Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"J’ai fait un rêve… l’esprit de solidarité souffle dans les salles de marchés" (B. Devert)

Publié le

Pour la Pentecôte, une chronique du Père Bernard Devert (Habitat & Humanisme):

Ils riaient ces femmes et ces hommes sérieux pour travailler dans des salles de marchés où se font et se défont des fortunes. Que s’était-il donc passé, la volatilité des cours aurait-elle dépassé toute attente, emportée par des algorithmes, 

Ce rire relevait d’un inattendu impensable, comme si l’esprit de solidarité les touchait dans le temple de la finance. Tous se demandaient le sens de ces transactions qui tournent sur elles-mêmes et pour les mêmes, dans cette recherche du ‘toujours plus. Mais, pour quoi faire.

Mieux que quiconque, ils savaient que les cours, comme les arbres, ‘ne montent pas jusqu’au ciel’. En ce moment, c’était comme si le ciel était tombé sur eux : un jour qui fit grand bruit ; d’aucuns se rappelaient que, dans le Livre de l’humanité, il y eut une pentecôte qui changea non seulement les cœurs mais aussi le cours de l’histoire. 

Une Pentecôte pour la bourse ! Incroyable….

Les traders saisissaient que le marché s’était retourné. Les valeurs qui avaient la cote, soudain étaient celles d’entreprises à mission ou de sociétés jusque-là délaissées pour être engagées à refuser comme fatalité misère et pauvreté. 

Les ordres de bourse affluaient ; ils exigeaient de retenir les actions éthiques ou des titres relevant de l’Investissement Socialement Responsable (ISR).

La finance solidaire ne leur était pas inconnue mais, ils reconnaissaient qu’ils s’y intéressaient peu pour ne représenter que quelques secondes des transactions boursières et encore ... Les entreprises purement solidaires ne sont même pas cotées, aux deux sens du mot. 

L’encours total de la finance solidaire en France est de12 milliards €, alors que la capitalisation boursière pour les 40 entreprises du CAC est de 1643,57 Md€ (7 juin 2019).

Le flop de l’introduction en bourse d’UBER à Wall Street les interrogeait : une perte de quelques milliards par rapport à l’estimation envisagée. Quelle folie !

A la City, 1ère place boursière du monde, ce sont 33 millions de transactions sur le marché des changes chaque seconde en moyenne, près de 2 500 milliards de dollars journellement. A Wall Street, 945 milliards de dollars.

Se faisait jour la conscience que deux mondes s’opposent : un nain quant à la finance : il tente de faire exister les plus pauvres avec peu de moyens et beaucoup d’enthousiasme. Un géant - submergé par des capitaux dont des milliards, voire des trilliards, sont flottants pour ne pas trouver à s’investir sur le long terme –n’ayant d’autre finalité que d’enrichir, mais pour quelle cause.

Devant ce spectacle inique, les acteurs de marché riaient, comprenant le tragi-comique de cette situation. Désormais, l’heure était pour eux de donner cours à une autre logique pour ne point se perdre dans des volatilités qui ne construisent rien. Que faire, descendre là où se tiennent les vraies valeurs qui, seules, permettent d’investir pour monter vers les cimes. 

Oui, riant de leur méprise, acteurs de marchés libérés de ces culpabilités qui freinent l’audace, ils s’engageaient à créer de vraies richesses, privilégiant l’économie réelle à celle virtuelle. 

Pardonnez-moi, je vous ai fait part de mon rêve. Je me réveille en songeant qu’il faut le vivre au risque qu’il fasse grand bruit.

J’ai déjà rencontré nombre de traders qui, habités par ce songe, pensent qu’il faut lui donner cours pour que naisse une pacte d’échanges et de justice, mettant sur orbite cette belle valeur qu’est la paix.

Bernard Devert
9 juin 2019 

Partager cet article

Repost0

Les raisons du vote catho-macroniste

Publié le

Au sommaire du 375e numéro de Chrétiens dans la Cité :

Chrétiens dans la Cité # 375

ANALYSE : Un vote catho-macroniste.

Selon un sondage de l'Ifop, plus un catholique se dit pratiquant, plus il vote Macron. Comment expliquer un tel choix?

INFOS ; Un effet Notre-Dame : "Les cathos relèvent la tête" selon Le Parisien - Finance solidaire : vers les 13 milliards - 37e Pèlerinage de Chrétienté - Un grand film chrétien : Une vie cachée - Des alternatives à l'avortement - Succès du film Lourdes - Soyons saints: le FRAT 2019 - Eglise et numérique - (Dé)remboursements

LES HOMMES

Philippe Marsset - Olivier Artus - Philippe Verdin - François Salomé

LECTURES : Ils ont choisi le Christ, de Jean-François Chemain (Artège)

INITIATIVES : Oeuvre de l'Adoption

Abonnez-vous !

Partager cet article

Repost0

Le grand cinéma chrétien n'est pas mort : le retour de Malick

Publié le

 

©-Iris-Productions-Inc.-1

Le dernier film de Terrence Malick – l'un des plus grands cinéastes vivants, palme d'or à Cannes en 2011 pour son superbe Tree of Life – était très attendu : Une vie cachée, sur le Bienheureux Franz Jägerstätter. Animé par une foi fervente et l'amour de sa femme, ce paysan autrichien ayant refusé de combattre pour le IIIe Reich et de prêter serment à Hitler avait été décapité en 1943. Benoît XVI l'a reconnu comme martyr de l'Eglise et béatifié en 2007. Sans doute trop catholique pour être récompensé par le jury de Cannes cette année, le film a cependant reçu le prix du Jury oecuménique et le prix François-Chalais. Pour le pasteur Roland Kauffmann, président du Jury oecuménique, « la haute qualité cinématographique, en termes de réalisation, de scénario et de montage, permet d’exprimer et d’explorer les questions qui se posent à la personne confrontée au mal. C’est un récit universel à propos des choix que nous avons à faire et qui transcendent les préoccupations terrestres pour suivre la voix de sa conscience. » Le film sortira en France à la rentrée.

Partager cet article

Repost0

Pourquoi les chrétiens sont dans l'impossibilité morale de voter Macron

Publié le

Aux dernières élections présidentielles, si l'on se fie aux sondages réalisés après le scrutin, la majorité des catholiques pratiquants réguliers auraient voté pour Emmanuel Macron.

Aujourd'hui, ils ne peuvent plus le faire, pour de multiples raisons. Une seule suffit : le crime d'Etat que représente l'euthanasie de Vincent Lambert.

Comment pourraient-ils voter aux Européennes pour la liste conduite par Nathalie Loiseau alors que l'Etat français  ne respecte pas ses engagements internationaux? Les évêques français viennent de rappeler "Chaque personne handicapée, aussi fragile soit-elle, a des droits égaux à toute autre personne. La France le sait puisqu’elle a ratifié la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées. Le Comité international des droits des personnes handicapées (CIDPH) de l’ONU a été saisi au sujet de M. Vincent Lambert, et a répondu que cette saisine était recevable. Le Comité a demandé que les soins prodigués à M. Vincent Lambert soient maintenus tant qu’il ne s’était pas prononcé sur le fond. Le Gouvernement a donné son avis au Comité en affirmant que ce maintien des soins n’était pas envisageable car il « priverait d’effectivité le droit du patient à ne pas subir d’obstination déraisonnable ». Après ce refus, le CIDPH vient de réitérer sa demande que l’alimentation et l’hydratation de Vincent Lambert « ne soient pas suspendues pendant le traitement de son dossier. (...) La crédibilité de l’État passe par le respect de sa parole donnée. Il paraît donc sage et nécessaire d’attendre la réponse sur le fond du Comité de l’ONU. »."

Emmanuel Macron pouvait arrêter la mise à mort de Vincent Lambert, simplement en respectant la parole donnée, pour reprendre l'expression des évêques. Il ne l'a pas fait. Aussi comment pourrions-nous accorder notre confiance à un homme d'Etat chargé de représenter dignement la France dans le concert des nations - à commencer par l'Europe ?

Plus grave encore est le problème éthique. La transgression majeure qu'est la mise à mort d'un innocent s'accompagne de beaucoup d'autres, présentes (l'avortement de masse et l'euthanasie largement pratiquée) et futures (prévues dans la révision des lois de bioéthique annoncée avant l'été).

Comme l'écrivait saint Augustin, dans un célèbre passage souvent cité par Benoît XVI, "Sans la justice, les Etats ne sont pas autre chose que de grandes bandes de brigands. " Et un chrétien ne peut soutenir par son vote une "grande bande de brigands".

Denis Sureau

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Au sommaire du numéro 374

Publié le

Chrétiens dans la Cité # 374 est paru.

Abonnez-vous en suivant ce lien.

Au sommaire :

ANALYSE : La déclaration de Mgr Eric de Moulins-Beaufort face à l'assassinat programmé de Vincent Lambert

LES HOMMES : Mgr Alain Guellec - François-Xavier Cazali - Jacques Mourad

INFOS : Lancement de GoMesse - Espérance Banlieues quitte la Fondation pour l'école - PMA sans père: le projet de loi présenté en juillet - Chute des dons aux associations -Sur la Fondation Avenir du patrimoine à Paris - L'héritage de Jean Vanier

BREVES : 3% de fidèles en Alsace - Dieu dans la cité - Liberté religieuse - Réconciliation

LECTURES : L'Apocalypse, de Michael D. O'Brien

INITIATIVES : Relais Lumière Espérance

AGENDA

Partager cet article

Repost0

Mgr Eric de Moulins-Beaufort contre l'assassinat de Vincent Lambert

Publié le

 Président de la Conférence des évêques de France et archevêque de Reims, Mgr Éric de Moulins-Beaufort a publié avec Mgr Bruno Feillet, évêque auxiliaire de Reims une déclaration à propos de Vincent Lambert: 

Il y a quelques semaines, déjà, le Conseil d’État a validé juridiquement la décision prise par l’équipe du secteur des soins palliatifs du CHU de Reims quant à M. Vincent Lambert. Cette équipe est donc confirmée dans sa responsabilité d’interrompre l’alimentation et l’hydratation de M. Lambert selon ce qu’elle jugera convenable. Le Dr Sanchez a annoncé à la famille son intention d’appliquer sa décision dans la semaine du 20 mai. La mort de M. Lambert est donc scellée, quoi qu’il en soit des recours tentés par ses parents.

Beaucoup s’inquiètent de la conclusion ainsi donnée à ce qui a été « l’affaire Lambert ».

Comme archevêque de Reims et comme évêque auxiliaire de Reims, avant tout nous prions pour M. Vincent Lambert, pour son épouse, pour sa fille, pour ses parents, ses frères et sœurs et pour tous ses amis. Nous prions aussi pour les médecins, le personnel infirmier et soignant du CHU de Reims qui, depuis des années, se sont occupés de lui. Nous prions également pour ceux qui ont eu et qui ont encore à décider de son sort. Nous remercions les membres de l’aumônerie qui lui ont rendu visite régulièrement tant que cela a été possible.

La situation médicale et humaine de M. Vincent Lambert est singulièrement complexe. Déterminer la prise en charge adaptée dans son cas n’est pas simple. Tout jugement à son propos est délicat. Ce qui a été vécu autour de M. Lambert est unique et ne devrait pas être transposé à d’autres cas. Face à de telles situations, aucune décision humaine ne peut être assurée d’être parfaite, ni même d’être la meilleure. Une société doit savoir faire confiance au corps médical et respecter la décision collégiale des médecins engageant leur responsabilité professionnelle et humaine ; les médecins, de leur côté, doivent accepter de prendre en compte les avis des proches et de nourrir leurs décisions d’une réflexion éthique sur la responsabilité des êtres humains les uns à l’égard des autres.

Les spécialistes semblaient s’accorder cependant sur le fait que M. Vincent Lambert, si dépendant soit-il depuis son accident, n’est pas en fin de vie. Tout en saluant l’engagement des équipes du CHU de Reims, on peut s’étonner que M. Lambert n’ait pas été transféré dans une unité spécialisée dans l’accompagnement des patients en état végétatif ou pauci-relationnel.

Il appartient à la condition de l’homme et à sa grandeur d’avoir à mourir un jour. Il est bon de s’en souvenir en un temps où certains réclament le droit de mourir quand et comment ils le choisissent tandis que des prophètes du transhumanisme annoncent la fin de la mort.

Mais c’est l’honneur d’une société humaine que de ne pas laisser un de ses membres mourir de faim ou de soif et même de tout faire pour maintenir jusqu’au bout la prise en charge adaptée. Se permettre d’y renoncer parce qu’une telle prise en charge a un coût et parce qu’on jugerait inutile de laisser vivre la personne humaine concernée serait ruiner l’effort de notre civilisation. La grandeur de l’humanité consiste à considérer comme inaliénable et inviolable la dignité de ses membres, surtout des plus fragiles.

Nos sociétés bien équipées se sont organisées pour que les personnes en situation « végétative » ou pauci-relationnelle soient accompagnées jusqu’au bout par des structures hospitalières avec des personnels compétents. Leurs familles et leurs amis ont aussi vocation à accompagner l’un de leurs en une telle situation. La confiance mutuelle entre ces personnes diverses est le fondement nécessaire d’un bon accompagnement. Beaucoup font l’expérience que cet accompagnement, tout en étant éprouvant, contribue à les rendre plus humains. Le devoir de la société est de les aider.
Nous prions encore et nous invitons à prier pour que notre société française ne s’engage pas sur la voie de l’euthanasie. Nous rendons grâce à Dieu pour ceux et celles qui sont quotidiennement les témoins de la grandeur de tout être humain menant sa vie jusqu’à son terme.

+ Eric de Moulins-Beaufort,
archevêque de Reims

+ Bruno Feillet,
évêque auxiliaire de Reims
 

Partager cet article

Repost0

Mise à mort programmée de Vincent Lambert

Publié le

Le docteur SANCHEZ annonce l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation de Vincent Lambert la semaine du 20 mai

Communiqué des avocats des parents de Vincent Lambert :

Le docteur SANCHEZ du CHU de REIMS vient d’annoncer ce 10 mai 2019 à la famille de Vincent LAMBERT qu’il mettrait sa décision du 9 avril 2018 à exécution la semaine du 20 mai 2019, sans autre précision.

Dès cette annonce du docteur SANCHEZ, la famille a découvert la mise en place par le CHU de REIMS d’un plan vigipirate contre on ne sait quels terroristes.

Si cette décision était exécutée, Vincent LAMBERT mourrait en quelques jours, entouré probablement de forces de l’ordre en nombre, et le docteur SANCHEZ pourrait remettre à Viviane LAMBERT un fils mort pour la fête des mères le 26 mai prochain.

C’est au mépris des mesures provisoires ordonnées par l’ONU le 3 mai 2019 au profit de Vincent LAMBERT, handicapé, vulnérable et sans défense, que le docteur SANCHEZ a décidé qu’il mourrait dans le couloir de la mort dans lequel il est enfermé à clés depuis des années.

Les experts judiciaires désignés ont pourtant clairement affirmé que Vincent LAMBERT n’était pas en situation d’obstination déraisonnable. Il s’agit en fait de l’euthanasie d’une personne handicapée pour la seule raison qu’elle est handicapée.

Il n’y a aucune urgence médicale à arrêter l’alimentation et l’hydratation de Vincent LAMBERT et rien ne justifie une violation aussi éhontée du droit international et des mesures provisoires réclamées par l’ONU.

Comment la France peut-elle prétendre prendre la présidence du Conseil de l’Europe le 24 mai prochain quand elle viole aussi délibérément les traités qu’elle ratifie, qui plus est à la veille des élections européennes ? Quel message pour les Français et pour la communauté internationale !

Nous en appelons dès à présent au défenseur des droits, qui a été chargé par la France de veiller à l’application stricte de la Convention internationale des droits des personnes handicapées.

Nous en appelons également au Président de la République qui est le garant de la parole donnée de la France pour que notre pays ne se déshonore pas.

Nous saisissons la justice pour que soit respecté le droit international au profit de Vincent LAMBERT.

 

Plus que jamais, restons mobilisés pour Vincent,

Partager cet article

Repost0

Un catholique s'est échappé

Publié le

Cerf, 190 p., 18 €

Directeur de la rédaction de l'hebdomadaire La Vie, essayiste et poète, Jean-Pierre Denis avait choqué certains de ses amis « progressistes » en défendant dans un précédent livre la dimension contre-culturelle du christianisme dans une société éloignée de Dieu. Il revient sur ce thème en prônant dans cet essai enlevé un « catholicisme attestataire », ni réactionnaire ni révolutionnaire mais rebelle à la lâcheté et à la médiocrité de chrétiens fatigués, « dégonflés » écrit-il, Face aux discours lénifiants, il dénonce les tentations du déni (la situation ne serait pas si grave), de l'auto-complaisance, de la « sécularisation tranquille » et du « découragement geignard », Mais il récuse aussi le piège de la crispation identitaire , Pour lui, la solution passe par la mission (en passant, il ose réhabiliter le prosélytisme et l'apologétique), par une évangélisation authentique et non frileuse, tournée vers ces nombreux catholiques peu pratiquants mais qui ont conservé quelques attaches avec l'Église, au-delà du cercle restreint des derniers pratiquants réguliers, , C'est l'appel qu'il lance aux professants, « Le christianisme est attendu. Il suffit de se rendre au rendez-vous. » 
 

Partager cet article

Repost0

Construire l'amitié sociale - Au sommaire du n°373

Publié le

Chrétiens dans la Cité # 373 est paru.

N'hésitez pas à demander un abonnement d'essai gratuit de 3 numéros.

Au sommaire :

ANALYSE : Construire l'amitié sociale selon le Pape François

LES HOMMES : Pascale Morinière - Jean-Frédéric Poisson - Nathalie Loiseau - Patrick de Gmeline

INFOS : CFTC, une spécificité chrétienne affadie - Pro Persona : pour une finance au service de l'homme - Sodoma : "un livre pervers" selon Yves Chiron - Catholiques et politiques - Conférence épiscopale : comme un air printanier - Une ambassadrice près le saint-Siège - La Vie se renouvelle - Doctrine sociale - Le nouveau Conseil permanent de la CEF - Benoît XVI s'exprime

INITIATIVES : Union catholique des cheminots français

LECTURES : Un catholique s'est échappé, de Jean-Pierre Denis

Partager cet article

Repost0