Sarko et les cathos

Publié le

Le 3 mars au Puy-en-Velay, Nicolas Sarkozy a célébré la chrétienté qui « nous a laissé un magnifique héritage de civilisation ». Dans la ligne de son livre La République, les religions, l'espérance (Cerf, 2004) et pour la troisième fois depuis le début de sa présidence, il a ainsi tenu un discours de tonalité très différente de celle de son prédécesseur qui avait bloqué toute référence aux racines chrétiennes dans le projet de traité constitutionnel européen. Les interprétations fusent.

Pascal Riché (site Rue89), comme la plupart des journalistes, y voit une opération « pour séduire les électeurs cathos-tradi déçus par la Marine Le Pen, occupée qu'elle est à vanter la loi de 1905 (et même le droit à l'avortement). L'offensive pour siphonner l'électorat du FN se poursuit donc. »

Plus bienveillant, Liberté politique s'interroge sur cette vision du fait religieux : « Vise-t-elle l'instrumentalisation de l’Église et du vote catholique ou traduit-elle un infléchissement, pour ne pas dire une rupture avec le laïcisme négatif de l'ère Chirac-Jospin ? Si les mots ne sont pas la chose, et le procès en hypocrisie fondé, faut-il un chef de l’État sincèrement fermé ou hypocritement ouvert ? »

Le journaliste catholique Hugues de Blignières (Discours du Puy-en-Velay : moi, j’y crois ! écrit-il sur son site Sedcontra.fr), anticipant les élections de 2012, vote déjà Sarkozy, dénonçant un soutien à Marine Le Pen qui, si elle est présente au second tour, assurera facilement la victoire du candidat de gauche.

Cette dernière position est contestée par Michel Janva (blog Le Salon beige) : « Il ne suffit pas qu'un candidat soit moins nocif qu'un autre pour qu'il soit licite de voter pour lui, en regard des points non négociables - points qu'Hugues Kéraly ignore superbement - et il n'y a pas de raison pour que nous nous contentions d'un candidat simplement "moins mauvais" que celui de la gauche. Nous avons l'ambition de viser de vrais progrès. Et c'est dans ce but, à 1 an du scrutin, qu'il faut agir. Un ralliement dès maintenant est profondément décevant. Et contre-productif. »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article