La longue solitude de Dorothy Day

Publié le

Figure fascinante du catholicisme américain, Dorothy Day (1897-1980) avait raconté le récit de la première partie de sa vie dans ce livre dont la version française, parue une première fois en 1955, est rééditée aujourd'hui dans une traduction revue et corrigée.

Dorothy Day, La longue solitude, Cerf, 428 p. 25 €
Dorothy Day, La longue solitude, Cerf, 428 p. 25 €

Née à New York, cette passionnée eut toujours à cœur de combattre l'injustice sociale, d'abord dans l'anarchisme, le marxisme et le féminisme (elle fut emprisonnée lors d'une manifestation de suffragettes) puis, après sa conversion, dans un catholicisme radical. Sa vie de bohème fut traversée de drames (avortement inclus), mais aussi animée par une quête spirituelle exigeante. Après la naissance de sa fille, elle décide de la faire baptiser puis d'entrer en 1927 dans l’Église catholique, quitte à rompre avec son compagnon. En 1933, c'est un Français, Pierre (« Peter ») Maurin, qui l'initie à la doctrine sociale de l’Église. Elle fonde avec lui un journal,The Catholic Worker, puis un mouvement, fonde des Maisons d'hospitalité et des fermes chrétiennes communautaires.
Sa cause en béatification a été introduite en 2000. Une biographie va paraître prochainement qui permettra de connaître la seconde partie de sa vie, marquée notamment par un pacifisme largement incompris. Cette figure inspire les jeunes catholiques français qui ont créé le café associatif Le Dorothy à Paris, et dont  le président, Foucauld Giuliani, a donné une préface à cette belle autobiographie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article