Chachas dans la cité

Publié le

Le jubilé d'or du Renouveau charismatique catholique, né en février 1967 aux États-Unis, est l'occasion de s'interroger sur ses engagements sociaux et politiques.

L'irruption et le développement des mouvements charismatiques dans l’Église de France ne se sont pas fait aisément ni sans crises. Les « dévisseurs d'ampoules » sont d'abord apparus comme de doux illuminés indifférents aux réalités politiques et sociales. Dans les années 70, les chrétiens engagés (sous-entendu : à gauche) étaient très actifs, présents à tous les niveaux de l'appareil ecclésial, et contrôlaient les principaux relais d'opinion catholiques. Leurs mouvements – la plupart d'Action catholique – étaient soutenus et subventionnés par l'épiscopat. Symétriquement, et en réaction à ce qu'elles considéraient être un horizontalisme stérile, les communautés charismatiques naissantes (la Théophanie, la sainte-Croix, le Chemin Neuf, les Béatitudes, les Fondations, l'Emmanuel, le Pain de Vie, Réjouis-toi, le Puits de Jacob) privilégiaient l'expérience personnelle de Dieu dans la prière et la pratique de l'« effusion de l'Esprit » et des charismes sur la gestion du temporel. Le primat de l'émotion conduisait à négliger les médiations sociales et ecclésiales – ce qui entraîna d'ailleurs la disparition d'une vingtaine de communautés.

Pourtant, dans les années 80, en structurant leurs organisations, les « chachas » commencèrent à multiplier les œuvres sociales, culturelles et éducatives. Plusieurs communautés développèrent leur apostolat dans le monde médical (le Puits de Jacob, entre autres). Au fil des ans, la Communauté de L'Emmanuel lança des initiatives en direction des jeunes (premier Forum international des jeunes, Paray-le-Monial, 1985), du monde du travail (Présence & Témoignage), des familles (Amour et Vérité), des banlieues difficiles (Le Rocher) ou des pays les plus pauvres (Fidesco), etc. Ces dernières années, son parcours Zachée a permis à des catholiques de plus en plus nombreux – bien au-delà de la sphère charismatique – de découvrir la doctrine sociale de l’Église. L'autre grande communauté, le Chemin Neuf, multiplia des fraternités de jeunes et de couples (Cana), des foyers d'étudiants, des centres de formation, des actions humanitaires.... Dernièrement, il a lancé une Fraternité Politique regroupant des jeunes entre 18 et 35 ans, de différents pays et sensibilités chrétiennes et politiques, pour les aider à se former en vue de l'action, à discerner leur engagement (en retrouvant notamment la fécondité politique des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola), et à partager avec d'autres. Le temps de la maturité est bel et bien arrivé.

Denis Sureau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article