Des limites de l'entrisme

Publié le

Les élections départementales ont permis d’éprouver les fraîches vocations politiques de candidats issus de La Manif pour tous.

Les élections départementales ont été l’épreuve du feu pour de jeunes hommes et femmes sensibilisés aux débats politiques lors des mobilisations contre le mariage homosexuel. La Manif pour tous (LMPT) avait proposé aux candidats de signer une Charte aux propositions assez minimales, permettant de mesurer leur attachement à la famille, « socle fondamental de la société ». Sens commun, le courant issu de la mobilisation contre la loi Taubira au sein de l’UMP, avait demandé à ses candidats de la signer. Or curieusement deux d’entre eux ont refusé : Fatima Amarir, à Argenteuil (battue) et Paul Bazin de Jessey, élu à Nogent-sur-Marne (cet inspecteur des finances de 29 ans est le frère de Madeleine, porte-parole de Sens commun, nommée secrétaire nationale de l’UMP en charge des programmes de formation). Devant l’étonnement de certains sympathisants, Sens commun a précisé : « nous avons estimé que, même si nous pouvions être en désaccord sur certains points, les raisons qu’ils invoquaient pouvaient être entendues et ne retiraient rien à leur intégrité ni aux valeurs qu’ils défendaient et défendront demain en qualité de conseillers départementaux. » Paul Bazin ne pense pas que « l’intérêt supérieur de l’enfant est avant tout d’être élevé par son père et sa mère » dans la mesure où il rencontre « des familles où les parents n’éduquent pas leurs enfants, voire les déconstruisent au lieu de les élever ». Est-ce une raison pour refuser le modèle ? Son refus ne s’expliquerait-il pas plutôt par un jeu politique impliquant des compromis (voire des compromissions) ?


Autre exemple instructif : l’expérience d’Édouard du Parc, un chef d’entreprise de 42 ans, catholique, coordinateur de La Manif pour tous en Gironde, et admis sur la liste d’Alain Juppé à Bordeaux aux dernières municipales. C’est un modéré, estimant par exemple que « la doctrine FN [Front national] est complètement déconnectée du réel » (cf. www.edouard-du-parc.fr). Or ce responsable de la province Sud-Ouest de Sens Commun a regretté que son parti ait été écarté de la liste Gironde Positive : « le PCD (Parti Chrétien-Démocrate) et Sens Commun, alors membre à part entière de l’UMP, pour ce dernier, en ont été exclus. Il y a donc un simulacre de rassemblement ou un rassemblement orienté, ce qui est inacceptable. » Conseiller municipal de Bordeaux, il est délégué aux professions libérales et au quartier centre-ville. Un espace d’action restreint, tandis que les postes sensibles ont été confiés à d’autres… La municipalité est d’ailleurs ostensiblement gay friendly, et vient de subventionner un Festival Cinémarges (Sexe, Genres et Identités). Des limites de l’entrisme ?

Commenter cet article