Quand des évêques boudent le CCFD

Publié le

Le Ccfd-Terre solidaire fête son cinquantième anniversaire avec une série d'événements à travers la France, dont le premier fut une messe à Notre-Dame de Paris célébrée par le cardinal André Vingt-Trois. Pourtant les relations ne sont pas au beau fixe entre l'ONG et une partie de l'épiscopat. Au financement de projets communistes dans le Tiers-monde dans les années 70 et 80 a succédé aujourd'hui le soutien d'opérations altermondialistes telles que le Forum social mondial.

Interrogé par La Croix (« Il y a plus de deux ans, lors de l’Assemblée plénière des évêques à Lourdes, certains ont reproché au Ccfd de ne pas agir suffisamment en concertation avec eux. » 5-6/03), Guy Aurenche, président du Ccfd répond : « Certains diocèses nous reprochent de ne pas prendre en compte leurs propres projets d’aides au développement, car ils ont parfois des engagements, du fait de jumelages, ou de la présence, sur leurs territoires, de prêtres d’origine étrangère. » L'avocat précise également que seulement entre 40 et 50% des partenaires du Ccfd sont officiellement liés à l’Église catholique.

Dans un article publié dans Témoignage chrétien sous le titre Ccfd : en union libre avec l'Église, Mgr Bernard Housset, évêque de La Rochelle et chargé de suivre le Ccfd à la Conférence des évêques de France, reconnaît que certains évêques refusent de relayer les opérations de Carême qu'il organise : « Certains confrères ne pensent pas comme moi, Il est heureux qu’il n’y ait pas l’unanimité. Avec le temps, la méfiance tombe et nous en parlons entre nous.(...) De toute façon, nous pouvons travailler dans un diocèse sans l’appui de l’évêque. »

Commenter cet article