L'anticatholicisme de Marine Le Pen

Publié le

Le discours prononcé par Marine Le Pen lors du défilé du 1er mai développe une thématique en rupture brutale avec le christianisme. Une première analyse de ce tournant a été faite sur le blog Le Salon Beige que l'on trouvera ici.

Commenter cet article

PG 02/05/2011 23:27



Je viens de répondre à LAHIRE : le commentaire du SB est tronqué et censure ce qui contredit ses affirmations.


Il faut lire ce discours dans son ensemble et pour ce qu'il est, à savoir tout sauf un discours programmatique. L'anti étatisme y est présent : encore faut-il ne pas taire ce qui a été prononcé.


 


@LahireVous avez un ton très suffisant et prétentieux pour répondre à ceux qui ne sont pas en accord avec vous, affectant de les traiter en minus habens, et en ignorants ou sots, , le tout pour
vider une querelle d'après Congrès sur la succession  du FN.


Ainsi votre querelle subalterne sur laquelle vous bâtissez un château de carte intellectuel et doctrinal, l'appellation : quand un professeur de philo parle de Thomas d'AQUIN  et non de
SAINT Thomas est-il anti thomiste ?


On peut parler de Jeanne d'Arc sans faire précéder son nom du mot Sainte, et  sans nier par ce fait sa foi et son martyre, ce que font les historiens, y compris notoirement catholiques dans
leurs livres. De plus vous mentez par omission : M LP a rappelé la foi chrétienne de Jeanne d'ARC, citation que vous avez censurée  ''Cette célébration est, je vous le rappelle une fête
nationale républicaine, Jeanne d’Arc étant autant une sainte catholique qu’une héroïne nationale''...''nous revendiquons l’héritage de nos héros en qui la gloire ne trouve pas de faiblesse à
effacer, ceux dont la vie est faite de pureté de sentiments, de victoires et de martyrs.''. Ou est le problème quand on cite sans tronquer ?


 Quand on cite sans tronquer....


Vous pratiquez ainsi un tour de passe passe intellectuel bien facile et peu honnête en parlant de programme non catholique alors que ce discours n'était pas un discours sur le programme du FN,
mais sur le 1er mai fête du travail autant que fête de Jeanne d'Arc (le FN ayant réuni la commémoration des deux depuis 30 ans) et contre la mondialisation : vous décrétez que ce ''programme
n'est pas catholique'' sans le démontrer, ou en tronquant, puis vous allez à la conclusion en ayant sauté les prémisses, et tentez de nous faire croire sans citer ce qui vous contredit qu'on ne
pourra pas voter FN en 2012 car ce serait contraire à la morale catholique ! C'est un truc ou un gag ?


Mais c'est jouer là avec la vérité et abuser des mots, et de plus encore une fois  en censurant : car si M LP a cité Robespierre avec qq malice sur une citation n'ayant aucun contenu d'idée
(ce que vous taisez), elle a aussi cité Péguy sur l'ordre juste. Et là grand silence de Lahire. Pourquoi ? Pour faire brûler la sorcière ?


La patrie n'est au dessus de la foi : mais où M LP a telle dit le contraire, où ? C'est vous qui voulez absolument arriver à votre but, et concluant que ce qui n'est pas dit est une preuve de ce
qui n'est pas dit, selon le schéma de terreur intellectuelle de Fouquier Tinville. Faire voter lors du premier tour des présidentielles pour un autre candidat,  c'est votre droit, mais que
ce soit au nom de la DSE, stop, là vous abusez et outrepassez les règles élémentaires de l'honnêteté. Car vous n'avez pas le monopole de l'interprétation de la DSE, et ce n'est parce que vous
vous dites catholique que vous l'êtes plus que vos contradicteurs, même si vous usez à leur égard d'un ton très suffisant.


Puisque vous affectez d'être un spécialiste de la DSE, parlons et débattons de ce qui est le corps de votre excommunication ex cathedra ( votre cathèdre, non celle de Rome : vous n'êtes pas ROME)
de M LP : la loi. Parlons du discours de Pie XII aux juristes italiens de 1953 qui a fait jurisprudence intellectuelle sur la question de la moralité de la loi en démocratie,Pie XII étant un
fondateur, cité par le Concile VATICAN II, mais aussi par J-P II sur le sens de la loi pour un catholique, loi qui est légitime moralement même si elle contient une part de mal dans la mesure où
elle apporte un bien supérieur par rapport à la situation antérieure. Ce qui rapporté au programme du FN sur les PNN (avortement, famille, et liberté de l'école) contredit toutes vos affirmations
à l'emporte pièce (pour ne pas dire à l'emportement). Dans le même discours Pie XII affirme que la loi ne peut en aucun cas réformer les moeurs, que la réforme des moeurs passe par d'autres
moyens. Dans un sens vous récusez l'Etat étatiste anti DSE, et dans l'autres toujours pour contrer ce que vous présentez comme le programme du FN, vous vous réclamez de la loi de l'Etat pour
moraliser la société : contradiction de fonds et de forme qui est une évidence criante, que vous ne voyez pas, dans la confusion des catégories que vous utilisez, faute de les distinguer avant de
conclure.


On peut tout dire sur tout le monde, c'est votre droit. On peut se tromper et nous le faisons tous : mais user du procédé typiquement marxiste ''d'où tu parles  ?'' pour disqualifier vos
contradicteurs en les traitant de non catholiques alors qu'ils le sont autant que vous, ce qui est au moins un effet de la charité, si ce n'est une méthode de débat classique, là vous poussez le
bouchon un peu loin.


Soyez un peu plus méthodique, vous serez plus convainquant.


 


 0Denis SUREAU


 


Je ne partage pas votre vision ultra socialiste de l'économie, le distributisme, et autres théories que je pense socialistes, qui confient à l'Etat le soin de faire régner la justice financière
par le contrôle étatique du crédit comme en RDA, et le monopole étatique de la monnaie ce que fait la République depuis 1792 et les états modernes de plus en plus oppresseurs et inefficaces.
Aussi je comprends mal votre condamnation en deux lignes de ''l'étatisme'' de Marine LE PEN : votre interprétation de la DSE me semble socialisante  contestable et cela mériterait un débat
qui n' jamais lieu car chez les cathos tradis on parle toujours de la DSE  pour condamner, mais on ne confronte jamais les interprétations : je pense que la liberté du don est plus efficace
que le contrôle de la monnaie par l'Etat, et que surtout la monnaie n'est pas le seul instrument de mesure de l'économie, ce que vous en faites après avoir critiqué le matérialisme que vous
prêtez au libéralisme, qui lui est précisément anti monopole étatique, comme l'étaient les rois de France. Aussi condamner M LP sur l'étatisme au nom du distributisme me parait sujet à débat tout
comme le fait de s'en accommoder à partir d'une analyse tronquée du discours de M LP, telle que je pense être celle de LAHIRE. 


Cessons d'utiliser la Doctrine Sociale de l'Eglise pour déconsidérer, mais réfléchissons sur elle pour renforcer collectivement sa pertinence et son impact : cela sera plus utile que les
attitudes de Savonarole.