Maritain et la disparition de l'Eglise

Publié le

Les éditions Ad Solem viennent de publier Torture et eucharistie, le premier livre du théologien (laïc) américain William Cavanaugh, dont la traduction était attendue depuis de nombreuses années. Ce livre étonnant (issu d'une thèse de théologie) part de l'analyse détaillée de la pratique de la torture sous le Chili de Pinochet comme illustration de la mainmise de l'Etat moderne sur les « corps », abandonnés depuis plusieurs siècles par une Église  confinée à n'avoir au mieux que le « soin des âmes ». Comme si l'Église n'était pas un Corps (le Corps du Christ) alimenté par le corps eucharistique. L'oubli de cette vérité a été renforcé par des penseurs tels que Jacques Maritain, dont l'auteur analyse avec une lucidité inégalée sa « distinctions des plans » (spirituel/temporel). Le spirituel est relégué dans la sphère individuelle et « l'Église en tant que corps ne peut tenir un rôle direct, sur le plan temporel », ce que montre de façon exemplaire l'exemple du Chili, où Maritain a eu une influence considérable. Cet essai exceptionnel marque une date dans l'évolution de la théologie politique. « Pour nous chrétiens, notre résistance consiste à participer à l'imagination de Dieu, par l'enracinement de l'étrange espace-temps de l'eucharistie, où le corps torturé du Christ apporte au monde l'espérance. »


William Cavanaugh

Torture et eucharistie

Ad Solem, 448 p., 30 €



Commenter cet article