No logo pour l'évêque aux armées

Publié le

Dans le numéro de février d’Egmil (Église en monde militaire), Mgr Luc Ravel écrivait après les attentats de janvier : « Le chrétien se sent pris en tenaille entre deux idéologies. D’un côté, l’idéologie qui caricature Dieu au mépris de l’homme. De l’autre, l’idéologie qui manipule l’homme au mépris de Dieu. D’un côté, des adversaires déclarés et reconnus : les terroristes de la bombe, vengeurs du prophète. De l’autre côté, des adversaires non déclarés mais bien connus : les terroristes de la pensée, prescripteurs de la laïcité, adorateurs de la République. Dans quel camp se situer comme chrétien ? Nous ne voulons pas être pris en otage par des islamistes. Mais nous ne souhaitons pas être pris en otage par des bien-pensants. L’idéologie islamique vient de faire 17 victimes en France. Mais l’idéologie de la bienpensance fait chaque année 200 000 victimes dans le sein de leur mère. L’IVG devenue droit fondamental est une arme de destruction massive. » Ces propos virils ont fortement irrité le pouvoir qui a décidé que « cette publication ne pourra plus porter le logo du ministère de la Défense, les textes n’étant relus par aucune autorité ».

Dans son dernier numéro, Chrétiens dans la Cité publie une présentation du Diocèse aux armées françaises. Abonnez-vous!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article