Un catholique s'est échappé

Publié le

Cerf, 190 p., 18 €

Directeur de la rédaction de l'hebdomadaire La Vie, essayiste et poète, Jean-Pierre Denis avait choqué certains de ses amis « progressistes » en défendant dans un précédent livre la dimension contre-culturelle du christianisme dans une société éloignée de Dieu. Il revient sur ce thème en prônant dans cet essai enlevé un « catholicisme attestataire », ni réactionnaire ni révolutionnaire mais rebelle à la lâcheté et à la médiocrité de chrétiens fatigués, « dégonflés » écrit-il, Face aux discours lénifiants, il dénonce les tentations du déni (la situation ne serait pas si grave), de l'auto-complaisance, de la « sécularisation tranquille » et du « découragement geignard », Mais il récuse aussi le piège de la crispation identitaire , Pour lui, la solution passe par la mission (en passant, il ose réhabiliter le prosélytisme et l'apologétique), par une évangélisation authentique et non frileuse, tournée vers ces nombreux catholiques peu pratiquants mais qui ont conservé quelques attaches avec l'Église, au-delà du cercle restreint des derniers pratiquants réguliers, , C'est l'appel qu'il lance aux professants, « Le christianisme est attendu. Il suffit de se rendre au rendez-vous. » 
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article