Quel fonds de l'Eglise pour les victimes de la pédophilie

Publié le

Après l’annonce par les évêques de la création d’un fonds pour indemniser les victimes d’actes pédophiles commis par des clercs, des fidèles s’inquiètent de savoir si le denier du culte servira à financer cette mesure controversée. L’une de nos abonnées a consulté le responsable financier d’un important diocèse. Voici sa réponse :

« Il n’est en aucun cas envisagé que les dons, à commencer par le denier, servent à financer les versements aux personnes victimes. Tous les dons du passé et du présent servent à la mission de l’Église exclusivement. Si cette proposition de versement d’une somme unique et forfaitaire a un caractère symbolique, par son caractère tangible et concret, cette démarche financière montre que l’Église manifeste sa volonté de reconnaître la souffrance que les personnes victimes ont vécue. Ce versement n’est ni une indemnisation, ni une réparation, ni une transaction, ni une prise en charge. Tout ceci est du ressort de la justice, dont la fonction est d’établir les responsabilités pénales et civiles. La démarche de l’Église n’est pas un substitut à la justice. En raison du caractère spécifique de cette démarche de reconnaissance, un fonds de dotation dédié, totalement indépendant des diocèses et des paroisses, sera mis en place afin de la financer. Ce fonds sera alimenté uniquement par des contributions volontaires, à commencer par celle des évêques eux-mêmes, des prêtres et des laïcs qui le souhaitent. Les auteurs des actes (pour ceux qui sont toujours de ce monde car le plus grand nombre sont décédés) auront la responsabilité d’avoir réglé intégralement toutes les condamnations financières que la justice aura prononcées en faveur de leurs victimes. La Conférence des Évêques de France finalisera et détaillera ce dispositif dans les semaines à venir et sa mise en place en 2020 sera transparente et fera l’objet d’un contrôle externe précis. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article