Coopérative sociale

Publié le par Denis Sureau

Dans un dossier sur le retour de Marx, le magazine Challenges (n°103) a publié un article intéressant sur la coopérative basque Fagor-Brandt, omettant toutefois de préciser qu’elle s’inspire non du penseur communiste mais directement de la doctrine sociale de l’Eglise. Cette filiale du groupe Mondragon (présenté dans Chrétiens dans la Cité n°191) fonctionne en dehors des normes capitalistes courantes. Son pdg déclare : « Dans notre société, l’objectif n’est pas de maximiser les profits. Nous ne raisonnons pas en rentabilité des capitaux investis. Une marge nette de 1 ou 2% nous suffit. » Les actionnaires sont les travailleurs, les socios, qui ont souscrit 12500 € pour entrer leur capital et prendre les décisions selon le principe un homme, une voix. L’écart des salaires va de 1 à 7,5 maximum. Un conseil recteur, équivalent du conseil d’administration, est élu tous les quatre ans, contrôlé lui-même par un conseil social. Le pdg précise : « Cela n’a rien à voir avec vos syndicats. Ici, lorsque les gens revendiquent, c’est auprès d’eux-mêmes ! » La paie dépend des résultats : les ouvriers ne touchent pas un « salaire » mais une « avance sur résultat ». Dans la pratique, ces avances n’ont pas été remboursées lorsque les années furent moins fastes, mais les socios acceptent de se serrerla ceinture. En 2005, Fagor est parvenu à absorber Brandt, numéro un français de l’électroménager. Non sans des difficultés qui ont entraîné un plan social. Les socios ne pouvant être licenciés, certains ont été mutés dans les autres coopératives du groupe Mondragon (qui en compte 115) et 170 intérimaires pourraient être remerciés.

Publié dans chretiensdanslacite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article