Le mariage entre relativisme et théologie hors sol

Publié le

Le Synode sur la famille a fait couler beaucoup d'encre. Attisés par les médias, les catholiques ont oscillé entre des attitudes extrêmes : d'un côté, une subtile remise en cause en l'indissolubilité du mariage au nom d'une fausse conception de la miséricorde ; et de l'autre, le statu quo d'une discipline canonique s'appuyant sur une théologie « hors sol ». Deux types de positions défendues par des princes de l’Église : la première par le cardinal Walter Kasper, la seconde par le cardinal Raymond Leo Burke. Tout laisse à penser que c'est une voie moyenne qui l'emportera, avec notamment une adaptation des procédures de reconnaissance de nullité justifiée par le constat fait par le Pape François : la moitié des mariages catholiques ne sont probablement pas valides (et c'est une estimation sans doute très basse).

Parmi toutes les analyses qui ont été produites, celle de Grégory Solari, président des éditions Ad Solem, a le mérite d'attier l'attention sur l'essentiel : La pastorale du mariage est à revoir. C'est le titre de la tribune publiée par l'hebdomadaire Famille chrétienne (n°1917). Extraits :

« Ce n'est pas le dogme de l'indissolubilité qu'il convient de revoir (et avec lui la christologie qui la fonde), mais la pastorale du mariage mise en œuvre depuis une quarantaine d'années. En rouvrant cette question, Benoît XVI avait été très clair : combien de couples divorcés remariés étaient-ils initialement validement mariés ? Combien de couples ont-ils accédé au sacrement de mariage en remplissant les conditions (pastorales) requises pour cela ?

Les fidèles engagés sans discernement dans le sacrement de mariage ont connu des difficultés analogues à celles qu'ont rencontrées les fidèles engagés dans le sacrement de l'ordre ou les vœux de religion. L'absence de discernement et le manque de prudence ont produit dans les deux cas des catastrophes humaines, dont la responsabilité incombe pour une part non négligeable à la légèreté pastorale avec laquelle on a traité le sacrement de mariage – le discours équivoque sur les « époux ministres du sacrement» et, avant lui, la conception du mariage comme « remède à la concupiscence», ne sont pas étrangers à la chose.

Ce qu'il faut souligner, avec réalisme, c'est d'abord cette catastrophe pastorale dont ont été victimes (en même temps qu'agents) beaucoup de fidèles. Il conviendrait d'abord d'en prendre la mesure et de procéder aux réformes nécessaires avant d'agiter le spectre du relativisme dogmatique. »

Ajoutons que ces débats illustrent la superbe remarque de Nicolas Gomez Davila : « Dans le sein de l'Église actuelle, sont intégristes ceux qui n’ont pas compris que le christianisme a besoin d’une nouvelle théologie, et progressistes ceux qui n’ont pas compris que la nouvelle théologie doit être chrétienne. »

Denis Sureau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article