, à défaut d'être toujours convaincants, méritent d'être discutés et approfondis. 

François Huguenin

Le pari chrétien

Tallandier, 224 p., 16,90 €

Partager cet article

Repost0

MRJC LGBT : : réaction de l'évêque de Viviers

Publié le

Communiqué de Mgr Jean-Louis BALSA, évêque de Viviers
Lundi 12 février 2018
Viviers, le 12 février 2018
A l’attention des acteurs de la pastorale des jeunes du diocèse de Viviers,

J’ai appris, par la diffusion d’un tract par le MRJC, que ce mouvement projetait l’organisation d’un « weed-end de formation militant » intitulé « Genre Voilà ! », les 3 et 4 mars 2018 à Annonay.

Etant donné la gravité de la teneur de la proposition et les propos obscènes employés sur le tract, je suis en total désaccord avec ce projet du MRJC et je demande à l’ensemble des acteurs de la pastorale des jeunes du diocèse de Viviers, en Ardèche, de ne pas participer à ce week-end, ni d’en faire la promotion.

+ Jean-Louis BALSA
Evêque de Viviers

Partager cet article

Repost0

Dieu et la foi chrétienne de retour au cinéma

Publié le

Plusieurs films traitent à nouveau de la question de Dieu et de la foi chrétienne.

Il y a d'abord les films venus d'outre-atlantique adaptés et promus par les sympathiques animateurs de SAJE. Après Dieu n’est pas mort, un autre film joue sur un registre apologétique : Jésus, l’enquête (sortie le 28 février), de Jon Gunn, raconte l’histoire vraie de Lee Strobel, un journaliste d’investigation athée de Chicago qui, ébranlé par la conversion de son épouse, se livre à une enquête en règle sur Jésus qui le conduira à la foi. Il a raconté son parcours dans un livre qui a remporté un grand succès international, The case for Christ, et est devenu pasteur.

Mais il n'y a pas que les chrétiens qui traitent de thèmes chrétiens. Un  beau film français sort le 14 février, sans intention de convaincre : L’Apparition, de Xavier Giannoli (Marguerite, Quand j’étais chanteur…). Vincent Lindon joue le rôle d’un reporter appelé à faire partie d’une commission d’enquête canonique chargée de faire la lumière sur une prétendue apparition de la Vierge Marie à une jeune fille (on pense un peu à Medjugorge). La démarche du réalisateur est très respectueuse. Il a pris notamment conseil auprès de l’historien Yves Chiron, grand spécialiste des apparitions. Pour une fois, les chrétiens ne sont pas caricaturés et le film reste ouvert sur le mystère. Avec pour musique des extraits d'oeuvres du grand compositeur estonien Arvo Pärt.

Et ce n'est pas tout : le 21 mars sortira La Prière, film de Cédric Kahn, qui raconte la guérison d’un drogué dans une communauté tenue par d’anciens toxicomanes qui se soignent par la prière et le travail.

Et le 28 mars, sort un portrait de Marie Madeleine, signé par l’Américain Garth Davis, qui semble être de bonne facture.

Partager cet article

Repost0

Au sommaire du numéro 354

Publié le

Le 354e numéro de la lettre d'information Chrétiens dans la Cité vient de paraître.

Pour vous abonner, cliquer sur ce lien.

Au sommaire :

EDITO : Une économie centrée sur l'homme (le message du pape François à Davos)

AGENDA

LES HOMMES : Mgr Philippe Christory - Madeleine Bazin de Jessey

RENCONTRES : Colloque sur les 50 ans d'Humanae Vitae

INFOS : L'affaire du MRJC - PMA, GPA : autre sondage, autres réponses - Ecclesia Campus et l'hospitalité chrétienne - La foi chrétienne revient au cinéma - Famille chrétienne - Marche pour la vie - La joie de la vérité - L'engagement dans la cité

LECTURES : Cathos, ne devenons pas une secte, par Patrice de Plunkett

INITIATIVES : fiche sur le MRJC

Partager cet article

Repost0

Mgr Philippe Christory évêque de Chartres

Publié le

Le Pape François a nommé ce vendredi 2 février, Mgr Philippe Christory évêque du diocèse de Chartres, il était jusqu’à présent curé de la paroisse de la Sainte-Trinité (Paris).

Ordonné prêtre le 27 juin 1992 pour l’archidiocèse de Paris, au titre de la Communauté de l’Emmanuel, Mgr Philippe Christory fut de 1992 à 1998, vicaire de la paroisse de la Sainte-Trinité ; aumônier de « Trinité Jeune » ainsi que du lycée Condorcet.

Puis, il devint curé de la paroisse Saint-Nicolas des Champs, fonction qu’il occupa de 1998 à 2004. Entre 2001 et 2003, Mgr Christory fut également directeur spirituel du Séminaire de Paris et responsable de la Maison Saint-Martin de Tours (Séminaire de Paris).

En 2004, il fut mis à la disposition du diocèse de Fréjus-Toulon et devint curé in solidum de Sainte-Maxime et Cogolin, jusqu’en 2007.

Entre 2002 et 2011, Mgr Christory fut membre du Conseil international de la Communauté de l’Emmanuel. En 2007, il devint curé de la paroisse Saint-Laurent (à Paris) jusqu’en 2014 avant d’être nommé curé de la paroisse de la Sainte-Trinité, fonction qu’il occupa jusqu’à ce jour.

 L’ordination épiscopale de Mgr Christory aura lieu le dimanche 15 avril en la cathédrale de Chartres.

Partager cet article

Repost0

Cathos, ne devenons pas une secte

Publié le

Journaliste et blogueur catholique, après avoir été dans sa jeunesse attiré par la Nouvelle droite néopaïenne (comme il le rappelle), Patrice de Plunkett montre du doigt des tentations sectaires chez les catholiques français. Première dérive : la complaisance de la bourgeoisie catholique pour un libéralisme et un capitalisme financier – « l'idole Argent » – pourtant condamnés par l'Eglise, notamment par le pape François, qu'il défend avec vigueur. L'auteur éreinte le « libéral-conservatisme » tel qu'il est promu par la philosophe Chantal Delsol ou a été incarné par François Fillon. Faire de la politique en s'enlisant dans des partis s'avère d'ailleurs stérile.

Deuxième piège ; l'identitarisme, idéologie qui, s'emparant du sentiment de la perte d'identité, lui injecte un contenu étranger voire hostile au christianisme : « rendre un culte aux pulsions de la chair et du sang » est une autre forme d'idolâtrie. « Rien ne sert de dire que ''la France est chrétienne'' quand les Français ne le sont pas. » Un « christianisme de patrimoine » conduit à un rétrécissement particulariste de la perception du bien commun (en particulier quant à la question des immigrés). « Au lieu de nous croire assiégés par la cathophobie », l'urgence est d'annoncer le Christ et de témoigner – bref d'évangéliser.

 

Patrice de Plunkett

Cathos, ne devenons pas une secte

Salvator, 150 p., 15,90 €

Partager cet article

Repost0

L'étrange sondage de La Croix

Publié le

La publication par La Croix des résultats d'un sondage montrant que les Français sont favorables aux transgressions bioéthiques fait débat.

Quinze jours avant l'ouverture des Etats généraux de la bioéthique, le quotidien La Croix a publié le 3 janvier les résultats d'un sondage Ifop : 64% des 1010 personnes interrogées se déclarent favorables à l’autorisation de la GPA (mères porteuses), 60% au recours à la PMA (insémination artificielle) pour les couples de lesbiennes, 89% à la légalisation de l’euthanasie et/ou du suicide assisté, et 80% à la modification génétique des embryons humains pour guérir les maladies les plus graves avant la naissance.

Président de la Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Méné a réagi aussitôt : « Commencer un débat de bioéthique avec un sondage est pour le moins regrettable. Je ne crois pas qu’on fasse de vraie politique à coups de sondages. » En fait, un examen plus attentif des résultats conduit à les relativiser : seulement 18% des sondés sont pour la GPA « dans tous les cas » – 46% l'étant « pour des raisons médicales seulement ». Or cette notion de GPA médicale est une invention déroutante. Comme l'a remarqué La Manif pour tous, « Nul n’en avait jamais entendu parler. Les partisans de la GPA ont tenté, pour faire admettre celle-ci, d’abord la GPA 'éthique', puis la GPA 'encadrée'; ayant échoué, désormais c’est la GPA 'médicale' qu’ils tentent de vendre à l’opinion publique. De quoi s’agit-il ? La question du sondage ne le précise pas ! »

Pour le recours des lesbiennes à la PMA, La Croix ne signale pas que le nombre de sondés se déclarant favorables est en baisse dans les sondages ces derniers mois. 

Plus grave encore est l'absence de questions concernant les enfants. Or un sondage Opinion Way réalisé en juin dernier montrait que 77% des Français estimaient que « l’Etat doit garantir aux enfants nés par PMA le droit d’avoir un père et une mère » – ce qui condamne la PMA pour femmes seules ou couples de lesbiennes. (Selon le même sondage, pour 69% des Français, ouvrir des débats sur les questions de société – mères porteuses, PMA sans père, euthanasie – aurait pour conséquence de diviser les Français.) Concernant l'euthanasie et/ou le suicide assisté, aucune question n'a été posée sur les soins palliatifs qui permettent de mourir dans une véritable dignité. Comme l'a souligné le professeur Jean-René Binet (auteur du Droit de la bioéthique, LGDJ) sur Figarovox, « En matière de bioéthique, plus qu'en de nombreuses autres, les questions sont trop complexes pour permettre des formulations simplistes. » Or « les sondages, loin de n'être que le reflet d'une opinion préexistante, tendent à construire celle-ci en structurant le débat public. »

Reste une question : pourquoi La Croix journal appartenant à la congrégation des Augustins de l'Assomption, et qui se dit hostile aux transgressions bioéthiques, s'est-elle livrée à une telle manipulation ?

Partager cet article

Repost0