Comment peut-on être catholique (et moderne) ?

Publié le

Bonne nouvelle : on peut être à la fois catholique et intelligent. C'est ce qu'entend démontrer à nos contemporains sceptiques ou indifférents, Denis Moreau, 48 ans, professeur de philosophie à l'université de Nantes. Non sans humour, et avec un style enlevé, il renouvelle le genre apologétique de défense rationnelle de l'existence de Dieu, des grandes vérités de foi et de l'espérance chrétienne. Il n'a pas la prétention de convertir, mais de susciter un dialogue et de déminer certaines objections. Il y réussit souvent.

Mais sa conversation avec les modernes est facilitée par le fait qu'il se refuse à voir ce que la modernité a d'intrinsèquement létal pour la foi : ce « rationaliste chrétien » (comme il se présente p. 64) qui a trop lu Descartes et Spinoza (fossoyeurs brillants de la pensée, quoiqu'il en dise p. 60)  prône une philosophie émancipée de la théologie (p. 66). Quand il s'aventure sur le terrain de la théologie, il devient hasardeux (voir son développement sur l'enfer p. 48). S'il soutient à bon droit une éthique des vertus (p. 265), il défend la loi Veil sur l'avortement (p. 284), le droit au blasphème façon Charlie hebdo (p. 288), et développe une vision bisounours de la France actuelle et de la situation de l'Eglise. Et l'on ne s'étonnera pas qu'il se félicite du « mouvement de sécularisation ou de laïcisation de nos sociétés » (p. 327) : il faudrait "renoncer à l'idée d'une société tout entière bâtie sur les valeurs et croyances propres au christianisme" (p. 56). Sa position a au moins le mérite de la cohérence intellectuelle.

 

 

Denis Moreau

Comment peut-on être catholique ?

Seuil, 358 p., 22 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Denis Moreau 27/02/2018 11:21

Merci cher Monsieur d'avoir attiré l'attention sur ce livre. Nous avons effectivement quelques points de désaccord sur le statut de la modernité, mais je reconnais volontiers que c'est une "question disputée". Je me permets en revanche de signaler (en pensant aussi au commentaire de Christian Apollonia) que, sur l'avortement, ma position est, je crois, un peu plus nuancée que ce que vous dites.
Bien cordialement à vous
Denis Moreau

Christian Apollonia 20/02/2018 18:01

Comment peut-on être catholique et accepter l'avortement ?

avec tous les livres de qualité qu'a produit l'apologétique en
langue française, anglaise ou espagnole, pourquoi
les lecteurs devraient ils s'encombrer de ce tiède ?