Le Mythe de la violence religieuse

Publié le

C'est une idée convenue: la religion a une fâcheuse tendance à promouvoir la violence. Scrutant avec rigueur les arguments avancés (la religion divise, elle est absolutiste et irrationnelle), le théologien catholique américain William Cavanaugh démontre qu'il est impossible de séparer la violence « religieuse » de la violence « séculière ». Plus encore, l'utilisation de la catégorie de « religion » supposée transcender les siècles et les cultures est historiquement datée. Elle a été inventée pour marginaliser l'Église et imposer la domination du pouvoir séculier d'abord en Occident puis, à la faveur de la colonisation, dans le monde entier. Les Guerres de Religion, qui font l'objet d'une analyse historique passionnante, sont un autre ingrédient du mythe. Dans cet essai magistral (dont la version anglaise sort simultanément chez Oxford University Press), William Cavanaugh s'affirme comme un analyste majeur, d'une grande rigueur intellectuelle. Un livre fondamental à lire et faire lire.

 

William Cavanaugh

Le mythe de la violence religieuse

Éditions de L'Homme Nouveau,

384 p., 29 € (en librairie et sur www.hommenouveau.fr)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stéphane Taillat 09/11/2009 11:28


Cher Monsieur, 
Lecteur assidu de votre blog, je me permets de porter à votre connaissance une analyse que j'avais faite d'un texte de William Cavanaugh sur mon propre blog. Celui-ci traite essentiellement des guerres en Irak et en Afghanistan (qui
sont mon sujet de thèse d'Histoire Militaire et Etudes de Défense) mais également de questions épistémologiques en sciences sociales,  de la sociologie des conflits (à travers les interactions
entre acteurs militaires et populations locales) ainsi que de questions liées à l'intégration d'impératifs de sécurité humaine dans les doctrines et les pratiques militaires. Je fais partie de ces
rares catholiques qui peuvent reconnaître la validité méthodologique du postmodernisme tout en restant attaché au dogme. Je n'ai pas eu l'occasion de lire votre ouvrage (faute de temps) mais je
crois vraiment qu'il est important de faire connaître Radical Orthodoxy autour de nous.
Bien cordialement
Stéphane Taillat