Retour à la maison

Publié le

La levée des excommunications des évêques de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X constitue un geste fort de Benoît XVI dans la perspective d'une pleine communion qui demeure à réaliser.


Au milieu de la semaine pour l'unité des chrétiens, le pape Benoît XVI ordonnait la publication d'un décret levant l'excommunication des quatre évêques sacrés par Mgr Lefebvre en 1988. Levée et non retrait : cela signifie que l'excommunication était légitime en raison de son motif (le sacre d'évêques contre la décision de Rome) mais devenait inopportune en raison du « malaise spirituel manifesté par les intéressés » dans une lettre où ils manifestaient leur « volonté de rester catholiques », « au service de l'Eglise », en acceptant « son enseignement filialement » et en croyant « fermement à la volonté de Pierre et à ses prérogatives ». Selon les termes du décret de la Congrégation pour les évêques, cet acte de réconciliation est comme un préliminaire aux « colloques nécessaires » à l'approfondissement des « questions encore ouvertes » afin de « pouvoir ainsi parvenir rapidement à une pleine et satisfaisante solution » et « rendre stables les rapports de la Fraternité Saint-Pie X avec le Siège Apostolique ».


Dans une lettre aux fidèles de la FSSPX, son supérieur Mgr Bernard Fellay citait un autre passage de la lettre adressée à Rome dans laquelle les évêques écrivaient : « nous acceptons et faisons nôtres tous les conciles jusqu'à Vatican II au sujet duquel nous émettons des réserves ». Cette phrase a été citée abusivement par certains journalistes comme un refus de la totalité du concile. Pourtant, la quasi-totalité des cardinaux, évêques et théologiens actuels émettent des réserves vis-à-vis de Vatican II qui, en raison de son mode d'expression inédit et de son caractère « pastoral », ne pouvait que soulever des problèmes d'interprétation (herméneutique, dit Benoît XVI). Le théologien Ratzinger lui-même a émis des réserves vis-à-vis de la constitution conciliaire Gaudium et spes : « maintes insuffisances », « optimisme étonnant », concept de monde resté « à un stade pré-théologique ». Cependant il serait dangereux que l'issue des entretiens doctrinaux des disciples de Mgr Lefebvre avec Rome soit une condition nécessaire à l'entrée dans un processus authentique de réconciliation, lequel incluera des aspects canoniques délicats. L'excommunication du patriarche de Constantinople (1054) a été levée en 1965 mais la pleine communion entre catholiques et orthodoxes n'est hélas toujours pas réalisée. Le pape souhaite que la dissidence d'Ecône s'achève avant une institutionnalisation irréversible. Comment ne pas adhérer à un tel projet ?

Commenter cet article